# EODE THINK TANK / ANALISIS GEOPOLITICA / PANAFRICANISMO: UNA ALTERNATIVA EN GUINEA ECUATORIAL QUE HACE MIEDO AL OCCIDENTE.

LM - EODE TT guin+®e +®q et panafricanisme (2014 04 15) ESP 1

Luc MICHEL para EODE Think Tank /
Con Cameroon Voice – Le Messager (Camerún) / 2014 04 15 /

www.eode.org
https://www.facebook.com/EODE.Think.Tank

« Lamentamos la muerte del coronel Múammar Gaddafi. Hacerse cargo de su lucha panafricana es difícil »
- Teodoro Obiang Nguema, Presidente de la Republica de Guinea Ecuatorial

La Guinea Ecuatorial y su presidente hacen el objeto del odio del Occidente. Campañas de desprestigio, maniobras de desestabilización. El odio que recuerda el que rodeaba la Jamahiría Libia del difunto Gaddafi. "Sabéis, los occidentales tratan de desestabilizar a nosotros desde hace años. Enviaron a los mercenarios, financiaron golpes de estado, no se detienen. Cada año, en todo momento, no duermen. Para ellos, la Guinea Ecuatorial es un país que tiene una gran cantidad de riqueza y no es normal que a los africanos pueden manejarse a sí mismos su propia riqueza, si no hay un tutor que debe decir, haced eso o esto. Aquí en Guinea, luchamos por la independencia de este país", explica uno de los hijos del presidente, Teodorino Obiang Nguema.

Como paso previo a las elecciones generales – El Senado, legislativas y municipales – del 26 de mayo de 2013, el Jefe de Estado de Guinea Ecuatorial dio el 14 de mayo de 2013 en Malabo, una conferencia panafricana de prensa, delante de los periodistas de África (Camerún, Costa de Marfil, Ghana, Nigeria, Comoras, Benín, República Democrática del Congo, Congo-Brazzaville, Chad, etc.) Esbozó un pensamiento panafricano renovado, que, dos años después de la destrucción de la Jamahiría Libia, donde Múammar Gaddafi ejercía un liderazgo moral y político sobre la Unión Africana – y que el presidente de Guinea rindió homenaje – ofrece una alternativa a un proceso panafricanista que parecía roto.

Poco se sabe de Guinea Ecuatorial (1), país importante en África central, "Nuevo Eldorado petrolero", que entiende "encarnar un nuevo modelo de desarrollo para África" (2). En un África que se siente mal, donde las intervenciones y manipulaciones occidentales desestabilizan el continente – Libia, Malí, Costa de Marfil, República Centroafricana, por no mencionar el "laboratorio" de Somalia – la Guinea Ecuatorial es una contra-ejemplo de estabilidad. Desde el año 2011, un proceso de reconstrucción y desarrollo de la vida democrática de la República del estado está en marcha (3).

‘EODE’ Y NUESTROS TESIS SOBRE AFRICA. 

Las posiciones del Presidente de Guinea Ecuatorial se unen a nuestras preocupaciones. EODE ve el proceso de unificación de Europa y África, como dos tranvías, que deben realizarse en simbiosis. Esto significa que no hay intervención occidentalita en África y que hay verdadero respeto por los estados africanos. Esto también significa que el Mediterráneo se convierta en un puente entre los dos continentes y no una frontera, tal como es concebido por la UE y la OTAN.

Esta visión del Mediterráneo, que habíamos sido los primeros en desarrollarla en los años 90, como un puente era precisamente el de la Jamahiría Libia. En los años 2000-2010, esta visión también fue ampliamente aceptada y compartida por todos los principales actores de las uniones europeas y africanas (4). Y desagradaba mucho la diplomacia americana. Pero la guerra en Libia marcó el gran cambio: la destrucción de la Jamahiría, el retorno a los ataques occidentales y expediciones militares en África, ahogando las ideas panafricanistas.

Todo esto va en contra de nuestra visión de un mundo multipolar. El papel central que desempeña el diálogo de las culturas es olvidado y estamos siendo testigos del regreso en el Mediterráneo y África de las tesis belicistas del "choque de civilizaciones". La recuperación de las tesis panafricanistas de Malabo es una señal positiva para nosotros que va en la otra dirección.

¿QUE DICE EL PRESIDENTE TEODORO OBIANG NGUEMA DEL AFRICA?

Aquí es un resumen de las preocupaciones planteadas por el líder de Guinea Ecuatorial (según el resumen de Frédéric Boungou y Alain NJIPOU para Radio Camerún):

* Él denuncia la vuelta al neocolonialismo:
"… buscar soluciones a los males que aquejan a África. Yo estaba a favor de este cambio porque el continente es despreciado internacionalmente. África ha sufrido los horrores de la historia. En primer lugar, la esclavitud que la dedicó la violación de los derechos humanos. No podemos, desde nuestro punto de vista, convertir a los humanos en esclavos. 
Entonces la colonización. Un período en el que África ha sido robada. Explotación del hombre, explotación de nuestros recursos. Los que ayer fueron la base de esta operación son también la base de las diversas crisis en el mundo. He mencionado la crisis del neo-colonialismo, la explotación de nuestros recursos… La preocupación de ciertos poderes es ver cómo pueden acceder a nuestra riqueza. Esto es lo que ocurrió en Libia, donde se ha desestabilizado el país con el fin de controlar las materias primas.
La prensa africana debe hacer su trabajo, informando a los africanos y no tener confianza en las personas que quieren explotar o destruir a África. Es por esta razón por la que seguimos buscando una compensación por los daños y perjuicios de África, víctima de la esclavitud y el colonialismo y el neocolonialismo de ahora. África es un continente declarado pobre. Si somos pobres, es a causa de la explotación de nuestros recursos. Aquellos que no aman a África utilizar frases sin sentido como "ganancias mal adquiridas" mientras que tienen propiedades en África."

* Él desarrolla una visión panafricana después de la muerte de Gaddafi:
Lo más destacado del discurso del presidente, es un tributo a la visión panafricana de Múammar Gaddafi. Un valiente discurso de lo opuesto y contrario a la propaganda occidental. 
"Lamentamos la muerte del coronel Múammar Gaddafi. Hacerse cargo de su lucha panafricana es difícil. Esto sobre todo porque cada país tiene su política y algunas diferencias permanecen. En general, muchos Jefes de Estado africanos estuvieron de acuerdo con las ideas de Gaddafi y también los han apoyado. No puedo tomar el relevo. Más bien invito a otros jefes de estado del continente negro para estar unidos. Algunos jefes de Estado se rigen por las potencias occidentales, deben evitar de caer en la trampa de manipulaciones exógenas a África, debido a que estos poderes no quieren que África avance."

EL RECHAZO DE LOS DIKTATS OCCIDENTALES

En esta visión anticolonialista, el presidente Teodoro Obiang Nguema rechaza los diktats occidentales: 
"No acepto ninguna lección de gobernanza por  parte de personas que no hesitaron en saquear sistemáticamente y siguen saqueando África. No tengo ningún complejo frente a los líderes occidentales. "
"Damos prioridad a la cooperación Sur-Sur, la cooperación inter-africana. Porque primero debemos fortalecer nuestros vínculos. Recordáis que esto es sólo cincuenta años nos hemos librado de la dominación colonial. Se necesita tiempo para construir los cimientos para el desarrollo. Pero somos optimistas y nuestro deseo es que África crezca."
"No esperamos nada de la prensa occidental, para actuar en la dirección de la construcción de África (…) La prensa occidental le da una imagen negativa de África."

Ya el 31 de diciembre pasado, en su "Mensaje a la nación", denunció las potencias imperialistas y la campaña de desinformación que Guinea Ecuatorial es una víctima "no se sorprenda, porque Guinea Ecuatorial es uno de los países seleccionados por las Potencias en crisis económica para desestabilizar. El pueblo disfruta de las grandes libertades políticas, económicas, sociales y culturales, hay un desarrollo gradual de la democracia (…) con el desarrollo de la infraestructura económica y social que nos anima a seguir trabajando hacia la emergencia de Guinea Ecuatorial”.

TEODORO OBIANG NGUEMA TAMBIÉN TIENE UNA VISIÓN REGIONAL CON "CEMAC"

La Comunidad Económica y Monetaria de África Central o la CEMAC es una organización internacional con varios países de África central, creadas para tomar el relevo de la Unión Aduanera y Económica de África Central (UDEAC). El Tratado de la CEMAC se firmó el 16 de marzo 1994 en Yamena (Chad) y entró en vigor en junio de 1999. Con su sede en Bangui (República Centroafricana). CEMAC comprende la Unión Monetaria de África Central (UMAC) y la Unión Económica de África Central (UEAC). CEMAC está integrado por 6 Estados Miembros: Camerún, República Centroafricana, República del Congo, Gabón, Guinea Ecuatorial y Chad.

El presidente de Guinea Ecuatorial tiene también una visión para la CEMAC y la región: 
“La política de integración en zona de la Comunidad Económica y Monetaria de África Central promueve la libre circulación de personas y bienes. Sin embargo, debe tener cuidado de no caer en la trampa de la mala interpretación de esta política. Porque tenemos que controlar el terrorismo, el tráfico de drogas y armas, el bandidaje… Todas las cosas que perjudican a una comunidad que aspira al desarrollo. Sin embargo, animamos a la libre circulación de los hombres de negocios, estudiantes, científicos, responsables de servicios públicos y otros. En cuanto a la participación de la CEMAC en la resolución de la crisis en la República Democrática del Congo, la solución es, en nuestra opinión, la mediación política. Los congoleños mismos deben resolver sus problemas. Lo que queremos es que la República Democrática de Congo viva en paz. Este es un gran país. Pero los conflictos dificultan los esfuerzos de desarrollo. Quizás debe ser una conferencia nacional para la estabilidad del país…"

UN NUEVO DISCURSO EN AFRICA

La prensa africana no se ha equivocado. Se trata bien de un nuevo discurso en África. Leemos el análisis de Frédéric Boungou (Cameroon Voice): "Para él, es muy simple: para desarrollarse, África debe quitarse de la dominación neocolonial, sus líderes deben dejarse de ser títeres al servicio del occidente, y pensar, ante todo, el bienestar de sus ciudadanos. "No tengo complejos en frente de los líderes europeos", argumenta, por ejemplo. África, según él, tiene un enorme potencial: sus recursos naturales. Debe, por tanto, sólo la voluntad de sus líderes para elevarse económicamente. Por debajo, la quintaesencia de esta conferencia de prensa. ¿Una profesión de fe? Una verdadera lección a sus pares africanos sobretodo…"

HACIA UN MODELO GUINEA ECUATORIAL

Hacemos hincapié en que Guinea Ecuatorial era un Estado en reconstrucción, donde un proceso elaborado de desarrollo de la vida democrática de la República está en marcha. En un libro muy duro para el país, Samuel Denantes Teulade (2) ya se habló en 2009 apropósito de Malabo la posibilidad de "un nuevo modelo de desarrollo para África."

El presidente Teodoro Obiang Nguema, quien define a su país como "un estado social y de derecho" (diciembre de 2012), desarrolla hoy una visión incontestable por su país. Volvemos a su conferencia de prensa del 14 de mayo de 2013.

* Insiste sobre la reconstrucción de las instituciones del Estado:
"El advenimiento del Senado es parte de una visión de conjunto. Estamos trabajando para reformar nuestros textos y leyes para que los ecuatoguineanos participen de forma efectiva en la gestión de los asuntos públicos, en la política. Es en este contexto que de una manera metódica, queremos crear una cámara de representantes, crear el Consejo Económico y Social, el Tribunal de Cuentas…
Estamos en un proceso democrático que abraza a las realidades de nuestras culturas, nuestras tradiciones, nuestras mentalidades… En un proceso electoral creíble, dos aspectos fundamentales son importantes para completar el proceso electoral. En primer lugar, la inscripción en las listas, la identificación de los votantes que han sido bien ejecutado ​​al punto y en que se firmó un documento de satisfacción entre los partidos políticos de la oposición y el gobierno. Entonces la cuestión de los materiales electorales, incluidos los recursos financieros. En este sentido, el Gobierno ha dado a los recursos financieros adecuados para los partidos políticos. Se tratan todos estos aspectos. Queda de esperar, la participación popular en la votación misma."

* Ambiciona "la emergencia de la Guinea Ecuatorial", según las palabras de Cameroon  Voice: 
"El Gobierno de esta República trabaja por el bienestar de los hijos e hijas de este país. Muestro con prueba, la construcción de viviendas sociales, la construcción de caminos, la creación de una universidad nacional, la creación de centros y otras estructuras educativas… En este proceso, se da prioridad a la mano de obra local. Es cierto, no vamos a hacer con aquellos que no quieren trabajar, pero puedo aseguraros que en Guinea, no hay ningún problema de empleo. Hicimos introducir una ley que requiere que las empresas que operan en nuestro país consagran el 75% del personal reclutado en la mano de obra nacional. Además, estas empresas deben tener su sede construida en el lugar ya que cuando estas empresas se vayan de Guinea Ecuatorial, los edificios permanecerán en beneficio de los ecuatoguineanos. Un programa económico para 2020 tiene como objetivo hacer de Guinea Ecuatorial un país emergente, autosuficiente. No queremos contar sobre la dependencia económica." 

* Él se centra en la educación, la formación de las elites nacionales:
"Para lograr a este hito, se requiere de una formación. Al horizonte 2020, queremos que nuestros jóvenes sean académicos. Queremos dejar una nación próspera a la posteridad con jóvenes dinámicos y bien formados. Cabe señalar que la Guinea Ecuatorial no es todavía un país emergente. Pero aspiramos a la emergencia que no será fácil o si nosotros cruzamos los brazos. Debemos trabajar. Es en esta perspectiva que estamos trabajando para desarrollar todos los sectores, desde la agricultura a la educación a través de las infraestructuras de base y de  la comunicación". 

* Por último, se tiene la intención de gestionar los recursos naturales y el post-petróleo: 
"El programa económico que tiene como objetivo hacer de Guinea Ecuatorial un país emergente al horizonte 2020 toma en cuenta la necesidad de buscar otras alternativas. Es por eso que ponemos un acento particular en la formación de los jóvenes, de los recursos humanos, ya que es mejor tener un pueblo educado, capacitado a una nación dotada de recursos naturales. El progreso depende de las competencias nacionales. Todos los planes de desarrollo son el resultado de la visión del pueblo de Guinea Ecuatorial. En 2020, ya no miramos el petróleo, pero en un país desarrollado."

El tiempo parece que ha llegado, con esta visión ambiciosa, y los medios que detiene el país "nuevo Eldorado petrolero", un modelo de ecuatoguineano para África…

Luc MICHEL
 

Notas et reenvíos:

(1) Cfr. LAS ATLAS DE AFRICA, GUINEA ECUATORIAL, Ed. Jeune Afrique (Paris);
Jean-Claude Klotchkoff , LA GUINEA ECUATORIAL DE HOY, Las Ediciones de Jaguar (Paris) ;
Et GUINEA ECUATORIAL, LA GUINEA ECUATORIAL, Las Ediciones de Jaguar (Paris).

(2) Samuel Denantes Teulade, MALABO, GUINEA-ECUATORIAL: EL NUEVO ELDORADO PETROLERO DE AFRICA, Harmattan, Paris, 2009.

(3) Cfr. Luc MICHEL, GUINEA ECUATORIAL: ELECCIONES LEGISLATIVAS, SENATORIALES Y MUNICIPALES DEL 26 MAYO 2013,
sobre http://www.eode.org/eode-international-elections-monitoring-guinee-equatoriale-elections-legislatives-senatoriales-et-municipales-le-26-mai-2013

(4) Cfr. Luc MICHEL, « VISIONARIO AFRICA »: ¡DIALOGO DE LAS CULTURAS Y COOPERACION ENTRE LAS UNIONES EUROPEANAS Y AFRICANAS!, « ¡La cultura en el centro del dialogo África-Europa! », en LIBYA NEWS & FACTS, boletín de CEREDD (Bruselas y Paris) n° 2.150, 25 octubre 2010.

LM - EODE TT guin+®e +®q et panafricanisme (2014 04 15) ESP 2

Posted in # EODE - ZONE AFRICA, # EODE THINK TANK, # Non classé, * EODE/ Geopolitics, * Español/Espagnol | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

# AFRIQUE MEDIA & PCN-TV / LUC MICHEL SUR ‘AFRIQUE MEDIA’ TV CE LUNDI 14 AVRIL 2014…

PCN-TV - LM sur Afrique Media Tv 6 (2014 04 14) FR

Luc MICHEL sur AFRIQUE MEDIA TV
ce lundi 14 avril 2014 à partir de 11h …

Emission ‘Le Débat Panfricain’
animée par Bachir Mohamed Ladan /
En rediffusion et en streaming sur
http://lb.streamakaci.com/afm

Luc MICHEL parlera particulièrement
de la RELANCE DU PANAFRICANISME, 
de la GUINEE EQUATORIALE, 
de la crise dans l’EST UKRAINIEN.
Et il répondra à la question « UN AXE RUSSIE-AFRIQUE EST-IL POSSIBLE ? »

# REDIFFUSION DE L’EMISSION
DE CE DIMANCHE 13 AVRIL 2014

REPORTAGES :
1- ALGERIE/PRESIDENTIELLE: vers une victoire inévitable de BOUTEFLIKA? (JEAN DE DIEU AYISSI, Eric YOMBI)
2- COTE D’IVOIRE : Le Gouvernement a annoncé le mercredi 9 avril, une nouvelle composition de la Commission Electorale Indépendante(CEI). Que faut-il pour que la nouvelle CEI soit véritablement indépendante? (François BIKORO, PATRICK SAPACK)
3- COTE D’IVOIRE : ADO absent au sommet de Bruxelles et aux réunions du Printemps de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International, du 11-13 avril aux Etats unis. La santé du président ivoirien serait-elle inquiétante ? (Dr BASSILEKIN)
4- MALI: Moussa MARA à la primature ; peut-il réussir là où Oumar TATAM Ly a échoué ? (les défis du nouveau PM) (HADI DIAKITE, Robert SIMO)
5- NIGER : les travaux de l’axe de chemin de fer Niamey- Cotonou ont été lancés. Quels impacts sur le flux économique de la sous région ? (ABDOU ADAMOU, NOUHA SADIO)
6- OUGANDA : Les USA ont mis à prix la tête de Joseph KONY à 5 millions de dollars. Que vous inspire cet acte au moment où la RCA a besoin d’argent pour son fonctionnement ? (J P SAMNICK, Patient Parfait NDOM)
7- RELANCE DU PANAFRICANISME (Luc MICHEL)

SUJETS DEBATTUS :
1- RCA : Ex SELEKA et milices anti BALAKA veulent enfin la paix. Quelle crédibilité?
2- RWANDA / FRANCE : vers une rupture des relations diplomatiques ?
3- AFRIQUE/RUSSIE : la coopération est-elle possible ? (introduction Luc Michel)
4- CRISE UKRAINIENNE : Donetsk, Kharkov, Loughansk comme la Crimée ? (Luc Michel)

KH / PCN-TV

_____________________
# TV panafricaine AFRIQUE MEDIA …
Website : http://afriquemedia.tv
Streaming : http://lb.streamakaci.com/afm

Posted in # MEDIAS / PRESS / COMMUNICATION, * EODE Press Office, * Français | Tagged , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

# EODE THINK TANK / GEOPOLITICAL ANALYSIS / PANAFRICANISM: AN ALTERNATIVE IN EQUATORIAL GUINEA

LM - EODE TT guin+йe +йq et panafricanisme (2014 04 12) ENGL 1

Luc MICHEL for EODE Think Tank /
With Cameroon Voice – Le Messager (Cameroun) / 2014 04 12 /

www.eode.org
https://www.facebook.com/EODE.Think.Tank

«We regret the death of Colonel Muammar Qathafi. Take over his pan-African struggle is difficult»
- Teodoro Obiang Nguema, President of the Republic of Equatorial Guinea. 

Equatorial Guinea and its president are subjected to the West hatred. Smear campaigns, destabilization manoeuvres. Hatred reminiscent similar to that of the Libyan Jamahiriya of the Late Gaddafi. "You know, Westerners seek to destabilize us for years. They sent mercenaries, they financed coups, and they do not stop. Every year, at every moment, they do not sleep. For them, Equatorial Guinea is a country that has a lot of wealth and it is not normal that Africans can manage themselves their own wealth, if there is not a tutor who will say do this or do it. Here in Guinea, we are fighting for the independence of this country," said one of the sons of President Obiang Nguema Teodorín.

Prior to the general election  Senate, legislative and municipal – of May 26, 2013, the head of State of the Equatorial Guinea gave a pan-African press conference on Tuesday, May 14, 2013 in Malabo before journalists from Africa (Cameroon, Côte d'Ivoire, Ghana, Nigeria, Comoros, Benin, DRC, Congo-Brazzaville, Chad, etc.). He exposed a renewed pan-African thinking, which, two years after the collapse of the Libyan Jamahiriya, where Muammar Gaddafi exercised a moral and political leadership of the African Union  and which the Guinean President honoured him  offers an alternative to a pan-African process which seemed being broken.

Quite unknown, Equatorial Guinea (1) is an important country in the Central Africa, "new oil Eldorado" which means “embody today a new development model for Africa" ​​(2). In an Africa where things are not moving well, with western interventions and manipulations, destabilize the continent  Libya, Mali, Côte d'Ivoire, Central African Republic, without forgetting to mention the "laboratory" of Somalia  Equatorial Guinea is an example of stability. Since 2011, a process of state reconstruction and the development of democratic life of the Republic is in move (3)

‘EODE’ AND OUR THESES ON AFRICA

The positions of the Head of State of Equatorial Guinea join our concerns.
EODE sees the unification of Europe and Africa as two tramways that must be done in a harmony process. This means no Western intervention in Africa and true respect for African states. This also means that the Mediterranean has to become a bridge between the two continents and not a border, as envisioned by the EU and NATO.

This vision of the Mediterranean as a bridge, that we were the first to develop in the early 90s, was precisely that of the Libyan Jamahiriya. In the years 2000-2010, this vision was also widely accepted and shared by all the major actors in the European and African unions (4). And was a point of annoyance to American diplomacy. But the war in Libya brought a great change: Destruction of the Jamahiriya, return to aggressions and to Western military interventions in Africa, suffocation of pan-African ideas. 

All this goes against our vision of a multipolar world. The central role played by the dialogue of cultures is put aside and we are witnessing the return in the Mediterranean and Africa of “bellogenes” thesis of the "clash of civilizations." The return of the Pan-African theses in Malabo is a positive sign for us going in the other way.

WHAT DOES PRESIDENT TEODORO OBIANG NGUEMA SAY ABOUT AFRICA?

Here is the synthesis of the concerns raised by the Head of State of Equatorial Guinea (from the summary of Frederic BOUNGOU and Alain NJIPOU for Radio Cameroon):

* He denounces the return to neo-colonialism:
"…search for solutions to the problems that undermine Africa. I was in favor of this dialogue because the continent is despised internationally. Africa has suffered from the ravages of the history. First, the slavery that crowned the violation of human rights. We cannot, in our view, turn humans into slaves.
Then, colonization… A period during which Africa has been robbed, besides Human exploitation, looting of our wealths. Those who yesterday were the foundation of this exploitation are also at the basis of various crises in the world. I will mention the crisis of neo-colonialism, of looting our resources … The concern of certain powers is to see how they can have access to our wealth. This is what happened in Libya, where the country has been destabilized in order to control raw materials.

The African press has to do its job by informing Africans not to trust people who want to exploit or destroy Africa. It is for this reason that we continue to seek compensation for the damages of Africa, victim of slavery and colonialism and now neo-colonialism. Africa is a continent stated poor.  If we are poor, it is because of the looting of our resources. Those who do not like Africa use meaningless phrases like "ill-gotten gains" while they have properties in Africa."

* He develops a pan-African vision after the death of Qathafi:
The highlight of the president's speech, it is a tribute paid to the Pan-African vision of Muammar Qathafi. A brave speech at the opposite and the other side of the Western propaganda.
"We regret the death of Colonel Muammar Qathafi. Take over his pan-African struggle is difficult. This especially as each country has its policy and that some differences remain. Globally, many African Heads of State agreed with the ideas of Qathafi and have also supported them. I cannot take over him. Instead, I invite other heads of state of the Black continent to be united. Some heads of state are guided by the Western powers; they must avoid falling into the trap of exogenous manipulations to Africa, because these powers do not want Africa to go forward."

THE REFUSAL OF WESTERN DIKTATS 

In this anti-colonialist perspective, President Teodoro Obiang Nguema denies Western diktats:
"I accept no lesson of governance from people who did not hesitate to systematically loot and continue to loot Africa. I have no complex vis-à-vis Western leaders."
"We give priority to South-South cooperation, to inter-African cooperation. Because we must first strengthen our ties. Remember that this is only fifty years since we got rid of the colonial yoke. It takes time to build the foundation for development. But we are optimistic and our desire is that Africa grows."
"We expect nothing from the Western media, to act in the direction of building Africa (…) The Western press gives a negative image of Africa.”

On last December 31, in his "Message to the nation," he denounced the imperialist powers and the disinformation campaign that Equatorial Guinea is a victim, "do not be surprised because Equatorial Guinea is among the selected countries by powers in economic crisis to be destabilized. People enjoy the great political, economic, social and cultural freedoms; there is a gradual development of democracy (…) with the development of economic and social infrastructure that encourages us to continue working towards the emergence of Equatorial Guinea".

TEODORO OBIANG NGUEMA HAS ALSO A REGIONAL VISION WITH THE « CEMAC »

The Economic and Monetary Community of Central Africa or CEMAC is an international organization with several countries in central Africa, created to take over from the Customs and Economic Union of Central Africa (UDEAC). The CEMAC Treaty was signed on 16 March 1994 in N’djamena (Chad) and entered into force in June 1999. Its headquarters are in Bangui (Central African Republic). CEMAC comprises Monetary Union of Central Africa (UMAC) and the Economic Union of Central Africa (CAEU). CEMAC is composed of six member states: Cameroon, Central African Republic, Congo, Gabon, Equatorial Guinea and Chad.

Equatorial Guinea's president also has a vision for the CEMAC region:
"The policy of integration in the area of Economic and Monetary Community of Central Africa promotes the free movement of its people and goods. It must be wary of falling into the trap of misinterpretation of this policy. Because we need to control terrorism, drug and weapons trafficking, organized crime… all detrimental things to a community that aspires to development. However, we encourage the free movement of businessmen, students, scientists, managers in the public and others. Regarding the involvement of CEMAC in the resolution of the crisis in the Democratic Republic of Congo, the solution is, in our opinion, the political mediation. Congolese themselves must resolve their problems. What we want is that the Congolese lives in peace. This is a great country. But conflicts hinder development efforts. May be it will need a national conference for the stability of the country …” 

A NEW SPEECH IN AFRICA 

The African press is not wrong. This is a new speech in Africa. Look at the analysis of Frédéric BOUNGOU (Cameroon Voice): "For him, it is very simple: to develop herself, Africa must get rid of the neo-colonial domination, African leaders must stop being puppets in the service of West, and think first and foremost the welfare of their citizens.”
“I have no complex vis-à-vis European leaders," he argues, for example. Africa, he said, has enormous potential: its natural resources. Therefore it only needs the will of its leaders to make her taken off economically. Below is the epitome of this press conference. A profession of faith? Particularly a real lesson to his African presidents…"

TOWARDS EQUATORIAL MODEL

We emphasize that Equatorial Guinea was a state in reconstruction, where an elaborated process of development of democratic life of the Republic is in progress. In a very hard book for the country already in 2009, Samuel Denantes Teulade (5) was inducing about Malabo the possibility of "a new development model for Africa."

President Teodoro Obiang Nguema, who defines his country as "a social State and a State of law" (December 2012), develops today an unquestionably vision for his country. Let’s return to his press conference this May 14, 2013.

* He insists on rebuilding state institutions: 
"The advent of the Senate is part of an overall vision. We are working to reform our rules and laws for Equatorial Guineans to effectively participate in the management of public affairs, in the political life.  It is in this context in a methodical way, that we want to create a house of representatives, set up the Economic and Social Council, the Court of Auditors…

We are in a democratic process that embraces the realities of our culture, our traditions, our mentalities… In a credible electoral process, two fundamental aspects are important to complete the electoral process. First, the inscription on the lists, the identification of the voters who were well conducted to the point where a document of satisfaction was signed between the political parties of the opposition and the government. Then, the question of election materials, including financial resources. As such, the government has given adequate financial resources to political parties. All these aspects are addressed; now expected, the participation of the population to the aforesaid vote."

* It aims to "the emergence of Equatorial Guinea", according to the words of Cameroon Voice:
"The Government of the Republic is working for the welfare of the son and daughters of this country. As a proof of this the construction of social housing, roads, the creation of a national university, the creation of centres and other educational structures… In this dynamic, priority is given to local labor forces. Certainly we are not going to do with those who do not want to work, but I can assure you that in Guinea, there is no problem of employment. We did introduce a law that companies operating in our country spend 75% of staff recruited to the national workforce. In addition, these companies must have their headquarters built on our soil because when these companies go from Equatorial Guinea, the buildings will remain in favor of Equatorial Guineans. An economic program for 2020 aims to make Equatorial Guinea a self-sufficient emerging country. We do not want to rely on economic dependency."

* He focuses on education, training of national elites:
"To achieve this milestone, it requires training. By 2020, we want our youth to be academics. We want to leave a prosperous nation to posterity with dynamic young people, well trained. It should be noted that Equatorial Guinea is still an emerging country. But we aspire to emerge that will not come easily or if we cross our arms. We have to work. It is in this context that we are working to develop all sectors of activities, from agriculture to education through basic infrastructure and communication."

* Finally, he intends to manage the natural resources and the post-oil:
"The economic program which aims to make Equatorial Guinea an emerging country in 2020 takes into account the need to seek other alternatives. That is why we put a special emphasis on youth training; human resources because it is better to have an educated people, well trained than a nation endowed with natural resources. Progress depends on national competences. All development plans are the result of the vision of the people of Equatorial Guinea. In 2020, we no longer look at oil, but at a developed country."

Time has come with this ambitious vision, and the means that possesses the country, "new oil El Dorado", of a model of Equatorial Guinean…

Luc MICHEL

Version française :
http://www.eode.org/eode-think-tank-analyse-geopolitique-panafricanisme-une-alternative-en-guinee-equatoriale-qui-fait-peur-a-loccident
 

Notes and references:

(1) Cfr. THE ATLAS OF AFRICA, EQUATORIAL GUINEA, Ed. Jeune Afrique (Paris) ;
Jean-Claude Klotchkoff , THE EQUATORIAL GUINEA TODAY, Les Editions du Jaguar (Paris) ;
& EQUATORIAL GUINEA, , Les Editions du Jaguar (Paris).

(2) Samuel Denantes Teulade, MALABO, EQUATORIAL GUINEA: THE NEW OIL ELDORADO OF AFRICA, L’Harmattan, Paris, 2009.

(3) Cfr. Luc MICHEL, EQUATORIAL GUINEA: SENATE, LEGISLATIVE AND MUNICIPAL ELECTION  MAY 26, 2013,
sur http://www.eode.org/eode-international-elections-monitoring-guinee-equatoriale-elections-legislatives-senatoriales-et-municipales-le-26-mai-2013

(4) Cfr. Luc MICHEL, « VISIONARY AFRICA » : DIALOGUE OF CULTURES AND COOPERATION BETWEEN EUROPEAN AND AFRICAN UNIONS !, « Culture at the heart of the Africa-Europe dialogue! », in LIBYA NEWS & FACTS, CEREDD NEWSLETTER (Brussels and Paris) # 2.150, 25 October 2010.

(5) Samuel Denantes Teulade, MALABO, EQUATORIAL GUINEA: THE NEW OIL ELDORADO OF AFRICA.

LM - EODE TT guin+йe +йq et panafricanisme (2014 04 12) ENGL 2

LM - EODE TT guin+йe +йq et panafricanisme (2014 04 12) ENGL 3

Posted in # EODE - ZONE AFRICA, # EODE THINK TANK, * English, * EODE/ Analyses - Rapports | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

# EODE Press Office / VERBATIM/ INTERVIEW DU PRESIDENT DE GUINEE EQUATORIALE OBIANG NGUEMA BASOGO

EODE - interview pr+®sident Obiang (2014 04 08) FR

EODE Press Office/
Avec Africawatch – EODE zone Africa / 2014 04 08 /

http://www.eode.org
https://vimeo.com/eodetv 
https://www.facebook.com/EODE.org 
https://www.facebook.com/EODE.africa

« L’ingérence de la France et de l’Onu en Côte d’ivoire a crée un mauvais précédent » 

Dans une interview exclusive au magazine Panafricain AFRICAWATCH, le président équato-Guinéen Obiang Nguema Basogo dénonce de manière véhémente l’intervention de la France et de l’ONU dans les conflits ivoirien et libyen . Président en exercice de l’Union Africaine au moment des faits, le Président Obiang s’insurge contre l’internationalisation du conflit par la France qui avant même les élections en Cote d’ivoire avait clairement choisi son camp. 

# Africawatch :
Vous étiez le président de l'Union Africaine de Janvier 2011 à Janvier 2012. Il y a eu plusieurs événements importants au cours de cette période, y compris la famine en Afrique de l'Est, le printemps arabe en Tunisie, Égypte et Libye, et une guerre civile en Côte d'Ivoire. Cela semble avoir été un agenda chargé pour juste sur un année au pouvoir. Comment avez-vous managé dans ces situations difficiles ?

Teodoro Obiang Nguema : 
Eh bien, c'était vraiment une période difficile. J'ai fait face à beaucoup de problèmes au cours de mon mandat en tant que président de l'UA, donc je ne sais pas quoi dire. Était-ce la volonté de Dieu pour moi d'être le président de l'UA à ce moment précis pour faire face à tous ces conflits et ces problèmes? Ou était-ce juste une malchance? Je ne sais pas. Tout ce que je peux dire, c'est que j'ai travaillé très dur pour essayer d'apporter la paix à tous les endroits ou il y avait des conflits, et en Afrique en général.

En ce qui concerne les cas de la Tunisie et  de l’Egypte que vous avez mentionnés, je pense que c'était des questions internes que les gens de ces pays voulaient mettre à l'attention de leurs gouvernements et des présidents. Et il n'y avait pas grand-chose qu'on pourrait faire ou dire à leur sujet au niveau de l'UA ou international. À propos de la Côte d'Ivoire et de la Libye, c'était une autre paire de manches. On peut clairement dire que les deux conflits ont échappé à notre contrôle à cause de l'ingérence extérieure dans les deux pays.

En Côte d'Ivoire, par exemple, quand j'étais président de l'UA, j'ai parlé et j'ai réussi à convaincre l'ancien président Laurent Gbagbo à démissionner du pouvoir et il a accepté de le faire, j'ai aussi essayé de convaincre l'autre partie à accepter la négociation avec Gbagbo parce qu'il avait accepté de démissionner, mais l'ingérence extérieure n'a pas donné vraiment le temps à Gbagbo de démissionner ou de s'engager dans des négociations avec l'autre partie.

En fait, le problème ivoirien n'était pas vraiment un problème au début, il s'agissait d'un malentendu. Les gens sont allés à une élection et il y avait un malentendu sur le gagnant. En fait, cela me surprend qu'à partir de ce malentendu est né un énorme conflit qui s'est aggravé au niveau que nous avons vu.

# Africawatch : 
Qu'est ce qui à votre avis a provoqué l'escalade ?

Teodoro Obiang Nguema : 
Je crois que c'était l'ingérence de pays étrangers, des Nations Unies et de tous les organismes, qui ont vraiment aggravé le conflit en Côte d'Ivoire. Je me suis demandé pourquoi les Nations Unies, une institution de la paix fondée pour favoriser la paix dans le monde, a pris parti dans un conflit interne et créée l'escalade à l'aide de ses troupes qui sont intervenues, même combattu, pour une partie au conflit.

Pourquoi n'a-t-elle pas dit : "Eh bien, nous savons que la France s'est impliqué jusqu'au cou dans ce conflit, elle a utilisé ses troupes et s'est battue pour un camp dans le conflit avant les élections, et beaucoup de personnes sont mortes. En tant que tel, la France n'est plus un arbitre impartial en Côte d'Ivoire. Elle devait donc se mettre à l'écart et donner la place à des pays neutres acceptés par les deux parties pour vraiment aider à trouver une solution acceptable en Côte d'Ivoire".

Mais non. L'ONU, elle-même, sous l'influence des pays occidentaux au sein du Conseil de sécurité, a déployé ses troupes en tandem avec la France pour attaquer Laurent Gbagbo, le traquer dans le bunker présidentiel, et l'humilier, lui, sa femme et sa famille devant la télévision internationale. Oui, ils l'ont défilé devant la télévision internationale. Cela, pour moi, restera à jamais l'un des points les plus bas, les jours sombres, même des Nations Unies. Pourquoi l'ONU a décidé de descendre si bas dans un conflit international me tourmente. Et beaucoup de gens sont morts en Côte d'Ivoire en raison de l'ingérence extérieure. Ils n'ont vraiment fait qu'aggraver le problème.

# Africawatch : 
En ce qui concerne l'UA, pouvait-elle ou devait-elle intervenir ?

Teodoro Obiang Nguema : 
Je crois qu'il était possible à l'UA de trouver une solution, parce que, en tant président de l'UA, j'ai demandé à la communauté internationale de permettre à l'Union africaine de trouver une solution en Côte d'Ivoire. Je leur ai dit que c'était une opportunité pour l'Union africaine et les Africains, pour résoudre le problème. C'était un problème africain qui avait besoin d'une solution africaine.

Mais ils n'ont pas écouté. Pour eux, il était trop tard, car ils avaient déjà pris la décision d'intervenir et d'utiliser leurs troupes contre Gbagbo, de le retirer de pouvoir au profit de l'autre partie. Ainsi, contrairement à la Tunisie et l'Egypte, ce n'était pas le peuple de Côte d'Ivoire qui a enlevé Gbagbo du pouvoir. Ce sont les Français et les troupes de l'ONU qui l'ont fait. Ce n'était même pas l'armée ivoirienne qui l'a enlevé. Ce sont les français et les troupes de l'ONU, des troupes étrangères.

# Africawatch : 
Pourquoi exactement la France et les Nations Unies ont-elles joué ces rôles importants dans ces conflits africains ?

Teodoro Obiang Nguema : 
La France a joué un rôle clé dans le conflit ivoirien parce que la France avait promis de donner le pouvoir à l'autre partie. Mais elle n'allait pas le faire par les urnes ou les négociations, elle avait l'intention d'utiliser l'armée française. Et c'est exactement ce qu'elle a fait. Et quelque soit ce que nous disions en tant que dirigeants de l'Afrique, siégeant à l'Union africaine, n'avait pas d'importance pour eux. 

En Libye, le conflit a aussi commencé comme une affaire interne, comme ce qui s'est passé en Egypte et en Tunisie, mais il a fini dans une rébellion parrainée par les pays étrangers. Tout à coup, les rebelles de l'Est, qui n'avait pas de fusils, ont reçu des armes envoyées par des pays étrangers pour lutter contre le gouvernement du colonel Mouammar Kadhafi, qui avait contribué à la création de l'Union africaine, et a soutenu l'organisation de quelque manière qu'il le pouvait.

Dans tous les pays, si un gouvernement est attaqué par des rebelles armés, le gouvernement a le droit de se défendre par le déploiement de son armée. C'est inscrit dans le droit international. Et c'est exactement ce que le gouvernement de Kadhafi a tenté de faire.
En Tunisie et en Egypte, le peuple s'est levé pour exiger un changement de gouvernement sans utiliser les armes. En Libye, c'était différent. La soi-disant armée rebelle dans l'est de la Libye a soudainement obtenu des armes en provenance de pays étrangers et les ont utilisées pour attaquer le gouvernement de Kadhafi.

On peut donc comprendre ce que Kadhafi a essayé de faire pour se défendre et défendre la souveraineté de son pays. Même si c'était un cas évident d'un gouvernement qui se défend contre l'agression rebelle, contre les rebelles financés et armés par des pays étrangers, les mêmes pays étrangers se sont cachés derrière l'OTAN pour bombarder et de détruire l'armée de Kadhafi et neutraliser sa capacité de se défendre et défendre son pays.
Ces mêmes pays étrangers ont à nouveau utilisé les Nations Unies pour imposer une «zone d'exclusion aérienne» sur la Libye. Alors, vraiment, les mains et les pieds de Kadhafi étaient attachés par l'ingérence internationale qui a joué un rôle clé dans le conflit libyen, contrairement aux soulèvements en Tunisie et en Egypte, qui ont été autorisés à être des questions purement internes à résoudre par les peuples de ces deux pays , et non par des puissances étrangères.

On peut donc distinguer entre les soulèvements en Egypte et en Tunisie, d'une part, et les conflits en Côte d'Ivoire et la Libye, d'autre part. Les deux premiers étaient des questions internes qui ont été régler par les peuples de ces pays eux-mêmes, tandis que la Côte d'Ivoire et en Libye ont connus des interférences internationales qui n'ont fait qu'empirer les choses.
Pour cette raison, nous pensons que les Nations Unies, une institution de la paix, ne devrait pas avoir joué le genre de rôle qu'elle a joué en aidant les puissances étrangères à intervenir en Côte d'Ivoire et en Libye. Ce n'était pas pour cela que l'ONU a été créé. Elle a créé un mauvais précédent dans le monde.

Africawatch / EODE Press Office

http://www.eode.org
https://vimeo.com/eodetv
https://www.facebook.com/EODE.org 
https://www.facebook.com/EODE.africa 

Posted in # EODE - ZONE AFRICA, # MEDIAS / PRESS / COMMUNICATION, * EODE Press Office, * Français | Tagged , , , , , , , , , , , | Leave a comment

# EODE THINK TANK / ANALYSE GEOPOLITIQUE / PANAFRICANISME : UNE ALTERNATIVE EN GUINEE EQUATORIALE QUI FAIT PEUR A L’OCCIDENT

LM - EODE TT guin+®e +®q et panafricanisme (2014 04 08) FR 1

Luc MICHEL pour EODE Think Tank /
Avec Cameroon Voice – Le Messager (Cameroun) / 2014 04 08 /

www.eode.org
https://www.facebook.com/EODE.Think.Tank

« Nous regrettons la disparition du colonel Mouammar Kadhafi. Prendre le relais de son combat panafricain est difficile »
- Teodoro Obiang Nguema, président de la République de Guinée Equatoriale

La Guinée Equatoriale et son président sont l’objet de la haine de l’Occident. Campagnes de dénigrement, maneuvres de déstabilisation. Une haine qui rappelle celle qui entourait la Jamahiriya libyenne de feu Kadhafi. « Vous savez, des Occidentaux cherchent à nous déstabiliser depuis des années. Ils ont envoyé des mercenaires, ils ont financé des coups d’Etat, ils ne s’arrêtent pas. Chaque année, à chaque moment, ils ne dorment pas. Pour eux, la Guinée équatoriale est un pays qui a beaucoup de richesses et ce n’est pas normal que les Africains puissent gérer eux-mêmes leurs propres richesses, s’il n’y a pas un tuteur qui vous dise faites ceci ou faites cela. Nous ici en Guinée, on se bat pour l’indépendance de ce pays », explique un des fils du président, Teodorin Obiang Nguema.

En prélude aux élections générales – sénatoriales, législatives et municipales  du 26 mai 2013, le chef de l’Etat équato-guinéen avait donné le 14 mai 2013, à Malabo, une conférence panafricaine de la presse, devant des journalistes venus d’Afrique (Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Comores, Bénin, Rdc, Congo-Brazza, Tchad, etc). Il y avait exposé une pensée panafricaine renouvelée, qui, deux ans après la destruction de la Jamahiriya libyenne où Moammar Kadhafi exerçait un leadership moral et politique sur l’Union Africaine – et auquel le président guinéen rendait hommage , offre une alternative à un processus panafricain qui semblait brisé. 

On connaît mal la Guinée équatoriale (1), pays important dans l’Afrique de l’Ouest, « nouvel eldorado pétrolier » qui entend « incarner aujourd'hui un nouveau modèle de développement pour l'Afrique » (2). Dans une Afrique qui va mal, où les interventions et les manipulations occidentales déstabilisent le contienent – Libye, Mali, Côte d’Ivoire, Centrafrique, sans oublier le « laboratoire » somalien , la Guinée Equatoriale est un contre-exemple de stabilité. Depuis 2011, un processus de reconstruction de l’Etat et de développement de la vie démocratique de la République est en cours (3).

‘EODE’ ET NOS THESES SUR L’AFRIQUE

Les positions du président de Guinée Equatoriale rejoignent nos préoccupations.
EODE voit le processus d'unification de l'Europe et de l'Afrique comme deux voies similaires, qui doivent se réaliser en symbiose. Cela signifie pas d'intervention occidentale en Afrique et vrai respect pour les états africains. Cela signifie aussi que la Méditerranée doit devenir un pont entre les deux continents et non une frontière, comme la conçoit l’UE et l’OTAN.

Cette vision de la Méditerranée, que nous avions été les premiers à développer au début des Années 90, comme un pont était précisément celle de la Jamahiriya libyenne. Dans les Années 2000-2010, cette vision était aussi largement acceptée et partagée par tous les grands acteurs des unions européenne et africaine (4). Et agaçait énormément la diplomatie américaine. Mais la guerre en Libye marque le grand retournement : destruction de la Jamahiriya, retour aux agressions et expéditions militaires occidentales en Afrique, étouffement des idées pan-africaines.

Tout cela va à l’encontre de notre vision d’un monde multipolaire. Le rôle central joué par le dialogue des cultures est bien oublié et nous assistons au retour en Méditerranée et en Afrique des thèses bellogènes du « choc des civilisations ». Le retour des thèses panafricaines à Malabo est donc pour nous un signe positif qui va dans l’autre sens.

QUE DIT LE PRESIDENT TEODORO OBIANG NGUEMA DE L’AFRIQUE ?

Voici la synthèse des préoccupations évoquées par le numéro un équato-guinéen (d’après le résumé réalisé par Frédéric BOUNGOU et Alain NJIPOU pour Radio Cameroun) :

* Il dénonce le retour au néo-colonialisme :
«  … rechercher des solutions aux maux qui minent l’Afrique. J’ai été favorable à cet échange parce que le continent africain est méprisé à l’échelon international. L’Afrique a souffert des affres de l’histoire. D’abord la traite négrière qui a consacré la violation des droits de l’Homme. On ne saurait, de notre point de vue, transformer des humains en esclaves.
Ensuite la colonisation. Une période au cours de laquelle, l’Afrique a été spoliée. Exploitation de l’homme, exploitation de nos richesses. Ceux qui hier étaient le socle de cette exploitation sont aussi à la base des diverses crises qui secouent le monde. Je citerai la crise du néo-colonialisme, de l’exploitation de nos richesses…Le souci de certaines puissances est de voir comment elles peuvent avoir accès à nos richesses. C’est ce qui s’est passé en Libye où on a déstabilisé le pays pour pouvoir contrôler les matières premières.
La presse africaine doit faire son travail en informant les Africains non pas en faisant confiance aux gens qui veulent exploiter ou détruire l’Afrique. C’est à ce titre que nous continuons à demander des indemnités pour le dédommagement de l’Afrique, victime de l’esclavage et de la colonisation et aujourd’hui du néo colonialisme. L’Afrique est un continent déclaré pauvre. Si nous sommes pauvres, c’est à cause de l’exploitation de nos ressources. Ceux qui n’aiment pas l’Afrique utilisent des expressions dénuées de sens du genre « Biens mal acquis» alors qu’ils disposent des propriétés en Afrique. »

* Il développe une vision panafricaine après la mort de Kadhafi :
Le temps fort du discours du président, c’est l’hommage à la vision panafricaine de Moammar Kadhafi. Un discours courageux à l’inverse et à l’encontre de la propagande occidentale.
« Nous regrettons la disparition du colonel Mouammar Kadhafi. Prendre le relais de son combat panafricain est difficile. Ce d’autant que chaque pays a sa politique et quelques différences subsistent.  Globalement, beaucoup de chefs d’Etat africains étaient d’accord avec les idées de Kadhafi et ont d’ailleurs soutenu celles-ci. Je ne peux pas prendre le relais. J’invite plutôt les autres chefs d’Etat du continent noir à être solidaires. Certains chefs d’Etat sont téléguidés par des puissances occidentales, ils doivent éviter de tomber dans le piège des manipulations exogènes à l’Afrique, car ces puissances ne veulent pas que l’Afrique avance. »

LE REFUS DES DIKTATS OCCIDENTAUX

Dans cette optique anticolonialiste, le président Teodoro Obiang Nguema refuse les diktats occidentaux :
« Je n’accepte aucune leçon de gouvernance de la part de gens qui n’ont pas hésité à piller systématiquement et qui continuent de piller l’Afrique. Je n’ai aucun complexe vis-à-vis de dirigeants occidentaux. »
« Nous donnons la priorité à la coopération sud-sud, à la coopération interafricaine. Car nous devons d’abord resserrer nos liens. N’oubliez pas que cela fait seulement cinquante ans que nous nous sommes débarrassés du joug colonial. Il faut du temps pour mettre les bases du développement. Mais nous sommes optimistes et notre volonté est que l’Afrique grandisse. »
« Nous n’attendons rien de la presse occidentale, pour agir dans le sens de construire l’Afrique (…) La presse occidentale donne une image négative de l’Afrique. »

Déjà le 31 décembre dernier, dans son « Message à la nation » , il dénonçait les puissances impérialistes et la campagne de désinformation dont la guinée équatoriale est victime : « ne soyez pas surpris car la guinée équatoriale est parmi les pays sélectionnés par les puissances en crise économique pour la déstabiliser. Le peuple jouit des grandes libertés politiques, économiques, sociales et culturelles, l'on observe un développement progressif de la démocratie (…) avec le développement  des infrastructures économiques et sociales qui nous incite à continuer de travailler vers l'émergence de la Guinée équatoriale ».

TEODORO OBIANG NGUEMA A AUSSI UNE VISION REGIONALE AVEC LA « CEMAC »

La Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale ou CEMAC est une organisation internationale regroupant plusieurs pays d'Afrique centrale, créée pour prendre le relais de l'Union douanière et économique de l'Afrique centrale (UDEAC). Le traité instituant la CEMAC a été signé le 16 mars 1994 à Ndjamena (Tchad) et est entré en vigueur en juin 1999. Son siège est à Bangui (République centrafricaine.) La CEMAC regroupe l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC) et l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC). La CEMAC est composée de 6 États membres : Cameroun, République centrafricaine, République du Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad.

Le président équato-guinéen a aussi une vision pour la CEMAC et la région :
« La politique d’intégration en zone de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale prône la libre circulation des personnes et des biens. Il faut cependant se garder de tomber dans le piège de la mauvaise interprétation de cette politique. Car nous devons contrôler le terrorisme, le trafic de drogue et d’armes, le  grand banditisme… Toutes choses préjudiciables à une communauté qui aspire au développement. En revanche, nous encourageons la libre circulation des hommes d’affaires, des étudiants, des scientifiques, cadres de la fonction publique  et autres. En ce qui concerne l’implication de la Cemac dans la résolution de la crise en République démocratique du Congo,  la solution est, de notre avis, dans la médiation politique. Les Congolais doivent eux-mêmes résoudre leurs problèmes. Ce que nous souhaitons, c’est que la Rdc vive dans la paix. Il s’agit d’un grand pays. Mais les conflits freinent les efforts de développement. Peut-être faudra-t-il une conférence nationale pour la stabilité du pays… »

UN NOUVEAU DISCOURS EN AFRIQUE

La presse africaine ne s’y est pas trompée. C’est bien un discours nouveau en Afrique. Ecoutons l’analyse de Frédéric BOUNGOU (Cameroon Voice) :  « Pour lui, c’est bien simple : pour se développer, l’Afrique doit se départir du joug néo colonial, ses dirigeants doivent cesser d’être des pantins au service de l’Occident, et penser d’abord et avant tout au bien-être de leurs concitoyens. « Je n’ai aucun complexe vis-à-vis des dirigeants européens », soutient-il par exemple. L’Afrique, selon lui, dispose de potentialités énormes : ses ressources naturelles. Il lui faut donc seulement la volonté de ses dirigeants pour la faire décoller économiquement. Ci-dessous la quintessence de cette conférence de presse. Une profession de foi ? Une vraie leçon à ses pairs africains, surtout… »

VERS UN MODELE EQUATO-GUINEEN

Nous soulignons que la Guinée Equatoriale était un Etat en reconstruction, où un processus élaboré de développement de la vie démocratique de la République est en cours. Dans un livre très dur pour le Pays, Samuel Denantes Teulade (5) évoquait déjà en 2009à propos de Malabo la possibilité d’ « un nouveau modèle de développement pour l'Afrique ».

Le président Teodoro Obiang Nguema, qui définit son pays comme "un état social et de droit" (décembre 2012), développe aujourd’hui incontestablement une vision pour son pays. Revenons à sa conférence de presse de ce 14 mai 2013.

* Il insiste sur la reconstruction des institutions de l’Etat :
« L’avènement du Sénat participe d’une vision d’ensemble. Nous travaillons à la réforme de nos textes et lois pour que les Equato-guinéens participent effectivement à la gestion de la chose publique, à la vie politique. C’est dans ce cadre que de façon méthodique, nous voulons créer une chambre des représentants, mettre sur pied le Conseil économique et social, une Cour des comptes…
Nous sommes dans un processus démocratique qui épouse les réalités de nos cultures, nos traditions, nos mentalités…Dans un processus électoral crédible, deux aspects fondamentaux sont importants pour mener à bien les opérations électorales. D’abord, les inscriptions sur les listes, le recensement des votants qui ont été bien conduits au point où un document de satisfaction a été signé entre les partis politiques de l’opposition et le gouvernement. Ensuite la question du matériel électoral, notamment les ressources financières. A ce titre, le gouvernement a remis des ressources financières appropriées aux partis politiques. Tous ces aspects sont réglés. Reste attendue, la participation des populations au vote proprement dit. »

* Il vise à « l’émergence de la Guinée équatoriale », selon les termes de Cameroon Voice :
« Le gouvernement de cette République travaille pour le bien-être des fils et filles de ce pays. J’en veux pour preuve, la construction des logements sociaux, la construction des routes, la création d’une Université nationale, la création des centres et autres structures éducatifs… Dans cette dynamique, la priorité est donnée à la main d’œuvre locale. Certes, nous n’allons pas faire avec ceux qui ne veulent pas travailler, mais je peux vous assurer qu’en Guinée, il n’existe pas un problème de l’emploi. Nous avons fait instaurer une loi qui veut que les entreprises implantées dans notre pays consacrent 75% du personnel recruté à la main d’œuvre nationale. En outre, ces entreprises doivent avoir leur siège social construit sur place parce que quand ces entreprises vont partir de la Guinée équatoriale, les bâtisses vont rester au profit des Equato-guinéens. Un programme économique destiné à l’horizon 2020 ambitionne de faire de la Guinée équatoriale un pays émergent, autosuffisant. Nous ne voulons plus compter sur la dépendance économique. »

* Il mise sur l’éducation, la formations des élites nationales :
« Pour parvenir à ce cap, cela passe par la formation. A l’horizon 2020, nous voulons que nos jeunes soient des universitaires. Nous voulons laisser une nation prospère à la postérité avec des jeunes dynamiques, bien formés. Il faut retenir que la Guinée équatoriale n’est pas encore un pays émergent. Mais nous aspirons à l’émergence qui ne viendra pas facilement ou si nous croisons les bras. Nous devons y travailler. C’est dans cette optique que nous travaillons pour développer tous les secteurs d’activité, de l’agriculture à l’éducation en passant par les infrastructures de base et de communication. »

* Enfin, il entend gérer les ressources naturelles et l’après-pétrole :
« Le programme économique qui ambitionne de faire de la Guinée équatoriale un pays émergent en 2020 prend en compte la nécessité de rechercher d’autres alternatives. C’est pour cela que nous mettons un accent particulier sur la formation des jeunes, des ressources humaines car il vaut mieux avoir un peuple éduqué, bien formé qu’une nation pourvue en ressources naturelles. Le progrès dépend des compétences nationales. Tous les plans de développement sont la résultante de la vision du peuple équato-guinéen. En 2020, on ne regardera plus le pétrole, mais un pays développé. » 

Le temps semble venu, avec cette vision ambitieuse, et les moyens dont dispose le pays, « nouvel eldorado pétrolier », d’un modèle équato-guinéen pour l’Afrique … 

Luc MICHEL

http://www.eode.org/eode-think-tank-analyse-geopolitique-panafricanisme-une-alternative-en-guinee-equatoriale 

https://www.facebook.com/notes/eode-think-tank/-eode-think-tank-analyse-geopolitique-panafricanisme-une-alternative-en-guinee-e/505496752838772 

Notes et renvois :

(1) Cfr. LES ATLAS DE L'AFRIQUE, GUINEE EQUATORIALE, Ed. Jeune Afrique (Paris) ;
Jean-Claude Klotchkoff , LA GUINEE EQUATORIALE AUJOURD'HUI, Les Editions du Jaguar (Paris) ;
Et GUINEA ECUATORIAL , LA GUINEE EQUATORIALE, Les Editions du Jaguar (Paris).

(2) Samuel Denantes Teulade, MALABO, GUINEE-EQUATORIALE : LE NOUVEL ELDORADO PETROLIER DE L'AFRIQUE, L’Harmattan, Paris, 2009.

(3) Cfr. Luc MICHEL, GUINEE EQUATORIALE : ELECTIONS LEGISLATIVES , SENATORIALES ET MUNICIPALES LE 26 MAI 2013,
sur http://www.eode.org/eode-international-elections-monitoring-guinee-equatoriale-elections-legislatives-senatoriales-et-municipales-le-26-mai-2013

(4) Cfr. Luc MICHEL, « VISIONARY AFRICA » : DIALOGUE DES CULTURES ET COOPERATION ENTRE LES UNIONS EUROPEENNE ET AFRICAINE !, « La culture placée au cœur du dialogue Afrique-Europe ! », in LIBYA NEWS & FACTS, bulletin du CEREDD (Bruxelles et Paris) n° 2.150, 25 octobre 2010.

LM - EODE TT guin+®e +®q et panafricanisme (2014 04 08) FR 2

LM - EODE TT guin+®e +®q et panafricanisme (2014 04 08) FR 3

Posted in # EODE - ZONE AFRICA, # EODE THINK TANK, * EODE/ Analyses - Rapports, * Français | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

# EODE THINK TANK / GEOPOLITIQUE & IDEOLOGIES / DU GENOCIDE RWANDAIS AU MILLIONS DE MORTS DU CONGO : MANIPULATIONS ET RESPONSABILITES OCCIDENTALES

LM - EODE TT Du g+®nocide rwandais a la recolonisation des Grands Lacs (2014 04 05) FR 1

Luc MICHEL Karel HUYBRECHTS pour EODE Think Tank /
Avec EODE-Books – JamboNews – Editions Duboris / 2014 04 05 /

« Pour les dirigeants de Bruxelles, les millions de morts du Congo ont nécessairement moins d’importance que les « 800.000 » victimes tutsi du Rwanda. Ces victimes congolaises ont d’autant moins d’importance que leurs bourreaux sont précisément des rebelles tutsi du Rwanda. C’est ce parti pris obscène qui choque aussi les Congolais. Une victime quelle que soit son origine ethnique, son appartenance religieuse ou sa couleur mérite d’être considérée et respectée. Ce n’est pas le cas actuellement dans les Grands Lacs. Les victimes congolaises et hutu ne sont pas traitées à égalité avec les victimes tutsi, et ce, depuis bientôt vingt ans. Cela est inacceptable, pervers et dangereux pour l’avenir et pour l’histoire. Le comportement des dirigeants européens et celui des organisations internationales est, dans cette tragédie, contraire aux principes d’équité, d’impartialité et d’égalité de traitement »
- Charles Onana.
 
L’UE MISE EN CAUSE DANS UNE PERSPECTIVE GLOBALE

Peu de journalistes, encore moins d’historiens ont analysé le génocide rwandais dans la perspective géopolitique globale de la déstabilisation de la région des Grands Lacs et de sa recolonisation rampante.

Mettre en rapport le génocide rwandais – élément déclencheur qui a permis l’arrivée au pouvoir de Kagame –, la crise du Congo, le régime Kabila, la crise de la région des grand lacs, et le régime Kagame qui en est l’acteur majeur, avec ses complicités dans l’UE et en Occident : c’est ce que fait le livre de Charles Onana, journaliste d’investigation franco-camerounais. Dont nous partageons les analyses.

« Je ne comprenais pas pourquoi l’Europe, qui prône la défense des droits humains et de la démocratie, s’accommode tant du trucage des élections au Rwanda et en RDC et de la violation des droits de la personne dans ces deux pays, dit-il. Je m’étonnais aussi du silence persistant en Europe sur le harcèlement des militants des droits humains et leur assassinat tant au Rwanda qu’en RDC. J’ai donc décidé d’enquêter dans « l’arrière-cuisine » de la diplomatie européenne ».

A partir des notes internes du Conseil de l’Europe, des rapports restreints de la Commission Européenne et des confidences de diplomates et de hauts fonctionnaires européens, Charles Onana dans son livre EUROPE, CRIMES ET CENSURE AU CONGO (Editions Duboiris) (1) apporte de nombreuses preuves sur la bienveillance des institutions européennes à l’égard du régime de Paul Kagame dans ses actions criminelles en RDC.

Dans ce livre riche en révélations et documents inédits, on découvre notamment :
- Comment Joseph Kabila a été imposé à la tête de la République Démocratique du Congo (RDC) en 2006 par George Bush et de Jacques Chirac au moyen d’élections truquées et financées par l’Union Européenne (UE) ;
- que la condition exigée à Joseph Kabila pour rester au pouvoir était qu’il se taise sur les incursions rwandaises à l’Est de la RDC et sur les atrocités commises par les hommes de Kagame ;
- que malgré la multiplication des rapports internes attestant clairement de la présence des soldats rwandais à l’Est de la RDC, l’UE nie officiellement l’invasion du Congo par le Rwanda et censure tout discours mettant en cause Paul Kagame et ses hommes ;
- que l’Union Européenne a dépensé plusieurs millions d’ euros pour bâtir une armée congolaise avec des truands, des violeurs et des criminels contre l’Humanité, malgré les inquiétudes de certains hauts fonctionnaires sur ce « brassage » périlleux.

Au terme de cette enquête délicate et dérangeante, qui nous mène des bureaux feutrés de Bruxelles, où l’on étouffe surtout les scrupules, aux dangereuses forêts de l’Est du Congo peuplées de réfugiés, de tortionnaires, d’enfants-soldats et de chercheurs de coltan, en passant par les salles de réunion de l’ONU, on mesure à quel point l’écart est grand entre les valeurs proclamées par l’Union Européenne et la réalité de ses interventions sur le terrain. Un tableau terrifiant qui met à mal le prestige des institutions européennes, qui pose questions sur l’idéologie de l’UE et qui peut légitimement inquiéter le contribuable européen quant au bien-fondé et aux véritables objectifs de la diplomatie de Bruxelles en Afrique et au Congo.

« L’UNION EUROPEENNE CENSURE L’IMPLICATION DU RWANDA DANS LA CRISE CONGOLAISE »

Lors d’une interview exclusive accordée à JamboNews à Bruxelles (2), Charles Onana, avait répondu aux questions autour de son livre consacré à la RDC et au Rwanda. Il a notamment évoqué le rôle du Rwanda dans la crise congolaise ainsi que le silence de l’Union européenne au vu de tous les épisodes tragiques observés en République démocratique du Congo depuis le début des hostilités en 1996.

Charles Onana part d’une constatation simple selon laquelle l’Union européenne parle moins de l’implication du Rwanda dans les conflits armés qui secouent le Congo. Tout récemment, suite aux rapports des experts de l’ONU accusant le Rwanda de soutenir des rebellions en RDC, Charles Onana dit avoir constaté que le discours de l’Union européenne ménageait beaucoup Kigali et l’épargnait d’une interpellation directe sur son rôle dans la déstabilisation de la RDC. « C’est la raison pour laquelle  j’ai enquêté sur les processus de décision au sein de l’Union européenne. Qui influence qui et dans quel but ? »  a t-il notamment déclaré.

Dans le cadre de ses investigations, Charles Onana confie avoir obtenu plusieurs documents tenus secrets des institutions européennes, documents parfois issus des rapports des envoyés spéciaux  de l’Union européenne dans la région des Grands Lacs. Sans doute des pièces à conviction. « En effet, ces documents n’étaient pas destinés à être rendu public. En ayant ces documents, j’ai pu reconstituer les pièces manquantes du puzzle. En outre,  les témoignages des diplomates m’ont aidé », a indiqué Charles Onana. Ce dernier a également révélé l’échange qui a eu lieu en 2003 entre le président de la RDC Joseph Kabila et Javier Solana, Haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union européenne.

Selon Charles Onana, Joseph Kabila avait écrit à Javier Solana pour mettre en place une police intégrée en vue d’assurer la sécurité du processus électoral en RDC. Onana déplore que cette initiative ne fût guère pour l’intérêt de la population congolaise. Décriant par ailleurs la passivité et l’incompétence de Joseph Kabila, Charles Onana a affirmé que le président congolais est une émanation de l’AFDL et du Rwanda.

KAGAME, OMBRE ET LUMIERE

Côté lumière, le président Kagame est largement crédité de la spectaculaire transformation du pays depuis 20 ans avec une incontestable réussite économique et la forte éradication de la corruption. Dévasté et traumatisé lorsque les rebelles du FPR prirent le pouvoir en 1994, mettant fin à un génocide qui venait de faire environ 800.000 morts essentiellement dans la minorité tutsi, le Rwanda a enregistré ces dernières années la croissance la plus forte d'Afrique de l'Est.

Mais détracteurs du régime et observateurs dénoncent un monopartisme de fait – bien que onze partis soient enregistrés officiellement – et l'absence de liberté d'expression. 

Côté ombre, les critiques visent la démocratie de façade, mais aussi et surtout la politique extérieure du régime Kagame et ses interventions chez ses voisins. Et particulièrement le rôle du Rwanda dans la crise congolaise.

Ainsi Charles Onana met en cause à la fois l’interventionnisme déstabilisateur du Rwanda dans la région des Grands Lacs et singulièrement au Congo (RDC), mais aussi son rôle comme agent des multinationales…


« LE RWANDA DE KAGAME EST DEVENU L’AVOCAT DE LA RECOLONISATION DE L’AFRIQUE »

Charles Onana n’a pas non plus eu des mots tendres envers le régime de Paul Kagame. « Kagame mène une guerre économique au Congo. Aujourd’hui, on a la démonstration de cette assertion. Depuis longtemps, les gens avaient sous-estimé le rôle du Rwanda comme un sous-traitant des multinationales. Le Rwanda de Kagame est devenu l’avocat de la recolonisation de l’Afrique », déclare Charles Onana.

Charles Onana soutient que le Rwanda a  des agents et des lobbies très actifs au sein des institutions européennes parmi lesquels, le non moins influent Louis Michel – leader libéral belge, ancien ministre et commissaire européen –, initiateur du groupe « les amis du Rwanda » au sein du parlement européen, pour vous dire le travail abattu en coulisses.

Dans une autre interview au journaliste Robert KONGO (3), Onana revient sur « Le rôle de Louis Michel, ancien ministre et commissaire européen », « majeur dans cette action de lobbying. Ces dernières années, ses prises de position aussi bien au sénat belge qu’au sein de la commission européenne ont été déterminantes. Par exemple, il s’est opposé à la proposition d’un diplomate allemand qui demandait l’adoption de sanctions économiques contre le Rwanda après la publication des rapports de l’ONU prouvant l’implication des troupes rwandaises dans le pillage et la déstabilisation de la RDC. Louis Michel a considéré qu’envisager des sanctions contre le Rwanda serait contre productif. Pour lui, « Kagame est un visionnaire » et son pays serait un « pôle de stabilité » dans les Grands Lacs. Louis Michel a ouvertement pris fait et cause pour le régime dictatorial de Kagame et s’échine à le défendre coûte que coûte au sein des institutions de Bruxelles ».

« Les compte-rendus du sénat belge sont à ce sujet édifiant, rappelle Onana. On y découvre un Louis Michel agissant et parlant non pas comme un ministre belge mais plutôt comme « un militant rwandais » plaidant la cause de son « visionnaire » de Kigali. Il a même osé créer une association des amis du Rwanda au lendemain de la publication du rapport mapping de l’ONU en 2010. Il était partout, courant et transpirant pour un utopique « dialogue entre Kinshasa et Kigali ». L’impartialité de cet ancien commissaire européen n’a jamais été de mise dans la crise des Grands Lacs. »

POURQUOI CE ROLE HONTEUX DE L’UE DANS LA REGION DES GRANDS LACS ?

Sans toutefois entrer en profondeur sur la notion de stabilité, Onana justifie le soutien indéfectible de l’Union Européenne au Rwanda par la garantie qu’il offre sur la stabilité de leurs intérêts dans cette région. Raison pour laquelle selon lui, l’UE continue de se voiler la face sur la situation dans la région des Grands-Lacs. Malgré les violations des droits de l’Homme au Rwanda, l’Union européenne continue toujours à apporter son soutien à ce régime dictatorial. Eu égard à ce qui précède, l’UE ne respecte donc pas ses propres principes, a conclu Charles Onana.

Onana donne l’exemple de la participation de l’UE dans la répression et le truquage des élections au Congo : « le chef de la diplomatie européenne (Javier Solana) et Joseph Kabila ont eu plusieurs échanges téléphoniques et épistolaires. Le président congolais lui a adressé une requête le 20 octobre 2003, dans laquelle il demandait la création d’une unité de police intégrée chargée d’assurer la sécurité des institutions de la transition en RDC. Ce dispositif sera effectivement mis en place, appuyé et supervisé par EUPOL (la Mission Européenne de Police). Il aura pour objectif d’assurer la sécurité des bureaux de vote, la protection des urnes et celle des membres de la commission électorale indépendante. En réalité, l’unité de police intégrée a servi à empêcher toute contestation des Congolais à la suite d’un scrutin qui devait donner Joseph Kabila gagnant. Celui-ci était, en effet, déjà soutenu et désigné par les Etats-Unis avant le scrutin. La demande de protection du processus électoral va également s’étendre au plan militaire. C’est ainsi qu’en 2006, Solana écrit à Kabila pour le rassurer de la possibilité d’un déploiement d’une force de l’Union Européenne en RDC dans le cadre des élections. Joseph Kabila répond immédiatement dans une lettre du 19 mai 2006 par laquelle il le remercie de cette initiative. Le chef de l’Etat congolais a donc pu ainsi bénéficier du soutien des Etats-Unis, des Nations Unies et de l’Union Européenne pour accéder au pouvoir. »

Des thèses dérangeantes donc sur un dossier soigneusement occulté à Bruxelles et New-York. Qui rejoint les préoccupations d’EODE sur le double langage des institutions européennes.

Luc MICHEL & Karel HUYBRECHTS 

 

Notes :

(1) Charles Onana, EUROPE, CRIMES ET CENSURE AU CONGO, Editions Duboiris, Collection : Secrets d'Etat, 2012.

(2) Propos recueillis par Mathy Mati et Charis Basoko
sur http://www.jambonews.net/actualites/20121205-charles-onana-lunion-europeenne-censure-limplication-du-rwanda-dans-la-crise-congolaise

(3) Propos recueillis par Robert KONGO
sur http://www.lecongolais.cd/charles-onana-denonce-le-silence-de-loccident-sur-le-genocide-congolais

LM - EODE TT Du g+®nocide rwandais a la recolonisation des Grands Lacs (2014 04 05) FR 2

LM - EODE TT Du g+®nocide rwandais a la recolonisation des Grands Lacs (2014 04 05) FR 3

Posted in # EODE THINK TANK, * EODE/ Analyses - Rapports, * Français | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

# EODE Think Tank / GEOPOLITICS: PUTIN MOVES HIS PAWNS ON THE ‘GRAND CHESSBOARD’ AND PROPOSES THE NEUTRALIZATION OF KIEV AND MOLDOVA…

EODE - LM Poutine veut neutraliser Ukraine Moldavie (2014 04 03) ENGL 1

Luc MICHEL for EODE Think Tank /
With Libération – Interfax – EODE Press Office / 2014 04 03 /

http://www.eode.org
https://vimeo.com/eodetv 
https://www.facebook.com/EODE.org 
 
Large maneuvers of Russian diplomacy led by Putin and Lavrov. After those spectacular, in every sense, of the Russian Army on the Don. On the "Grand Chessboard", the Russian President moves his pawns and proposes a plan of pacification of Ukraine and Moldova. In US-Russian bilateral negotiations that leave the pawns of the EU into touch…

BILATERAL MEETINGS USA-RUSSIA: EU OUT

A call from Putin was enough, on Friday, for Barack Obama to send his Secretary of State, John Kerry, to Paris, "to resume talks with his Russian counterpart Sergei Lavrov". The U.S. Secretary of State, John Kerry, and his Russian counterpart, Sergei Lavrov, found themselves at the Paris residence of the Russian ambassador to start discussions to try to find a compromise on the Ukrainian crisis.

Russian President Vladimir Putin, great communicator, then "informed German Chancellor Angela Merkel of the partial withdrawal of Russian troops from the eastern border of Ukraine" announced on Monday the German government. During a telephone conversation, the two leaders "discussed other possible measures to stabilize the situation in Ukraine and Transnistria", according to a statement from the Chancery.

UKRAINE – MOLDOVA – TRANSDNIESTRIA: 
A VAST GEOPOLITICAL ATTEMPT OF PUTIN

Ukraine, Moldova, both targets in one shot. Putin moves his pawns in a subtle and complex attempt designed to meet the appetites of NATO expansion to the East.

Putin has so "emphasized the need for a constitutional reform that guarantees the legitimate interests of people from all regions of Ukraine", according to a statement from the Kremlin. That is to say, the Federalization of Ukraine. This is the nightmare of the Junta of Kiev, which to survive must regain control of the eastern regions and intends so to remove their autonomy. An impossible task for the government from the coup of 21 February. The Federalization of Ukraine has been the map of Moscow since the month of November.
 
Concerning Transdniestria (or PMR, Pridnestrovie, the ' Dniester Moldovan Republic ', the other Moldova) – the PMR being blockaded by Kiev since Feb. 22 at the request of NATO and Chisinau – Putin stressed, according to the Russian statement, "the need for measures to lift the de facto blockade of ​​this region" and the "search for a just solution to the problem" of the self-proclaimed Republic, with Russian-speaking population, which split twice in 1989 and 1991 (final) from Moldova.

The United States, eager to deepen the crisis, will grant Moldova $ 10 million (€ 7 million) "to strengthen security at its borders, in the midst of tensions over Transnistria, where Moscow maintains several thousand soldiers". Putin intends to respond to the plan by his proposals.

WASHINGTON, WHO LOSES WINS…

But the blow of the great chess player what Putin is aims not only Kiev and Chisinau. It has a third target: Obama and Washington. Libération (Paris, March 30th 2014) – which for once I agree with the analysis – evokes very improperly "the liar poker of Washington and Moscow". But summarizes well the strategic trap of Putin: "If diplomatic solution, Obama could boast of a victory and Putin keep Crimea, undermining the new authorities in Kiev".

But Washington would actually be losing: "The Obama presidency, constantly accused of "disengagement", if not of weakness, is trying to play in the Ukrainian crisis the role of "leader", stealing so the limelight from the Europeans and recalling strangely the U.S. position during the Cold War". "It is certainly not ideal to see the Americans play this role," says Mark Galeotti, Russia specialist at New York University, but…

In both cases, the 'diplomatic solution' of the Kremlin would mark the neutralization of Ukraine and Moldova. And permanently weakening their pro- Western governments. And minority, one came to power in Kiev by the riot turned into a coup , the other in Chisinau by a partial "color revolution"…

Luc MICHEL / EODE Press Office
_________________________

http://www.eode.org 
https://vimeo.com/eodetv 
https://www.facebook.com/EODE.org

EODE - LM Poutine veut neutraliser Ukraine Moldavie (2014 04 03) ENGL 2

EODE - LM Poutine veut neutraliser Ukraine Moldavie (2014 04 03) ENGL 3

Posted in # EODE - ZONE BALKANS-BLACK SEA, # EODE - ZONE RUSSIA-CAUCASUS, # EODE THINK TANK, * English, * EODE/ Geopolitics | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

# EODE / International Elections Monitoring / LÉGISLATIVES AU QUÉBEC (1) : LA QUESTION DU REFERENDUM SUR L’INDEPENDANCE DOMINE LA CAMPAGNE’

EODE - Elections news QUEBEC 1 (2013 04 03) FR

Luc MICHEL pour EODE Press Office /
Avec La Presse – AFP – Radio Canada / 2014 04 03 /
http://www.facebook.com/EODE.monitoring
http://www.eode.org/category/eode-international-elections-monitoring/international-elections-survey

Législatives très disputées au Québec ce 7 avril avec en toile de fond une fois de plus l’indépendance du bastion francophone …

« La souveraineté du Québec, la charte des valeurs avec la laïcité ou encore l'intégrité se sont imposées dans la campagne des législatives du 7 avril de la province francophone à l'issue très incertaine entre le Parti Québécois au gouvernement et les libéraux » commente l’AFP.

Emmené par la Première ministre sortante Pauline Marois, le Parti Québécois (PQ) est devancé dans les sondages par le Parti Libéral du Québec (PLQ) de Philippe Couillard. Les deux autres formations, la Coalition Avenir Québec (CAQ) de François Legault et Québec Solidaire (gauche) de Françoise David se posent en arbitre.

ENJEU NON ENONCE : 
LE REFERENDUM SUR L'INDEPENDANCE DU QUEBEC

Le référendum sur l'indépendance du Québec – comme en Crimée ou en Catalogne – ou l'intégrité sont autant "d'enjeux non énoncés clairement qui prennent le devant de la scène", remarque Carolle Simard, professeur à l'Université du Québec à Montréal.

Au pouvoir mais minoritaire, le gouvernement indépendantiste de Mme Marois a déclenché des législatives anticipées pour emporter une majorité en lançant sa "campagne sur les questions économiques ou identitaires avec la Charte des valeurs", explique Antonia Maioni, politologue à l'Université McGill.

Mais pour le PQ, "ces deux piliers ont été ébranlés" par le poing levé de Pierre Karl Péladeau, milliardaire indépendantiste rallié de dernière heure au PQ. L'image sur toutes les télévisions de ce magnat de la presse au Canada, haranguant la foule d'un "faire du Québec un pays", n'a pas eu l'effet escompté. Au contraire, les adversaires libéraux, dont la plateforme électorale n'était guère solide sur l'économie – généralement leur thème de prédilection –, ont déclenché "une campagne de peur", analyse Mme Maioni.

COMME EN ECOSSE, EN CATALOGNE ET APRES LA CRIMEE : LA PEUR DU REFERENDUM

Philippe Couillard s'est engouffré dans la brèche et a centré sa "campagne sur la peur du référendum" sur l'indépendance en cas d'une victoire du PQ, une manière de faire ressortir auprès de l'électorat "une forme de radicalisme du parti québécois", juge Pierre Martin, professeur à l'Université de Montréal. Cette peur des politiciens professionnels du parlementarisme pour ce mécanisme de Démocratie directe qui fait irruption dans le jeu électoral.

« Or la population québécoise n'est pas prête pour un référendum, même si elle semble dans les sondages attachée à l'idée de la souveraineté » affirment en cœur partis et médias. "Il n'y aura pas de référendum (…) tant que les Québécois ne seront pas prêts", a même lancé Mme Marois dans un débat mi-mars, sans arriver à lever l'ambiguïté autour de la question de l'indépendance.

L'aile gauche du Parti Québécois, déjà méfiante vis-à-vis du ralliement du milliardaire Pierre Karl Péladeau, a « également souffert des reniements du parti sur les questions environnementales, illustrés par le feu vert à l'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti, refuge pour la faune et la flore au cœur de l'embouchure du Saint-Laurent ».

« Empêtré dans la campagne et pour éviter la fuite de son électorat de gauche vers la formation Québec Solidaire, le PQ a bien tenté de déplacer le débat sur l'intégrité et la transparence. Un moyen de refaire le coup du dernier scrutin en septembre 2012 gagné sur "l'échec relatif du Parti Libéral", usé par la crise étudiante du printemps précédent et par plus d'une décennie au pouvoir », remarque Carolle Simard, une sociologue.

Autre angle d'attaque pour les indépendantistes, la charte des valeurs pour laquelle les libéraux apparaissent divisés sur le principe de laïcité de l'Etat, avec l'interdiction qui serait faite aux employés accueillant du public de manifester leur appartenance à une religion. Mais, pour Mme Simard, cette thématique "est arrivée tard dans la campagne" et ne s'est jamais imposée. "En Gaspésie, c'est le prix du poisson qui fait l'élection" et non le port ostentatoire de signes religieux. Par cette formule, Claire Durand entend résumer l'enjeu de la campagne où la « vie quotidienne des Québécois » serait « passée au second plan ».

La « vie quotidienne » moyen de faire passer au second plan le véritable enjeu au Québec français : la question de l’indépendance …

Luc MICHEL / EODE Press Office

________________________

http://www.eode.org
https://vimeo.com/eodetv
https://www.facebook.com/EODE.org

Posted in # EODE INTERNATIONAL GROUP FOR MONITORING, * Français, * International Elections Survey | Tagged , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

# EODE / International Elections Monitoring / ELECTIONS PRESIDENTIELLES EN SLOVAQUIE

EODE - Elections news SLOVAQUIE (2014 04 01) FR

EODE Press Office /
Avec AFP – Belga / 2014 04 01 /

http://www.facebook.com/EODE.monitoring
http://www.eode.org/category/eode-international-elections-monitoring/international-elections-survey

Les Slovaques élisaient samedi leur président, un duel serré dans lequel le Premier ministre social-démocrate Robert Fico était talonné par le millionnaire philanthrope Andrej Kiska, tous deux euro-enthousiastes déclarés dans ce pays membre de l'UE et de la zone euro. Le second l’a emporté …

SLOVAQUIE LA PRÉSIDENTIELLE SE JOUAIT ENTRE UN MILLIONNAIRE ET LE PREMIER MINISTRE

Chef du gouvernement en 2006-2010 et depuis 2012, M. Fico, 49 ans, parfois accusé de populisme, était arrivé en tête le 15 mars au premier tour du scrutin avec 28% des suffrages, devant M. Kiska, 51 ans, fort du soutien de 24% des électeurs. Aucune enquête sur les intentions de vote n'avait été publiée avant ce second tour qui s'annonçait "très serré", selon l'analyste Grigorij Meseznikov.

M. Kiska a attiré des partisans des candidats qui ont échoué au premier tour et s'est assuré aussi des votes "de contestation" tandis que Fico, comptait surtout sur la mobilisation de son parti Smer-SD". Une erreur.

Si Fico avait été élu président, son parti aurait contrôlé à la fois la présidence, le Parlement (83 sièges sur 150) et le gouvernement, une situation inédite depuis l'indépendance de la Slovaquie en 1993. Un état-Smer-SD que les électeurs ont refusé. "J'ai voté Kiska, pour empêcher Fico de gagner. Il est avide de pouvoir et je ne veux pas que mon pays soit géré par un seul parti", a confié à l'AFP Denisa Angyalova, 20 ans.

Le Premier ministre s'était toutefois assuré un capital politique solide, grâce à sa politique anti-austérité tempérée par la discipline budgétaire."Si le gens me donnent leur confiance, je resterai avec eux pour le meilleur et pour le pire", affirmait Fico après avoir mis son bulletin dans l'urne à Velke Dvorany, un village à 90 km au nord-est de Bratislava, où vit sa mère.La retraitée Marta Tomekova, âgée de 80 ans, a déclaré à l'AFP que M. Fico était selon elle un "excellent homme politique" ainsi qu'un "patriote passionné qui a une pensée pour les pauvres".

Cà n’a pas suffi. "Fico ne serait pas un bon président. Il achète la faveur des gens par des promesses qu'il ne pourra pas remplir", a rétorqué Karol, 30 ans, un enseignant de Bratislava.

LE CHALLENGER : LE MILLIONNAIRE KISKA

Kiska, qui est un centriste sans parti et un novice dans l'arène politique, miseait sur son image de bienfaiteur resté à l'abri des allégations de corruption. "J'ai fait de mon mieux au cours de ces deux dernières années. Tout dépend maintenant des gens", a-t-il déclaré à la presse, après avoir voté dans son fief de Poprad, au creux des grandes montagnes des Hautes Tatras.

Selon son partisan Stefan Horvath de Bratislava, âgé de 57 ans, M. Kiska "apporte un vent de fraîcheur dans la politique". "J'ai voté Kiska, car il n'est pas corrompu comme les autres politiciens", a insisté M. Horvath, interrogé par l'AFP.

UNE CAMPAGNE DURE

Avant le second tour, la campagne électorale s'est orientée sur le thème de la religion, question sensible dans ce pays de 5,4 millions d'habitants dont quelque 60% se déclarent catholiques. Fervent communiste avant la chute du régime totalitaire en 1989, viré social-démocrate pro-occidental, Fico n’a pas hésité à évoquer alors son enfance au sein d'une famille catholique, n'hésitant pas à accuser son rival d'être proche des scientologues.

Fico a aussi qualifié son rival d'"usurier", en allusion à ses activités au sein des sociétés de microcrédit qu'il avait fondées dans les années 1990, avant d'en vendre les parts en 2005 « pour se consacrer entièrement à la philanthropie ».

M. Kiska qui rejette ces étiquettes avec véhémence, bénéficie d'un soutien marqué surtout à Bratislava et dans d'autres grandes villes du pays. Il serait le premier président slovaque sans passé communiste depuis l'indépendance du pays en 1993. La fonction présidentielle est plutôt honorifique dans cette démocratie parlementaire issue de la partition de la Tchécoslovaquie, quatre ans après la chute du communisme en 1989.

Le nouveau chef de l'Etat prêtera serment le 15 juin, après l'expiration du second mandat de l'actuel président de gauche Ivan Gasparovic.

LE MILLIONNAIRE ANDREJ KISKA REMPORTE FINALEMENT LA PRÉSIDENTIELLE EN SLOVAQUIE

Andrej Kiska a finalement nettement remporté le second tour de l'élection présidentielle en Slovaquie, grâce au refus visible des Slovaques de voir leur pays dirigé par un seul parti, le Smer-SD du Premier ministre Robert Fico, candidat vaincu.

"Je veux remercier les électeurs qui m'ont donné un mandat fort. Je vais remplir toutes les promesses que je leur ai faites", a déclaré M. Kiska, 51 ans, au cours d'un point de presse à Bratislava, à l'issue du scrutin. "J'ai promis d'être président de tous les citoyens, je vais oeuvrer pour unir et motiver les gens, pour que nous puissions être fiers de notre pays, pour que les gens se sentent bien ici", a-t-il ajouté, dans une atmosphère frénétique. 

Ancien magnat des crédits de consommation devenu philanthrope, Kiska est un centriste sans parti et euro-enthousiaste. Il a séduit les quelque 4 millions d'électeurs slovaques par son image de bienfaiteur resté à l'abri des allégations de corruption ayant éclaboussé ces dernières années la classe politique. Il est le premier président sans passé communiste depuis l'indépendance du pays en 1993. 

Kiska a obtenu 59,4% des voix, alors que son adversaire en a réuni 40,6%, selon les chiffres communiqués par l'office des statistiques après le dépouillement de 99,85% des circonscriptions. "Je tiens à féliciter M. Kiska pour son élection à la présidence", a déclaré  Fico plus tôt dans la soirée, au cours d'une brève intervention devant la presse.

EODE Press Office
________________________ 

http://www.eode.org
https://vimeo.com/eodetv 
https://www.facebook.com/EODE.org 

Posted in * Français, * International Elections Survey | Tagged , , , , | Leave a comment

# EODE Press Office / REFERENDUM EN CATALOGNE : LE DROIT DES PEUPLES A L’AUTODETERMINATION A NOUVEAU EXIGE

EODE - referendum Catalogne (2014 04 01) FR (1)

Karel HUYBRECHTS pour EODE Press Office / 2014 04 01 / 
http://www.eode.org
https://vimeo.com/eodetv 
https://www.facebook.com/EODE.org 
 
« Nous voulons voter. Qu’ils nous envoient les chars, cela ne nous arrêtera pas »
- Marc Cots, étudiant catalan. 

Le référendum d’auto-détermination de la République de Crimée et de la Ville autonome de Sébastopol, qui ont voté massivement pour l’indépendance vis-à-vis de l’Ukraine et le rattachement à la Fédération de Russie, sans tenir aucun compte du refus et de l’hostilité du Bloc occidental USA-OTAN-EU et des institutions internationales comme l’ONU ou l’OSCE, a relancé la dynamique des référendums dans l’UE. 

Un précédent occulté par les politiques ou les médias de l’UE mais qui pèse lourd dans la coulisse. Et la présence parmi les observateurs internationaux de la Mission de Monitoring du référendum criméen  organisée par notre Ong indépendante transnationale EODE (contre l’avis de Bruxelles, des USA et de l’OSCE)  de députés autonomistes flamands (Belgique), catalans et galiciens (Espagne), venus observer le processus et parler de leurs causes, n’était pas un hasard. Ainsi un média d’état russe – La Voix de la Russie – a évoqué il y a quelques jours pour la première fois favorablement la cause flamande et la question belge.

LE DEFI CATALAN ET L’EXIGENCE DU REFERENDUM : 
« NOUS VOULONS VOTER »

« Nous voulons voter. Qu’ils nous envoient les chars, cela ne nous arrêtera pas », lance Marc Cots, un étudiant de 20 ans. Sur la place de Catalogne, au coeur de Barcelone, il vient de signer une pétition réclamant un referendum sur l’indépendance régionale.

Jeunes, familles avec enfants, retraités et même quelques touristes défilent dans un goutte à goutte incessant devant le stand signalé par une «estelada», le drapeau indépendantiste catalan rayé jaune et rouge, frappé d’une étoile blanche.

Tous ont en tête la date du 9 novembre: celle du referendum annoncé par le président nationaliste Artur Mas, réclamé avec force par une large partie de la société catalane et déclaré illégal par Madrid.

« Pour moi, la décision du Tribunal constitutionnel ne change rien. La Catalogne est une nation par son histoire, sa langue, sa culture spécifique », ajoute le jeune homme. « Nous avons le droit de voter, que cela leur plaise ou non ».

Sur la place de Catalogne grouillante de monde, des volontaires de l’Assemblée nationale catalane (ANC), un puissant groupe de pression qui milite pour l’indépendance, recueillent des signatures pour réclamer un referendum. Dans des centaines de communes catalanes, l’ANC mène la même campagne. Si la consultation n’avait pas lieu, le groupe plaide pour une proclamation d’indépendance unilatérale.

200.000 SIGNATURES POUR LE REFERENDUM

Le nombre de signatures recueillies reste confidentiel mais l’ANC affirme qu’en janvier, sur un seul week-end, elle a obtenu plus de 200.000 soutiens. « Les gens ont de grands espoirs. Jamais nous n’avons été aussi près du but », remarque Lluisa Forcadell, une volontaire de 55 ans qui dépose une nouvelle signature dans une urne de carton.

Puissante région du nord-est de l’Espagne, peuplée de 7,5 millions d’habitants, la Catalogne revendique fièrement son identité culturelle et linguistique. Et ceci depuis le début des Années 30 et la guerre civile de 1936-39. Mais sous l’effet de la crise économique qui l’a contrainte à de lourds sacrifices, la revendication d’indépendance y a gagné du terrain, au-delà d’un sentiment nationaliste déjà très fort.

Sous pression de la rue, Artur Mas et sa coalition conservatrice CiU ont fait alliance avec les indépendantistes de gauche de l’ERC pour annoncer un referendum.

Alors que le gouvernement espagnol de droite ne cesse d’affirmer que la consultation n’aura pas lieu, le Tribunal constitutionnel a rejeté mardi la déclaration de souveraineté adoptée par la Catalogne en 2013, qui a servi de base à la convocation du referendum.
Faisant fi de cette décision, Artur Mas a promis de poursuivre sur cette voie.

LE VOTE DU PEUPLE CONTRE LES INSTITUTIONS ESPAGNOLES

« Les sondages disent que le peuple catalan veut être consulté, qu’ils sont entre 70% et 80% à vouloir voter », remarque Jordi Matas, professeur de Sciences politiques à l’université de Barcelone. « Il ne s’agit pas de la dérive indépendantiste d’un gouvernement. Il y a une majorité parlementaire derrière et surtout, une majorité sociale qui réclame ce referendum », souligne-t-il.

Sergi Codina, un gérant de restaurant de 32 ans, vient de signer la pétition. « Avec Madrid on ne peut tomber d’accord sur rien. C’est pour cela que nous devons continuer, quitte à nous mettre hors-la-loi ».

L’ANC a déjà démontré sa capacité à mobiliser lors de gigantesques manifestations en 2012 et 2013, le 11 septembre, à l’occasion de la Diada, le Jour de la Catalogne, date symbolique de la prise de Barcelone, en 1714, par les troupes franco-espagnoles.

Cette fois, elle s’apprête à publier une feuille de route fixant au 23 avril 2015 la proclamation d’indépendance. « Nous ferons pression sur le gouvernement catalan et les partis politiques, parce que nous pensons que l’indépendance est la seule voie possible », explique à l’AFP sa présidente, Carme Forcadell.

Une association d’extrême-droite espagnole, Manos Limpias, a demandé l’interdiction de l’ANC, l’accusant d’appel à la sédition. Avec pour effet de faire bondir le nombre d’adhérents, de 22.000 à plus de 30.000 en une semaine.

«Les politiques ne peuvent plus revenir en arrière. Ce serait un échec total», lance Manuel Gonzalez, un pré-retraité de 63 ans. « Il faut continuer, même si c’est contraire à la Constitution. S’ils le veulent, qu’ils nous mettent en prison. Mais ils devront en trouver une assez grande pour que nous tenions tous », ironise sa femme, Lourdes Company, en épinglant sur sa poitrine un badge aux couleurs de l’indépendance.

VERS LE REFERENDUM D’AUTODETERMINATION MALGRE MADRID ET BRUXELLES

Le référendum devrait donc être organisé en cette année 2014, malgré l'opposition de Madrid, qui le juge illégal. 

Ce référendum sur l'indépendance de la Catalogne était une promesse électorale lancée lors du scrutin régional du 25 novembre 2012. C'est désormais un engagement politique, ferme et daté: cette année, les électeurs seront appelés à se prononcer sur la création d'un État catalan. 

Après trois semaines de négociations, les deux grandes familles politiques de la région autonome étaient tombées d'accord fin 2012. Les nationalistes de centre droit de Convergència i Unió (CiU) maintiendront leur chef de file, Artur Mas, à la tête de la région. Les indépendantistes de gauche d'Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) leur prêteront leurs voix au Parlement régional lors de l'investiture de Mas.

Le recul de CiU aux élections (de 62 à 50 députés, sur un total de 135) contraignait alors Mas à négocier avec d'autres partis. Et sa campagne, focalisée sur la proposition d'un référendum, excluait de fait un accord avec des forces non nationalistes. ERC, dont la progression a été spectaculaire (de 10 à 21 sièges), l'avait bien compris et avait négocié son appui au prix fort. Les indépendantistes n'occuperaient aucun portefeuille au gouvernement catalan. En revanche, ils imposent à CiU des hausses d'impôts au lieu de coupes budgétaires et, surtout, une feuille de route souverainiste. CiU ne voulait pas s'engager sur une date pré­cise, ERC l'y contraignait. 

Selon le texte qu'elles ont signé, les deux formations s'engagent «à convoquer une consultation dans le cadre de la légalité applicable» en 2014, « sauf si le contexte socio-économique et politique requiert un ajournement. Dans tous les cas, la date sera fixée par un accord entre, au moins, les deux partis signataires ».

L'accord prévoit simplement que « le peuple de Catalogne puisse se prononcer sur la possibilité que la Catalogne se constitue en un État dans le cadre européen ». La légalité du référendum est abordée de manière suffisamment vague pour satisfaire tout le monde: les plus timides, qui, à l'intérieur de CiU, veulent que le scrutin soit conforme à la Constitution espagnole  ce qui, en l'état des textes, semble impossible , et les plus décidés, surtout chez ERC, qui considèrent que l'autodétermination est garantie par le droit international. Le gouvernement espagnol a répété depuis son opposition à un scrutin qu'il juge illégal. La bataille politique et juridique ne fait que commencer.

Karel HUYBRECHTS / EODE Press Office
_________________________ 

http://www.eode.org 
https://vimeo.com/eodetv 
https://www.facebook.com/EODE.org 

EODE - referendum Catalogne (2014 04 01) FR (2)EODE - referendum Catalogne (2014 04 01) FR (3)

Posted in # EODE - ZONE EUROPEAN UNION, * Français, * International Elections Survey | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment