# EODE-BOOKS / BD POLITIQUE / QUAI D’ORSAY CHRONIQUES DIPLOMATIQUES, TOME 2

quai d'orsay

 

EODE-BOOKS – lire – s’informer – se former
Un service du Département EDUCATION & RESEARCH
de l’Ong EODE
 
# BD POLITIQUE / QUAI D'ORSAY CHRONIQUES DIPLOMATIQUES, TOME 2
 
Abel Lanzac , Christophe Blain
Dargaud
 
« Le deuxième volet de la BD événement Quai d'Orsay propose une plongée encore plus hilarante dans les arcanes de la diplomatie française.
Une façon amusante – même si la glorification de Dominique de Villepin agace fortement – de découvrir les coulisses de la diplomatie française et mondiale et comment s’élabore, dans l’improvisation, la politique de la France post-gaullienne. Qui n’est vraiment plus qu’une ombre se dissimulant derrière le souvenir de la puissance française voulue par le général de Gaulle. »
(Luc MICHEL, sur PCN-INFOS)
 
Quai d'Orsay est né de la rencontre de Christophe Blain et d'Abel Lanzac, un ancien membre du cabinet de Dominique de Villepin. Fort de son expérience auprès de l'ancien ministre des Affaires étrangères, Abel Lanzac raconte tout et mime tout. Christophe Blain conçoit alors un personnage haut en couleur nommé Alexandre Taillard de Vorms (où d’aucun reconnaîtront Dominique Galouzeau de Villepin), vibrillonnant ministre à l'égo surdimensionné, qui jongle avec ordres, contre ordres, et citations flamboyantes.
 
Ce deuxième tome album qui dissimule à peine les faits historiques sous l'appellation «Lousdem» suit au plus près la crise irakienne de 2002-2003. Au nom de la France,Vorms s'apprête à prononcer un tonitruant discours contre les fameuses «armes de destructions massives» soi-disant trouvées au Lousdem par les forces américaines et justifiant pleinement l'invasion du pays. Ca barde sur l'échiquier international.
 
A PROPOS DE LA SÉRIE
 
Le jeune Arthur Vlaminck est embauché en tant que chargé du "langage" par le ministre des Affaires étrangères Alexandre Taillard de Worms. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il se faire une place entre le directeur du cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d'Orsay où le stress, l'ambition et les coups fourrés ne sont pas rares…
 
L'AUTEUR
 
Pillier de la nouvelle génération BD, rien ne prédisposait Christophe Blain à la bande dessinée, si ce n'est sa rencontre avec Joann Sfar, Lewis Trondheim, David B et Émile Bravo. Fort de plusieurs collaborations avec ses collègues et amis, Christophe Blain se lance en tant qu'auteur avec l'album à succès Le réducteur de vitesse, un récit fantasmagorique basé sur son expérience de la mer, paru en 1999. En 2001, il crée l'événement avec la série Isaac le pirate revisitant les codes de la bande dessinée d'aventure. Le premier tome, Les Amériques, remportera en 2002, le prix du meilleur album à Angoulême. Après les pirates, Christophe Blain joue avec délectation des poncifs du western, en créant la série Gus en 2007. Là encore, le succès est au rendez-vous. Mais le bédéiste ne s'arrête pas en si bon chemin. Avec Quai d'Orsay, il parvient une fois encore à créer l'émoi. L'album se vendra à plus de 100 000 exemplaires et ne fait que corroborer sa position d'auteur majeur de la bande dessinée.
 
 
REVUE DE PRESSE /
L'avis du Figaro (Paris) :
 
« Blain et Lanzac signent un album étincelant, bourré d'humour. Encore meilleur que le premier car plus intense, et plus profond. Une véritable leçon de diplomatie. Dès la première planche, les aficionados de Quai d'Orsay reconnaîtront le ton décapant de Christophe Blain.
Quai d'Orsay, c'est surtout des personnages très bien campés. Le lecteur retrouve la batterie de conseillers qui entourent le ministre ainsi qu'Arthur Vlaminck, le jeune normalien engagé dans le «cabinet des langages», chargé d'élaborer les discours du ministre. Ces personnages parviennent encore à nous surprendre, à l'instar d'Alexandre Taillard de Vorms qui revêt une dimension mythologique en se métamorphosant en minotaure. Le jeune Arthur écrasé à la fois par la personnalité du ministre et un stress permanent subira des conséquences néfastes sur sa vie sentimentale. »
 
REVUE DE PRESSE /
La critique du Blog Carmadou :
 
« Nous découvrions dans le tome 1,  le Quai d'Orsay,  siège du Ministre des Affaires d’Etrangères en pleine effervescence après la chute des Twins Towers. Nous retrouvons dans ce deuxième tome, le ministére au moment où les Etats Unis sont décidés à faire la guerre à l'Irak sous pretexte qu'ils possédent des armes de destruction massive. Nous retrouvons le ministre  Alexandre Taillard De Worms (ne faisons pas de cachoterie, c'est De Villepin) toujours aussi exalté, imprévisible, capricieux… mais finalement au flair assez sûr.  C'est le fameux épisode où la France va se dresser contre les Etats Unis à l'ONU, le discours prononcé par le Ministre des Affaires Etrangères fait date, c'est assurément le sommet de sa carrière politique…
Dans la lignée du tome 1, on lit cette BD avec un grand bonheur, c'est vif et alerte, nous retrouvons Arthur Vlamainck "le reponsable des langages" toujours aussi exploité, maltraité mais finalement indispensable dans cette vie de cabinet ministériel qui ressemble à une vraie fourmilière.Malgré tous ses tourments notre sympathique" plume du ministre" ne sombre jamais dans la solitude. Démocrite et Heraclite restent ses deux fidèles compagnons, sa source inépuisable d'inspiration.
Nous retrouvons l'esprit du film "l'Exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller, mais nous découvrons aussi les arcanes secrètes de la vie diplomatique, les coulisses de l'ONU, car n'oublions pas que Abel Lanzac le scènariste de cette bande déssinées est un vrai diplomate, il connait son sujet de l'intérieur.
Le dessin alerte de Christophe Blain est toujours aussi génial, il donne le rythme à l'ouvrage, nous sommes toujours en mouvement et mais il nous révèle également par le génie de son trait,  l’âme et les états d'ames des différents protagonistes.
Une réussite absolue! »
 
REVUE DE PRESSE /
L’avis du Blog de France 2 :
 
 « « Il faut être dingue pour être un homme politique » affirme Christophe Blain, dessinateur avec Abel Lanzac au scénario, du remarquable Quai d’Orsay Chroniques diplomatiques dont le deuxième et dernier tome vient de paraître. La couverture, dans un style qui fait penser à Sempé, montre un homme trop petit face aux buildings de New-York. Ce personnage est Alexandre Taillard de Worms, Ministre des Affaires Etrangères. Il est venu à l’ONU pour convaincre de ne pas intervenir militairement au Lousdem, pays du Moyen-Orient abritant terroristes et armes de destruction massive. Dans cet album, toute ressemblance n’est pas fortuite,  Taillard de Worms incarne Dominique de Villepin et le Lousdem n’est autre que l’Irak.
Christophe Blain a le trait virevoltant et s’amuse à distordre silhouettes et visages. Il fait une peinture terriblement efficace du monde de la diplomatie et du microcosme que forme un cabinet ministériel. Une justesse de ton qui s’appuie sur Abel Lanzac, pseudo du scénariste qui fut conseiller du Dominique de Villepin Ministre des Affaires Etrangères. Et c’est précisemment à travers le regard d’un de ses conseillers, Arthur Vlaminck, que le récit s’articule. Fascination, courtisanerie, pression psychologique, asservissement…le petit théatre des hauts fonctionnaires et de leur ministre est à la fois cruel, drôle et finalement jubilatoire. Taillard de Worms est-il un fou à l’ego démesuré ou un politique à la stature d’homme d’Etat ?
Avec 110 000 exemplaires vendus, le premier tome de Quai d’Orsay fut un succès. Le tome 2 mérite au moins le même  record. Blain et Lanzac travaillent maintenant au scénario du film tiré de la série. Bertrand Tavernier en sera le réalisateur. On lui souhaite le même talent. »
 
 
____________________
 
EODE-BOOKS
 
* EODE EDUCATION & RESEARCH :
The Department EDUCATION-FORMATION-RESEARCH of the Ngo EODE and of EODE-THINK TANK.
 
* EODE / Eurasian Observatory for Democracy & Election (Brussels-Paris-Moscow-Kichinev)
 
 
 

 

 
 
This entry was posted in * EODE-Books/ BD politiques, * EODE-Books/ Livres francophones, * Français. Bookmark the permalink.

Comments are closed.