# EODE-BOOKS / HISTOIRE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE : JOURNAL D’UN ADOLESCENT FACE A LA GUERRE

JOURNAL D’UN ADOLESCENT FACE A LA GUERRE
EODE-BOOKS – lire – s’informer – se former
Un service du Département EDUCATION & RESEARCH
de l’Ong EODE
 
# JOURNAL D’UN ADOLESCENT FACE A LA GUERRE
 
Auteur : Jean Rodon
Editeur : Decal'Age
 
Neveu du député Henri Lozeray et issu d’une famille de Communistes, craignant que ceux-ci ne
soient pris en otages par la Milice collaborationniste de Darnand et les nazis s’il refusait sa réquisition au STO, le jeune Jean Rodon a vécu en février 1943 une véritable épreuve. Dans un ouvrage qu’il publie, il raconte…
 
L’OUVRAGE EN QUELQUES MOTS :
 
En cet automne 1938, toute la France est suspendue aux premiers postes de radio, soucieuse de
savoir ce que préparent notre encombrant voisin Adolf Hitler et des nazis qui font régner la terreur.
Chez les Rodon, alors qu’on avait accueilli le Front Populaire avec ferveur, les atermoiements du
nouveau gouvernement Daladier font peur et le jeune Jean qui brûlait de devenir artiste va devoir
choisir une voie susceptible de lui permettre, après trois années d’apprentissage, de compter chaque mois sur un salaire. Il est encore loin d’imaginer que, la guerre venue, il sera contraint, dès
Février 1943, d’aller travailler deux années durant en Allemagne pour les nazis.
 

EXTRAITS SÉLECTIONNÉS :
 
* «Dès mon arrivée à la maison, je mis immédiatement mes parents au courant de ce qui m’était
tombé dessus et dont je n’avais osé parler la veille pensant que mon patron serait entendu rue des
Francs-Bourgeois. Collabo comme il l’était, tout aurait pu être possible. Pendant toute la soirée,
nous en parlâmes longuement et je leur fis part des possibilités qui m’étaient offertes de ne pas partir en Allemagne, mais également de mes craintes concernant les répercussions que cela risquait
d’avoir pour eux et notre famille. Surtout après l’emprisonnement de l’oncle Henri et des difficultés vécues par ma grand-mère Angèle à Abondant. Si nous avions appris qu’il en existait, nous
ne connaissions pas de filières qui auraient pu me permettre de rejoindre les groupes de réfractaires
constitués et le risque était qu’eux tous se retrouvent immanquablement pris en otages par les nazis
et les collabos. On ne badinait pas avec les réfractaires censés devenir des terroristes. Et puis, nous
étions Communistes et les nazis subissaient à présent revers sur revers sur le front de l’est ! Aller
chez ma grand-mère Angèle à Maisons-Mottiers était hors de question ; restaient mes grandsparents chez qui je n’aurais pu rester très longtemps dans l’Yonne, car tous ces salauds auraient
bien fini par m’y retrouver.
Après avoir exploré les multiples moyens d’échapper à ce qui m’attendait et avoir beaucoup réfléchi, ma décision fut prise, et annoncée à mes parents : je devais partir, quoiqu’il m’en coûte.
Malgré mes projets avec Sophie dont ils ne connaissaient toujours pas l’existence.
Après une nuit sans sommeil, je rejoignis très tôt le matin mes parents dans la cuisine, eux-mêmes
ayant très mal dormi. Par nécessité, mon père partit le premier. En préparant mon repas du midi,
ma mère y avait joint un petit plus en me disant qu’elle allait se mettre immédiatement au travail
pour me fabriquer un vêtement très chaud.»
 
* «Le soir, en me dirigeant vers le métro à Rambuteau, je me mis à rechercher les mots que j’allais
utiliser pour annoncer la nouvelle à Sophie. Me voyant arriver, le poinçonneur de billets qui, en
général, était toujours le même, me fit un petit sourire complice, car nous échangions quelquefois
quelques mots au passage. Avec son léger accent du terroir, il me dit : « elle est là la petite ».
Confiante, Sophie était effectivement assise sagement sur la banquette, la nôtre, près d’un distributeur qui la cachait un peu.
Ayant tourné la tête pour voir si j’arrivais, elle me fit un petit signe de la main. La panique s’emparant de moi, je sentis mon pas devenir subitement plus lourd, ralentissant comme si on m’avait soudain forcé à avancer. S’étant levée pour me rejoindre, elle comprit, rien qu’à l’expression de mon visage, que quelque chose de grave se passait. Se blottissant contre moi, elle se mit à sangloter, comme si l’instinct de ceux qui s’aiment ne pouvait jamais se tromper. La gorge serrée, dans l’impossibilité de prononcer une parole, je la pris dans mes bras en la serrant très fort contre moi.
Nous n’étions plus qu’une petite masse sombre au milieu du quai vide, les moindres bruits raisonnant sous la voûte de la station.
Retournés nous asseoir, je réussis à dominer mon émotion pour lui expliquer la situation. Elle
comprit tout de suite que nous allions être séparés brutalement et sans préavis. S’étant à nouveau
blottie contre moi, elle se mit à pleurer très fort, presque à crier et ma douleur était tellement forte
que je faillis hurler avec elle toute notre détresse. Étroitement enlacés, nous n’arrivions plus à endiguer notre souffrance. J’aurais voulu en cet instant ne jamais avoir existé. Il était tard et les quelques voyageurs qui attendaient encore sur le quai nous observèrent avec curiosité. Mais cela n’eut plus d’importance puisque nous étions seuls avec notre immense désespoir.»
 
L’AUTEUR :
 
Tourneur, ancien responsable achats, et surtout ancien délégué syndical, homme de conviction,
Jean Rodon aujourd’hui retraité, n’avait jusqu’alors jamais publié. Il aurait cependant été navrant
que ce journal extrait de mémoires destinées aux siens, enfants et petits-enfants, ne le soit jamais,
d’autant qu’il donne une idée précise de ce qu’aura dû affronter toute une jeunesse à la veille de
l’entrée en guerre de notre pays et de la triste période de collaboration avec les nazis qui aura suivi.
 
Fiche technique
 
Titre : Journal d'un adolescent face à la guerre
Auteur : "Jean Rodon"
Editeur (Livre) "Decal'Age Editions"
Date sortie / parution : 01/02/2019
EAN commerce "9782918296461"
ISBN : 978-2-918296-46-1
Dimensions : 20.50×14.50×1.40
 
_____________________
 
# EODE-BOOKS …
eode.books@yahoo.com
http://www.eode.org/category/eode-books/
https://www.scoop.it/t/eode-books
 
EODE ORGANISATION …
 
# EODE-TV :
* EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
* EODE-TV sur YouTube :
https://www.youtube.com/user/EODEtv
* Page Officielle EODE-TV
https://www.facebook.com/EODE.TV/
# ЕВРАЗИЙСКИЙ СОВЕТ ЗА ДЕМОКРАТИЮ И ВЫБОРЫ (ЕСДВ)/
EURASIAN OBSERVATORY FOR DEMOCRACY & ELECTIONS
(EODE) :
http://www.eode.org/
https://www.facebook.com/EODE.org /
https://www.facebook.com/groups/EODE.Eurasie.Afrique/
https://www.facebook.com/EODE.africa/
https://www.facebook.com/EODE.russia.caucasus/
# GROUPE OFFICIEL ‘EODE – AXE EURASIE AFRIQUE’
https://www.facebook.com/groups/EODE.Eurasie.Afrique/
 
 
This entry was posted in # EODE BOOKS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.