# EODE PRESS OFFICE/ REVUE DE PRESSE – PRESS REVIEW – ГАЗЕТА/ NOUVELLE EDITION DU RAPPORT DU PENTAGONE (LARUELLE & LIMONNIER) CONTRE LES MEDIAS RUSSES ET LUC MICHEL

 

EODE - RP 2023 - 148 pentagone

 

Nouvelle édition du Rapport du Pentagone (Laruelle & Limonnier) contre les medias russes et Luc Michel :
“Beyond “hybrid warfare”: a digital exploration of Russia’s entrepreneurs of influence” (éditeur Taylor & Francis):

Voir sur – See on – Смотрите дальше :
https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/1060586X.2021.1936409?scroll=top&needAccess=true&role=tab
https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/1060586X.2021.1936409

Marlene Laruelle & Kevin Limonier (2021) Beyond “hybrid warfare”: a digital exploration of Russia’s entrepreneurs of influence, Post-Soviet Affairs, 37:4, 318-335, DOI: 10.1080/1060586X.2021.1936408

ABSTRACTS
“This article argues that to capture Russia’s influence abroad, one needs to comprehend the country’s “gray diplomacy” as a neoliberal realm open to individual initiatives. We define “entrepreneurs of influence” as people who invest their own money or social capital to build influence abroad in hopes of being rewarded by the Kremlin. We test this notion by looking at both famous and unknown entrepreneurs of influence and their digital activities. We divide them into three broad categories based on their degree of proximity to the authorities: the tycoons (Yevgeny Prigozhin and Konstantin Malofeev), the timeservers (Alexander Yonov and Alexander Malkevich), and the frontline pioneers (the Belgian Luc Michel) (…)
The local pioneers: opening new front lines
In a third concentric circle are local actors who join Russia’s actions abroad out of ideological conviction and/or due to materialistic, opportunistic motives. These local actors have their own agendas to pursue in terms of securing their own networks and legitimacy, and interact in a more distant way with Russian institutions or representatives. We take the Belgian Luc Michel as our case study of these “local pioneers.” (…)
Michel founded the small Communitarian National-European Party, envisioning it as a pan-European movement that would, by uniting far right and far left, liberate Europe from “Yankee colonialism” (Nation-Europe Citation2005). Seeing Russia as the main opponent of US imperialism, he had built contacts with Russian far-right ideologists such as Alexander Dugin by the early 1990s, but he also defended other “resistance” figures such as Saddam Hussein and Muammar Gaddafi.
In the mid-2000s, Michel succeeded in institutionalizing his status through the Commonwealth of Independent States–Election Monitoring Organization (CIS-EMO), an organization that has been a pioneer in monitoring controversial elections in the post-Soviet space. He then established his own electoral monitoring organization, the Eurasian Observatory for Democracy and Elections (EODE), which has validated the secessionist elections and referendums organized in Transnistria, Abkhazia, Nagorno-Karabakh, Crimea, Donbas, etc., and has offices in Moscow, Paris, Brussels, Sochi, and Chișinău.
Michel subsequently turned his interest to Africa, becoming the figurehead of the TV channel Afrique Media (afriquemedia.tv). Based in Cameroon, where its domain name was registered in 2011, the channel brands itself the “pan-African CNN” and is followed by nearly 260,000 people on Facebook (…)
Michel seems to have endorsed Afrique Media as early as 2014. That year, he announced on his blog that Russia had “saved Afrique Media from the rascalism of Canal+” in a business quarrel over the attribution of satellite frequency bands. Without going into any detail about this so-called rescue mission or his role therein, Michel congratulated himself on having apparently, “with help from the Russians,” prevented the cessation of the channel’s broadcasts on a frequency owned by Canal+. Since then, Michel has continuously offered support to this pan-African media outlet. In 2016–2017, he held a fundraising call to finance the construction of new offices for the channel, a move he repeated in 2019 to finance the opening of an Afrique Media office in Brussels. In addition to his financial support, Michel often appears on the channel, where he presents himself as a geopolitician and Africa specialist. In April 2019, he met with the First Lady of Chad in Ndjamena, introducing himself as Afrique Media’s main TV anchor (Alwihda Info Citation2019).
Afrique Media is not the only platform linked to Michel. The Belgian adventurer also runs a large network of websites directed toward African audiences. He manages the website La voix de la Libye (The Voice of Libya) as well as several online TV channels in Chad, Cameroon, and Benin. Most of these websites are registered in the name of Fabrice Béaur, a fellow Belgian citizen (sic) who is also a member of the Communitarian National-European. Béaur, a political activist who has written for Sputnik News and the Iranian outlet PressTV, seems to have provided technical support to Michel by creating and organizing his network of websites.
Michel is typical of the early entrepreneurs of influence: he has invested resources – time, money, and networks – in promoting Russia’s vision of the African continent on different platforms (…)
Western experts often present Russia’s so-called hybrid warfare as a black box closed to external observers. While it is difficult to capture personal interactions and informal endorsements, a more granular approach to the actors of Russia’s parallel diplomacy through techniques of digital investigation offers important insights into the structure of the Russian political system. It is far more plural, decentralized, and chaotic than outside observers tend to see it as being. This plurality and decentralization may have emerged by default, but the Kremlin now purposefully uses it. As a poor great power, Russia has to promote private initiatives that support its strategic interests and use entrepreneurs of influence to test the ground where official public diplomacy is weak or limited. If the test succeeds, then official structures can consolidate the established network. If the test fails, official institutions enjoy plausible deniability and can adapt their approaches and discourses in response to these failures.”

Funding
For Marlene Laruelle, this article is part of a two-year project with Erica Marat, Russia and China as Service Providers for Illiberal Governance, funded by the US Department of Defense under the DECUR partnership of the Minerva Research Initiative, award 19-1039401473.

EXTRAITS
"Cet article soutient que pour saisir l'influence de la Russie à l'étranger, il faut comprendre la "diplomatie grise" du pays comme un domaine néolibéral ouvert aux initiatives individuelles. Nous définissons les « entrepreneurs d'influence » comme des personnes qui investissent leur propre argent ou leur capital social pour renforcer leur influence à l'étranger dans l'espoir d'être récompensés par le Kremlin. Nous testons cette notion en examinant des entrepreneurs d'influence célèbres et inconnus et leurs activités numériques. Nous les divisons en trois grandes catégories en fonction de leur degré de proximité avec les autorités : les magnats (Yevgeny Prigozhin et Konstantin Malofeev), les chronométreurs (Alexander Yonov et Alexander Malkevich), et les pionniers de première ligne (le Belge Luc Michel) (.. .)
Les pionniers locaux : ouvrir de nouvelles lignes de front
Dans un troisième cercle concentrique se trouvent des acteurs locaux qui se joignent aux actions de la Russie à l'étranger par conviction idéologique et/ou pour des motifs matérialistes et opportunistes. Ces acteurs locaux ont leurs propres agendas à poursuivre en termes de sécurisation de leurs propres réseaux et de leur légitimité, et interagissent de manière plus distante avec les institutions ou représentants russes. Nous prenons le Belge Luc Michel comme étude de cas de ces « pionniers locaux ». (…)
Michel a fondé le petit Parti communautaire national-européen, le considérant comme un mouvement paneuropéen qui, en unissant l'extrême droite et l'extrême gauche, libérerait l'Europe du « colonialisme yankee » (Nation-Europe Citation 2005). Considérant la Russie comme le principal adversaire de l'impérialisme américain, il avait noué des contacts avec des idéologues d'extrême droite russes comme Alexander Dugin au début des années 1990, mais il a également défendu d'autres personnalités de la "résistance" comme Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi.
Au milieu des années 2000, Michel a réussi à institutionnaliser son statut par le biais de l'Organisation de surveillance des élections de la Communauté des États indépendants (CIS-EMO), une organisation pionnière dans la surveillance des élections controversées dans l'espace post-soviétique. Il a ensuite créé sa propre organisation de surveillance électorale, l'Observatoire eurasien de la démocratie et des élections (EODE), qui a validé les élections sécessionnistes et les référendums organisés en Transnistrie, en Abkhazie, au Haut-Karabakh, en Crimée, dans le Donbass, etc., et dispose de bureaux à Moscou. , Paris, Bruxelles, Sotchi et Chișinău.
Michel s'intéresse ensuite à l'Afrique en devenant la figure de proue de la chaîne de télévision Afrique Media (afriquemedia.tv). Basée au Cameroun, où son nom de domaine a été enregistré en 2011, la chaîne s'est baptisée « CNN panafricaine » et est suivie par près de 260 000 personnes sur Facebook (…)
Michel semble avoir endossé Afrique Média dès 2014. Cette année-là, il annonçait sur son blog que la Russie avait « sauvé Afrique Média des fourberies de Canal+ » dans une querelle commerciale sur l'attribution des bandes de fréquences satellitaires. Sans entrer dans le détail de cette soi-disant mission de sauvetage ni de son rôle dans celle-ci, Michel s'est félicité d'avoir apparemment, "avec l'aide des Russes", empêché l'arrêt des émissions de la chaîne sur une fréquence appartenant à Canal+. Depuis, Michel n'a cessé d'apporter son soutien à ce média panafricain. En 2016-2017, il organise une levée de fonds pour financer la construction de nouveaux bureaux pour la chaîne, démarche qu'il réitère en 2019 pour financer l'ouverture d'un bureau Afrique Média à Bruxelles. En plus de son soutien financier, Michel apparaît souvent sur la chaîne, où il se présente comme un géopoliticien et spécialiste de l'Afrique. En avril 2019, il rencontre la Première Dame du Tchad à Ndjamena, se présentant comme le principal présentateur télé d'Afrique Media (Alwihda Info Citation 2019).
Afrique Media n'est pas la seule plateforme liée à Michel. L'aventurier belge gère également un vaste réseau de sites Web destinés au public africain. Il gère le site Internet La voix de la Libye ainsi que plusieurs chaînes de télévision en ligne au Tchad, au Cameroun et au Bénin. La plupart de ces sites sont enregistrés au nom de Fabrice Béaur, compatriote belge (sic) également membre de la Communauté nationale-européenne. Béaur, un militant politique qui a écrit pour Sputnik News et le média iranien PressTV, semble avoir apporté un soutien technique à Michel en créant et en organisant son réseau de sites Web.
Michel est typique des premiers entrepreneurs d'influence : il a investi des ressources – du temps, de l'argent et des réseaux – pour promouvoir la vision russe du continent africain sur différentes plateformes (…)
Les experts occidentaux présentent souvent la soi-disant guerre hybride de la Russie comme une boîte noire fermée aux observateurs extérieurs. Bien qu'il soit difficile de saisir les interactions personnelles et les approbations informelles, une approche plus granulaire des acteurs de la diplomatie parallèle russe par le biais de techniques d'investigation numérique offre des informations importantes sur la structure du système politique russe. Il est bien plus pluriel, décentralisé et chaotique que les observateurs extérieurs ont tendance à le percevoir. Cette pluralité et cette décentralisation ont peut-être émergé par défaut, mais le Kremlin les utilise désormais à dessein. En tant que grande puissance pauvre, la Russie doit promouvoir les initiatives privées qui soutiennent ses intérêts stratégiques et utiliser des entrepreneurs d'influence pour tester le terrain là où la diplomatie publique officielle est faible ou limitée. Si le test réussit, les structures officielles peuvent consolider le réseau établi. Si le test échoue, les institutions officielles bénéficient d'un déni plausible et peuvent adapter leurs approches et leurs discours en réponse à ces échecs.

QUI FNANCE CE RAPPORT ?
Pour Marlene Laruelle, cet article fait partie d'un projet de deux ans avec Erica Marat, Russie et Chine en tant que fournisseurs de services pour la gouvernance illibérale, financé par le département américain de la Défense dans le cadre du partenariat DECUR de la Minerva Research Initiative, prix 19-1039401473.


* NOTE 1
The Belgian (Flemish) daily newspaper De Morgen already wrote in December 2022: “Michel will now act as a geopolitical entrepreneur to enlarge the Russian sphere of influence in Africa: “a group of independent entrepreneurs, we have invented the concept of hybrid warfare. We work with Russia, but we don't pay for security services. A hybrid war feeds on different ways: military, diplomatic and communication. I do the latter. “And then there is the Belgian, the activist Luc Michel, with whom it all started. He, together with the ideologue Jean Thiriart (…) with the organization of the elections, shaped the instruments of the reconquest of the Soviet empire and created a space, from Lisbon to Vladivostok”. Michel is delighted with the results of the last referendums in the People's Republics of Luhansk, Donetsk,

* NOTE 2
Lire ausi :
Esquisse de la guerre hybride. L’action de Luc Michel en tant qu’ ‘entrepreneur géopolitique indépendant’
https://www.palestine-solidarite.fr/esquisse-de-la-guerre-hybride-ix-mon-action-en-tant-qu-entrepreneur-independant/

* NOTE 3
Une précision. Les politologues sérieux, pas les flics de la pensée politique des Universités franco-belges (qui sont souvent des flics tout court, correspondant des polices politiques), classent dans une même catégorie, qu’ils nomment le « National-communisme », des mouvements politiques comme le KPRF russe, le régime de LUKASHENKO au Belarus ou encore le SPS de MILOSEVIC ou la JUL, la « Gauche Unie Yougoslave » de Mirjana MARKOVIC. ET bien entendu notre PCN, qui idéologiquement et politiquement, les a tous précédé de presque une décennie. Lorsque nous étions représentés au Parlement Wallon, en Belgique, dans les Années 1996-98, la questure nous avait étiquetés «national-communistes» (le FN y était étiqueté « extrême-droite »). En 1996-98, nous avions des élus, dont un député, au Parlement Wallon, au Parlement de la Communauté française de Belgique et de 1996 au 1999 au Conseil provincial du Hainaut.

* NOTE 4
« Une tentative du même M. THIRIART (la Jeune-Europe des années 60) a essuyé un échec. Au début des années 80 ses adhérents ont fait une nouvelle tentative: le PCN a été fondé en Belgique (…) Le parti des adhérents de M. THIRIART c’est quelque chose dans le genre de l’Internationale de Marx (…) (A. IVANOV dans ROUSSKI VESTNIK, « Les idées de Jean Thiriart: un commentaire nécessaire », Moscou, septembre 1992).


# ЕВРАЗИЙСКИЙ СОВЕТ ЗА ДЕМОКРАТИЮ И ВЫБОРЫ (ЕСДВ)/
EURASIAN OBSERVATORY FOR DEMOCRACY & ELECTIONS (EODE):
http://www.eode.org/

https://www.facebook.com/groups/EODE.Eurasia.Africa/

This entry was posted in # EODE TV, * Français. Bookmark the permalink.

Comments are closed.