# EODE THINK-TANK / LE NEOCONSERVATISME A LA FRANCAISE : LA LEPENISATION DE LA DROITE POST-SARKOZYSTE !.

LM - EODE TT néocons français 2e édition (2013 04 26) FR

 

Luc MICHEL pour  EODE THINK-TANK /

Avec PCN-SPO – AFP – Libération /

2e édition 2013 04 26 (1e publication 2012 06 11) /

 La « stratégie Buisson » …

Celle d’une droite radicalisée, où Sarkozy est en embuscade, qui lorgne toujours en ce printemps 2013 sur les thèses du FN. Comme l’a démontré la crise du « mariage pour tous », qui a servi aux spindoctors de l’UMP (venus de l’extrême-droite) – les Buisson, Pelletier et cie – à dresser des ponts avec ce que la France néofasciste compte de pire.

 A la veille du 2e tour des Législatives françaises (juin 2011), je dressais le constat suivant :

« deux électeurs de l'UMP sur trois sont partisans d'un accord de désistement mutuel entre un candidat de droite et un du FN quand il s'agit de battre un candidat de gauche au second tour.

66% des électeurs UMP sont favorables à ce scénario tandis que 34% y sont opposés. Les proportions sont respectivement de 64% et 34% pour les électeurs du Front national, selon cette enquête. »

 DEUX ELECTEURS UMP SUR TROIS POUR DES ACCORDS LOCAUX AVEC LE FN, SELON UN SONDAGE

 Deux électeurs de l'UMP sur trois sont pour un accord de désistement mutuel entre un candidat de droite et un autre FN quand il s'agit de battre un candidat de gauche au second tour, selon un sondage Ipsos/Logica Business Consulting réalisé jusqu'à la veille du scrutin.

 66% des électeurs UMP sont favorables à ce scénario tandis que 34% y sont opposés. Les proportions sont respectivement de 64% et 34% pour les électeurs du Front national, selon cette enquête faite pour France Télévisions, Radio France, Le Monde et Le Point.

 Sondage réalisé du 7 au 9 juin 2011 par internet auprès d'un échantillon de 3.087 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas.

 Ce qui par ailleurs indique clairement que les prétentions du Lepénisme à être « hors système ou « ni droite ni gauche »  sont de la poudre aux yeux. La base électorale du Lepénisme est à droite et entend que le FN s’y ancre. Ce qui correspond aussi à l’agenda véritable de Marine Le Pen, qui rêve d’une « grande droite » à l’italienne.

 Avant de répondre à cette question, les sondés s'étaient vu préciser qu'"il s'agirait pour celui des deux candidats (droite et FN, ndlr) ayant fait le moins bon score de se retirer pour soutenir l'autre et faire barrage à la gauche".

Si l'on considère l'ensemble des personnes interrogées, 61% sont opposés à des accords de désistements locaux droite-FN, tandis que 39% y sont favorables.

Les électeurs de gauche sont en effet à une écrasante majorité (86%) hostiles à de telles pratiques.

 D'autre part, en cas de duel au second tour opposant un candidat de gauche à un candidat du FN, 14% seulement des électeurs de l'UMP souhaitent que "le candidat de droite éliminé au 1er tour appelle à voter pour le candidat de gauche pour faire barrage au candidat du FN" (38% pour l'ensemble des sondés de toutes préférences partisanes).

41% souhaitent que le candidat de droite "appelle à voter pour le candidat du FN pour faire barrage au candidat de gauche" (23% pour tous les sondés).

Enfin, 45% des électeurs de l'UMP souhaitent que le candidat de droite "ne donne pas de consigne de vote ou appelle à voter blanc" (39% pour l'ensemble des sondés).

 Par ailleurs, en cas de duel au second tour entre un candidat de droite et un candidat du FN, les électeurs de gauche sont très partagés: 47% (50% pour les sympathisants socialistes) souhaiteraient que le candidat de gauche éliminé "appelle à voter pour le candidat de droite pour faire barrage au candidat du FN" mais 49% (46% des sympathisants PS) préfèreraient "qu'il ne donne pas de consigne de vote ou appelle à voter blanc".

 S'agissant de l'ensemble des sondés, 51% souhaitent que dans cette hypothèse le candidat de gauche ne donne pas de consigne de vote, 39% qu'il appelle à voter pour le candidat de droite, 10% qu'il appelle à voter FN.

 LES « VALEURS COMMUNES » DE LA DROITE UMP ET DE L’EXTREME-DROITE NEOFASCISTE FN !

 Nadine Morano, ex ministre et figure du Sarkozysme, partage en effet «les mêmes valeurs» que les électeurs du FN. En difficulté dans sa circonscription, l'ex-ministre de l'Apprentissage revendique «sans états d'âme» une proximité avec l'électorat d'extrême droite. « A la pêche, précise Libération (Paris). En difficulté dans la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle, où elle est arrivée deuxième, nettement derrière le candidat PS (34,33% contre 39,29%), Nadine Morano a mis sans scrupule le cap à l'extrême droite pour rallier les électeurs du FN. » Confirmant des propos tenus dès le soir du 1er tour sur France 2 dès les résultats connus, l'ex-ministre de l'apprentissage a affirmé à plusieurs reprises ce matin sur Europe 1  qu’elle «partageait les valeurs» et les «opinions» des électeurs du Front national.

 Voici la déclaration de l’ex ministre UMP : «J’en appelle très clairement aux électeurs du Front national, qui partagent nos valeurs, à se retrouver sur ma candidature. Ce n’est pas une question d’accord, c’est une question de partage de nos valeurs. Eh bien écoutez, moi je rencontre des électeurs du Front national, avec lesquels je partage les mêmes valeurs: la maîtrise de l’immigration, le refus du droit de vote de étrangers, le fait qu’ils ne veulent pas financer l’assistanat et qu’ils veulent qu’on reconnaisse la valeur travail, la protection de nos frontières extérieures de l’Europe. Oui, je partage ces valeurs là en commun avec eux. Et j’en appelle directement aux électeurs du Front national. Nous sommes là face à des valeurs, des valeurs portées par un mouvement de pensée, pour lequel nous avons des rapprochements s’agissant encore une fois de la maîtrise de l’immigration, du refus du droit de vote des étrangers, et je n’ai aucun état d'âme à en appeler aux électeurs du Front national».

 Elle ajoute encore que « l'élection éventuelle de députés FN à l’Assemblée ne posait pas de problème particulier  (…) Ecoutez, au conseil régional de Lorraine, il y a des élus FN qui siègent. Est ce que cela gène quelqu’un? En quoi ces élus là sont moins démocrates que les autres? Voilà! C’est une réalité (…) Excusez-moi, je pense qu'à un moment, il faut que nous soyons clairs avec ce que nous pensons.»

 Si Nadine Morano partage ses valeurs avec les électeurs FN, pour Christian Estrosi, ancien ministre et député-maire (UMP) de Nice, l’UMP n’a «aucune valeur commune» avec le PS.

 Autre exemple de la gigue qui a sauté, Roland Chassain, UMP arrivé 3e dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône a décidé de se retirer pour tenir sa «position» qui est «tous contre Michel Vauzelle », le candidat PS, qui se retrouve donc désormais face à la candidate FN, Valérie Laupies.

 Le bureau politique de l’UMP, a décrété lui ce lundi, comme il l'avait annoncé dès le soir du 1er tour, « qu'il n'était pas question de se désister pour un candidat PS en cas de triangulaire avec le FN », « usant et abusant de l'alliance des socialiste avec le Front de Gauche », commente Libération (Paris).

 LE NEO-CONSERVATISME « A LA FRANÇAISE » DE LA DROITE SARKOZYSTE

 Ce sondage illustre un contexte qui permet la convergence des thèses de la Droite dure sarkozyste et de l’extrême-droite xénophobe et islamophobe lepéniste.

 Nous avons souvent souligné les convergences idéologiques entre la Droite dure de Sarkozy et les Neocons US, le fer de lance du régime de Georges W. Bush.  Y compris les alliances avec la Droite dure israélienne, les Likudniks, autre caractéristique des neocons US que l’on retrouve avec le régime sarkozyste (*).

Et nous n’avons jamais hésité à les qualifier de « neocons à passeport français ».

 Ce sondage éclaire crument le résultat des grandes opérations vers l’électorat lepéniste. Avec un arrière-plan thématique, la sécurité – l’immigration – l’Islam – l’identité nationale -, qui touche les électeurs de la Droite UMP comme ceux de l’extrême-droite néofasciste du FN.

 Et un arrière plan idéologique qui révèle la véritable nature du régime sarkozyste, néo-conservatisme « à la française » – bien plus américain que français -  en rupture avec l’héritage gaulliste.

 L’HERITAGE PERVERS DE LA « STRATEGIE BUISSON »

 A la maneuvre, Patrick Buisson, ex lepéniste devenu le « spin doctor » de Sarkozy sur les questions de récupération de l’extrême-droite. Et son protégé, Guillaume Peltier, ex FNJ, ex villiériste  du MPF, résumé incarné de la stratégie de la « grande droite ».

 Buisson « L’idéologue » dans l’équipe de campagne de Sarkozy explique LIBE. Ex de MINUTE (hebdo français d’extrême-droite, mais opposé à Marine Le Pen), "auteur de l'hagiographique Album Le Pen, images d'un Français", l'idéologue de Sarkozy partage les idées de Le Pen …

 « A droite toute. Dans le dispositif Sarkozy pour la présidentielle – qui donne ici ses résultats pervers – , c'est l'homme qui court depuis 2007 après les voix des électeurs du FN. Ancien directeur de la rédaction de l'hebdomadaire d'extrême-droite Minute et actuel directeur de la chaîne Histoire, il incarne la ligne dure dans l'entourage du président-presque-candidat, commentait LIBERATION (18 février 2012).  En 2009, Jean-Marie Le Pen ne tarissait d'ailleurs pas d'éloges à l'égard de ce journaliste-politologue ».

 Buisson est en effet l’auteur de l'hagiographique Album Le Pen, images d'un Français (1984), le décrivant comme un «intellectuel de la droite nationale qui, au fond de son coeur, partage probablement plus mes idées que celles de Sarkozy». Adepte de la messe en latin et des chants grégoriens, ce mélomane érudit, qui a prédit la victoire du «non» au référendum de 2005 et largement contribué à la victoire du candidat de l'UMP en 2007, dispose à tout moment de l'oreille attentive de Sarkozy… »

 Le résultat nous le lisons dans ce sondage révélateur : l’osmose entre électorat de droite et d’extrême-droite, la radicalisation de l’électorat de l ‘UMP !

 Le porte-parole du FN pour les législatives Florian Philippot a immédiatement déboulé sur le boulevard idéologique ouvert et déclaré lundi que la «base» de l’UMP montrait des «signes d’intérêt» pour le Front national …

 Luc MICHEL

_______________________

 (*) Les rapports entre le « neoconservatisme à la Française » et les Likudniks est un sujet passé sous silence en France. Pourtant ceux-ci trustent l’entourage de Sarkozy et occupent des postes étatiques importants et influents.

Un petit livre de René Naba (dont nous ne partageons pas par ailleurs les analyses) explore de façon anarchique le sujet :

LA FRANCE FACE AUX REBELLES ARABES , Editions Golias, Villeurbanne (France), septembre 2011.

 

 

This entry was posted in # EODE THINK TANK, * EODE/ Analyses - Rapports, * Français. Bookmark the permalink.

Comments are closed.