# EODE THINK TANK / PROVOCATION DE KICHINEV A LA FRONTIERE AVEC LA PMR/REPUBLIQUE MOLDAVE DE TRANSDNIESTRIE.

EODE TT - FB nouvel incident en PMR (2013 06 20) FR 1

Fabrice BEAUR pour EODE Think Tank /

avec Nezavissimaïa Gazeta, Tiras et RIA Novosti / 2013 06 20 /

 Nouvel épisode de la guerre froide entre la Republica Moldova (Moldavie, capitale Kishinev ou Chisinau, l’ancienne Bessarabie) et la PMR, la République Moldave du Dniester (abusivement présentée souvent comme la « Transnistrie » – du nom ce la région sous l’occupation fasciste roumaine de 1941-44 -, capitale Tiraspol).

 La situation en Moldavie, où l'Union européenne a réussi à maintenir la coalition pro-européenne et empêcher le retour au pouvoir des communistes, dirigé par Vladimir Voronin, semble être à la confrontation avec son voisin transdniestrien.

 En effet, Kichinev a déclaré qu'à partir du 1er mai 2013, six nouveaux postes de contrôle douanier et migratoire seront installés le long de la frontière entre la Moldavie et la PMR.

 Les passeports des citoyens en provenance de la république autoproclamée qui n’ont pas la nationalité moldave seront scannés et enregistrés. Le Ministre des Affaires étrangères de PMR, Nina Chtanski, a déclaré que cela se pratiquait déjà et s’accompagnait de “limitations supplémentaires à la liberté de circulation des citoyens”. Elle a rappelé que plus de 180.000 citoyens russes et près de 100.000 citoyens ukrainiens vivent sur le territoire dit « sécessionniste », et que “du point de vue de la Moldavie, on pouvait tous les classer comme étrangers”.

 C'est ce que confirme la déclaration du vice-premier ministre moldave Eugen Carpov, cité par le site de la Radio publique roumaine Radio România Actualităţi : "Il s’agit du dialogue que la République de Moldavie mène avec l’Union européenne pour libéraliser le régime des visas. Dans ce but, nous devons nous conformer aux normes, dont l’une est le contrôle des flux migratoires des citoyens étrangers qui visitent la Moldavie."

 A Tiraspol, on estime que cette décision de Chisinau revêt un caractère de provocation. En effet, “c’est à cette époque de l’année que s’intensifient les flux de personnes entre les deux rives, en relation avec les congés de printemps et les fêtes nationales [1er et 9 mai]”.

 Cette décision qui s’explique par le désir de la Moldavie d’obtenir la libéralisation du régime des visas avec l’UE. A Tiraspol, on met en garde contre le risque que “les mesures unilatérales prises par Chisinau ne débouchent sur une nouvelle spirale de tension sur le Dniestr.”

 TIRASPOL REAGIT FERMEMENT ET PART A L'OFFENSIVE

 En réaction, le Soviet suprême (parlement) à Tiraspol, capitale de la République Moldave du Dniester, a voté en réaction le 10 juin une loi sur « la frontière d'Etat de la République moldave du Dniester», qui définit la politique des frontière de la PMR.

 Les médias de l'OTAN ont bien sûr parlé de "bruits de bottes à la frontière avec la Transnistrie" en rejettant la faute sur les autorités de Tiraspol sans préciser que cela est une "exigence" de l'Union européenne vis-à-vis de Kichinev.

 Tiraspol semble fermement décidé à asseoir son autorité sur les territoires disputés et plus particulièrement de la ville industrielle de Bender. En effet, le projet de déménagement du Soviet suprême (parlement) de la PMR dans cette dernière ville vient de commencer sa mise en oeuvre. Selon les déclarations de la présidence de la PMR, cette décision est définitive et non négociable.

 Il semble donc que chacune des parties souhaite dorénavant mettre en place des nouveaux postes de contrôle aux frontières disputées. Les territoires disputés se trouvent dans la zone de sécurité sur le Dniestr. Or, dans cette zone sont cantonnés des soldats de maintien de la paix russes.

 Cela étant dit, nous ne sommes pas dans une situation de nouvelle confrontation armée. Mais rien ne dit que les forces de protection et de contrôle des frontières des uns et des autres ne puissent se "rencontrer" sur des territoires disputés.

 OU SE TROUVE LA SOLUTION ?

 Où se trouve la solution ?

A Moscou et dans le retour des communistes moldave de Vladimir Voronin.

 Pourquoi ?

Ces derniers sont plus enclin à étudier sérieusement les propositions économiques de Moscou comme de rejoindre sans attendre l'Union douanière (Belarus-Russie-Kazakhstan) alors que l'Union européenne fait trainer les choses depuis des années.

Mais aussi de Moscou parce que l'homme politique le plus populaire et respecté en Moldavie est … Vladimir Poutine, selon un sondage réalisé par le centre Magenta Consulting à la demande de l'Institut moldave des politiques publiques. 74% des Moldaves font confiance au président russe.

 Ce conflit gelé ne trouvera solution qu'avec un accord entre Kichinev, Tiraspol, Moscou et Kiev. La santé chancelante de l'Union européenne et la montée en puissance de l'Union douanière et la prochaine Union économique eurasienne pourraient contribuer à une sortie de crise définitive. Mais les agissements de l'OTAN et la politique interventionniste de Bucarest n'aident en rien à la résolution du conflit.

 Nous sommes ici, sur une des lignes de fracture et de confrontation entre les deux Europe, ou plutôt entre la première Europe – l'Union européenne – et la deuxième Europe – L'Union douanière, donc essentiellement à l'heure actuelle la Russie -.

 

Fabrice BEAUR

Administrateur de EODE Zone Russie-Caucase

https://www.facebook.com/notes/eode-think-tank/-eode-think-tank-provocation-de-kichinev-a-la-frontiere-avec-la-pmrrepublique-mo/526190837436030

_________________ 

 Aller plus loin :

 Le RAPPORT D’EODE SUR LA PMR ET LE CONFLIT GELE KISHINEV-TIRASPOL

Téléchargement gratuit en français sur

http://www.eode.org/EODE-RapportTransdniestrieV2.pdf

EODE TT - FB nouvel incident en PMR (2013 06 20) FR 2

EODE TT - FB nouvel incident en PMR (2013 06 20) FR 3

 

This entry was posted in # EODE THINK TANK, * Français. Bookmark the permalink.

Comments are closed.