# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ FLASH VIDEO/ ATTAQUE CHIMIQUE TERRORISTE A ALEP : QUELLES RESPONSABILITES TURQUE, FRANCAISE ET OCCIDENTALES ?

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Flash Vidéo Géopolitique/ Geopolitical Flash Video/
2018 11 29/

Le Flash Vidéo du jour …
Le géopoliticien Luc MICHEL dans le DEBAT du 28 octobre 2018 sur PRESS TV (Iran)

J’ai débattu (débat consensuel) ce mercredi sur la Télévision d’Etat iranienne francophone des responsabilités françaises, mais aussi turques et occidentales, dans l’attaque chimique d’Alep par les djihadistes du Jabbat al-Nosra (ex al-Qaida en Syrie, aujourd’hui rebaptisé Hayat Tahrir al-Cham) …

Sources :

* Voir la video de "UNE" : PCN-TV/ 
PRESS TV DEBAT AVEC LUC MICHEL : 
LA FRANCE IMPLIQUEE DANS L’ATTAQUE CHIMIQUE CONTRE ALEP ? 
(28 OCTOBRE 2018)

* L’article sur :
« La France impliquée dans l’attaque chimique contre Alep? (débat) »
https://www.presstv.com/DetailFr/2018/11/28/581422/La-France-implique-dans-lattaque-chimique-contre-Alep

* Que dit PRESS TV :
« Les terroristes liés au Front al-Nosra (rebaptisé Hayat Tahrir al-Cham) ont pilonné plusieurs quartiers de la ville d’Alep avec des obus remplis de gaz toxique. Selon des témoins oculaires, ce sont les quartiers de la banlieue ouest d’Alep qui ont été touchés par des obus au chlore, où au moins 107 civils ont été blessés et transférés aussitôt dans deux hôpitaux de la ville.
Pour de nombreux analystes, la France semble s’être engagée sur la voie de la provocation à l’endroit de la Russie. Le ministère russe de la Défense a récemment annoncé que des preuves existaient sur la préparation des terroristes à une nouvelle attaque chimique en Syrie et plus particulièrement à Idlib.
Luc Michel, géopoliticien, intervient sur ce sujet. »

CE QU’ON SAVAIT AVANT CETTE ATTAQUE CHIMIQUE TERRORISTE :
« HAYAT TAHRIR AL-CHAM ÉQUIPE LES TERRORISTES D’ARMES CHIMIQUES. LE SPECTRE D'UNE ATTAQUE CHIMIQUE PLANAIT SUR IDLIB » (MEDIAS RUSSES)

« Les terroristes ont remis une importante quantité d’agents chimiques aux experts français pour que ces derniers les placent dans les ogives de leurs missiles », avait-on appris de sources proches de commandants des groupes terroristes opérant à Idlib dès le 24 novembre. Les terroristes du groupe Hayat Tahrir al-Cham, principalement composé par des éléments du Front al-Nosra, ont transféré, ce 21 novembre, « une nouvelle cargaison d’agents chimiques à un lieu non identifié de la province d’Idlib, en provenance de la ville d’al-Dana, dans le nord de cette province ». Les sources confirment que « cette cargaison chimique comprenait cinq bonbonnes de gaz chlore ». Le même jour, les Casques blancs (organisation proche du MI6 britannique et des réseaux de Georges Sorös) « ont découvert cinq emballages contenant des agents chimiques dans un dépôt appartenant à Hayat Tahrir al-Cham, à Kafr Nabl, à l’ouest de Maarat al-Nouman, avant de les transférer vers un autre dépôt à l’intérieur de la ville d’Idlib. Ce dépôt sous-terrain se situe près de la prison centrale d’Idlib, occupée par les éléments du Hayat Tahrir al-Cham ».

Des sources proches des commandants des groupes terroristes opérant à Idlib confirment que « les dites substances chimiques ont été remises aux experts français qui viennent d’arriver à Idlib pour modifier les roquettes dont la portée reste indéterminée. Ces roquettes, accompagnées des rampes, ont été récemment transférées à l’intérieur du territoire syrien ». Selon les mêmes sources, les experts français ont « pour mission de placer des substances chimiques et toxiques à l’intérieur des ogives de ces missiles pour que les terroristes puissent faire avancer leur scénario chimique contre l’armée syrienne ».

Bien que l’accord de cessez-le-feu, signé à Sotchi entre les présidents russe et turc, prévoie le retrait des terroristes de Hayat Tahrir al-Cham de la zone démilitarisée à Idlib, ce groupe refuse non seulement de partir, mais en plus « il fournit des substances chimiques aux terroristes de Daech et d’autres groupes terroristes opérant sur divers fronts de la province d’Idlib. En réalité, Hayat Tahrir al-Cham se sert du cessez-le-feu pour se préparer à mener des attaques chimiques ».

A Hama, « une attaque chimique est en préparation ». « Des substances chimiques ont été transférées par les terroristes du Front al-Nosra et du Parti du Turkestan dans les zones démilitarisées à Hama en Syrie ». Les Casques blancs, eux aussi, « collaborent avec Hayat Tahrir al-Cham pour déplacer des cargaisons de chlore et de sarin à travers la zone démilitarisée à Idlib pour les remettre aux autres groupes terroristes opérant dans le nord et le nord-ouest de Hama, dans le nord-est d’Idlib et le nord-est de Lattaquié ». Les Casques blancs sont une organisation terroriste « qui contribue largement au renforcement des terroristes depuis 2013 », disent les médias russes. « Cette organisation, qui prétend aider les civils syriens, est financée par le Royaume-Uni et les Etats-Unis ». Les Casques blancs et les éléments du Hayat Tahrir al-Cham « disposent de moyens logistiques nécessaires à une attaque chimique dans l’objectif d’en lancer une à tout moment à Alep, à Hama ou à Idlib pour ainsi imputer la responsabilité de l’attaque à l’armée syrienne. De tels scénarios chimiques visent à rendre le terrain propice à une agression militaire de l’Occident contre le territoire syrien ».

QUELLE RESPONSABILITE DE PARIS :
« LES EXPERTS FRANÇAIS SONT IMPLIQUÉS DANS L’UTILISATION DE SUBSTANCE CHIMIQUE DANS LES MISSILES D’AL-NOSRA » (FARS NEWS)

Des sources proches des commandants des groupes armés opérant à Idlib ont annoncé que « les terroristes ont livré une grande quantité de substances chimiques aux experts français afin que ces derniers les mettent dans leurs missiles. » La coalition Hayat Tahrir al-Cham, dont le Front al-Nosra est le principal membre, « a transféré de nouveau des substances chimiques vers le nord de la Syrie », a rapporté le jeudi 22 novembre ‘Fars News’. Cette fois-ci, Hayat Tahrir al-Cham « a transféré sous haute sécurité une nouvelle cargaison de substances chimiques de la ville d’al-Dana dans le nord d’Idlib vers un endroit inconnu dans cette province », a ajouté ‘Fars News’. Selon des sources dignes de foi dans le Rif d’Idlib, « cette cargaison comprend cinq bonbonnes de gaz chlore ».

Interfax (Russie) a rapporté de son côté ce 22 novembre que « les terroristes des Casques blancs ont transféré hier cinq colis de substances chimiques toxiques d’une usine appartenant au Front al-Nosra, située dans la cité de Kfar Nabl à l’ouest de la ville de Maarat al-Numan, vers une autre usine dans la ville d’Idlib ». Cette usine est construite sous le sol à proximité de la prison centrale d’Idlib, qui est occupée par les terroristes d’al-Nosra. Des sources proches des commandants des groupes armés opérant à Idlib ont annoncé que « les paquets en question avaient été livrés aux experts français dans une usine souterraine ».

Les experts français sont, eux, « récemment arrivés à Idlib pour modifier des missiles dont la portée est inconnue. Ces missiles et leurs rampes de lancement ont été récemment transférés en Syrie », ont ajouté ces sources. « Ces experts ont l’intention de mettre des substances chimiques dans les ogives de ces missiles afin de les utiliser contre l’armée syrienne ».

Depuis la conclusion de l’accord de Sotchi sur Idlib, conclu entre la Russie et la Turquie (et où la duplicité d’Erdogan s’étale), le groupe terroriste Front al-Nosra, « au lieu de quitter la zone démilitarisée, a fourni des substances toxiques à Daech et à d’autres groupes terroristes présents dans divers endroits de la province d’Idlib, notamment aux alentours de la zone démilitarisée ». Le Front al-Nosra a en effet « violé le cessez-le-feu instauré dans la zone démilitarisée en préparant des attaques chimiques ».

Tout cela avec la complicité de Londres et de Paris. Les Casques blancs « coopèrent avec le Front al-Nosra. Ils ont mis des cargaisons de gaz chlore et sarin à la disposition des autres groupes terroristes opérant dans différents endroits de la zone démilitarisée, dans les rifs nord et ouest de Hama, le rif nord-est d’Idlib et le rif nord-est de la province de Lattaquié ». Les Casques blancs sont des éléments d’un groupe terroriste soutenu par le Royaume-Uni et les États-Unis. Depuis 2013, « ils jouent un rôle important dans le soutien apporté aux terroristes, tout en prétendant secourir les civils ». Les Casques blancs et les éléments du Front al-Nosra « tentent d’accuser l’armée syrienne d’une attaque chimique qu’ils auront eux-mêmes mise en scène ». A noter que le chef d’état-major des armées de la France, le général Lecointre, proche du Pentagone, a averti qu’elle attaquerait la Syrie si cette dernière utilisait des armes chimiques.

QUELLE RESPONSABILITE D’ANKARA :
« A ALEP LES EXPERTS TURCS DE CONNIVENCE AVEC LE FRONT AL-NOSRA » (PARS TODAY)

Des experts turcs en armes chimiques et biologiques se sont rendus dans les zones du nord-ouest d’Alep qui ont été frappées le 25 novembre par une attaque chimique du Front al-Nosra. Le groupe terroriste du Front al-Nosra a mené une attaque chimique dans la ville d’Alep, un drame qui a provoqué une centaine de cas d’asphyxie et entraîné dimanche des raids de représailles de l’allié russe. Des sources proches des insurgés, qui ont requis l’anonymat, ont fait état de « l’arrivée dans les zones frappées d’une équipe d’experts en armes chimiques et biologiques en provenance de Turquie. Ils ont été accueillis pendant 24 heures dans un motel par les membres d’al-Nosra », ont-elles annoncé. L’objectif de leur mission serait d’éliminer toutes les traces d’une attaque chimique autour du village de Barakiyat al-Arman avant l’arrivée de l’équipe de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

Ces mêmes sources ont demandé à ce que « des positions fermes soient prises à l’encontre du Front al-Nosra », qui est en litige avec la coalition du Front de libération nationale (FNL) soutenue par la Turquie. Depuis l’accord de Sotchi sur la zone démilitarisée à Idlib, le Front al-Nosra ne s’est pas retiré de la région et continue de fournir des substances chimiques mortelles à Daech et d’autres groupes terroristes étrangers. Des sources d’information ont rapporté que « les terroristes d’al-Nosra auraient transféré 50 missiles trafiqués par les experts français dans une base près de la prison centrale d’Idlib » (nord-ouest de la Syrie). « Des dizaines de missiles seraient à la disposition du groupe terroriste Ajnad al-Kavkaz dans le rif sud-est d’Idlib, et du groupe Jaich al-Izza dans le district de Kafr Zita au nord-ouest de Hama. Plusieurs autres auraient été transférés au groupuscule Tanzim Hurras al-Din dans la ville de Murak, au nord de Hama » …

# LES ANALYSES DE REFERENCE SUR
LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY :

GUERRE MEDIATIQUE OCCIDENTALE EN SYRIE : 
LES PROVOCATIONS AUTOUR DES SOI-DISANT ARMES CHIMIQUES SONT DE RETOUR !

L’EMISSION QUI COMPLETE L’ANALYSE : 
LA SYRIE, LA RUSSIE ET LES SOI-DISANT ‘ARMES CHIMIQUES’ 
(GUERRE MEDIATIQUE OCCIDENTALE EN SYRIE II)

(Sources : Interfax – Fars News – Pars Today – Interfax – Press TV – PCN-TV –EODE Thk Tank)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
(Flash Vidéo Géopolitique/
Complément aux analyses quotidiennes de Luc Michel)

________________

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily

LUC MICHEL PAGE OFFICIELLE I/
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
WEBSITE http://www.lucmichel.net
LUC MICHEL Official International Fan Club
https://www.facebook.com/groups/LUCMICHEL.OfficialFanClub

This entry was posted in # ARTICLES BY LANGUAGES, # EODE + ZONE PROCHE ORIENT, # EODE THINK TANK, # MEDIAS / PRESS / COMMUNICATION, * EODE-TV, * EODE/ Analyses - Rapports, * EODE/ Geopolitics, * Français and tagged , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.