# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ FLASH VIDEO/ LA TOURNEE DE THERESA MAY EN AFRIQUE ENTRE BREXIT ET IMPERALISME BRITANNIQUE 2.0

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Flash Vidéo Géopolitique/ Geopolitical Flash Video/
2018 09 02/

Le Flash Vidéo du jour …
Le géopoliticien Luc MICHEL dans le ZOOM AFRIQUE du 30 août 2018
sur PRESS TV (Iran)

J’analysais ce vendredi pour le ‘ZOOM AFRIQUE’ de PRESS TV (Iran) la visite Du Premier Ministre britannique Theresa MAY en Afrique.
Confrontée à la logique économique du « Hard Brexit » (sans accord avec l’UE) et au remodelage de l’impérialisme britannique 2.0, Theresa May est en Afrique pour chercher marchés, accords commerciaux et damner le pion à l’UE … 
Londres se profile à nouveau au cœur du noyau dur de l’impérialisme anglo-saxon (où Washington domine Londres) ! Ce que voulaient les réseaux et lobbies américains qui ont amené Trump au pouvoir et favorisé le Brexit. Tout cela se profilant sur une guerre économique mondialisée par Trump qui préfigure une troisième guerre mondiale, évoquée sans fard à Washington comme à Moscou …

Sources :

* La video de "UNE" :
PANAFRICOM-TV/ THERESA MAY EN AFRIQUE ENTRE BREXIT ET IMPERALISME BRITANNIQUE 2.0 
(ZOOM AFRIQUE DU 30.08.2018 – AVEC LUC MICHEL)

* L’article sur :
« Les conquistadors britanniques arrivent en Afrique.
UK/Afrique : la visite de Theresa May pour compenser le Brexit ? »

UN VOYAGE QUI N’A PAS EU LES RESULTATS ESCOMPTES

Theresa May attendait beaucoup de ce voyage en Afrique. Elle est très loin d’avoir rencontré le succès escompté. « Après 30 ans d’absence manifeste, la visite du Premier ministre britannique au Kenya n’a guère eu l’effet souhaité », commentait la lettre d’information ‘The Monocle Minute’ ce 31 août 2018 (1) :
« Hier, la première ministre britannique, Theresa May, a terminé son offensive de charme en Afrique avec un voyage au Kenya. Aujourd'hui, elle rentre chez elle sans beaucoup des assurances diplomatiques et économiques qui devaient venir du voyage. Une partie de la réunion avait pour but de discuter des fonds volés qui sont retournés au Kenya pour être investis dans les soins de santé et les infrastructures. Et bien que le résultat parle de l’assentiment des deux côtés, le président kenyan, Uhuru Kenyatta, a continué à se plaindre qu’aucun Premier ministre britannique n’ait visité le pays depuis 30 ans. Kenyatta, lors de la conférence, a déclaré que son pays serait à la recherche d’investissements venant d’ailleurs, nommant la Chine et les États-Unis comme partenaires probables. Certains dirigeants africains qui n’avaient pas bénéficié de l’attention d’un leader britannique au cours des dernières décennies ont vu son voyage pour ce qu’il était: une tentative cynique de soutien aux négociations sur le Brexit » …

Une autre lettre d’information américaine, ‘Quartz Africa’ esquissait ce matin précisément la même analyse que moi et le Brexit comme motivation profonde du voyage de May en afrique :
« La première ministre britannique, Theresa May, a été plus que convaincue de l’objectif de sa première tournée en Afrique avec des escales en Afrique du Sud, au Nigéria et au Kenya. Alors que le Brexit se profile, May cherche à «approfondir et renforcer» les «partenariats mondiaux» du Royaume-Uni, même si cela nécessite des actions de danse maladroites (…) Au-delà du commerce, le Premier ministre a également promis un soutien militaire pour lutter contre les groupes terroristes Boko Haram et Al-Shabaab au Nigeria et au Kenya respectivement. Mais alors que l’Afrique a regardé l’Est plutôt que l’Ouest au cours de la dernière décennie, le Royaume-Uni doit maintenant tenter de rattraper la Chine car la superpuissance asiatique est maintenant fortement investie dans le commerce, l’infrastructure et même les militaires sur le continent ».

‘Quartz Africa’ y voit elle aussi une voie sans issue pour équilibrer le Brexit : « Outre les platitudes sur la maximisation des «opportunités partagées», il est peu probable que l'augmentation des échanges entre le Royaume-Uni et l'Afrique puisse compenser les pertes potentielles du Brexit: en 2016, les échanges entre le Royaume-Uni, le son commerce avec l'Union européenne » …

NOTES :

(1) “Fair-weather friend. After 30 years of conspicuous absence, the UK PM’s visit to Kenya has hardly had the desired effect”, The Monocle Minute – Friday 31 August 2018, London – New-York – Hong-Kong.

(2) “Merkel & May in Africa”, Quartz Africa Weekly Brief, Sept. 2, 2018.

(Sources : Press TV – Panafricom-TV – Quartz Africa – The Monocle Daily Brief – EODE Thgink Tank)

# LES ANALYSES DE REFERENCE SUR
LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY :

Sur « l’Impérialisme britannique 2.0 » :

INTRODUCTION À LA GÉOPOLITIQUE DE L’IMPÉRIALISME BRITANNIQUE

INTRODUCTION À LA GÉOPOLITIQUE DE L’IMPÉRIALISME BRITANNIQUE (II):
LE ROLE ET LA PLACE DE LONDRES …

Sur le Brexit :

GEOPOLITIQUE DU BREXIT : 
LE BREXIT OPERATION AMERICAINE. TRUMP DERRIERE LES RADICAUX DU ‘BREXIT DUR’ TORPILLE THERESA MAY …


LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
(Flash Vidéo Géopolitique/ 
Complément aux analyses quotidiennes de Luc Michel)
________________

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily

LUC MICHEL PAGE OFFICIELLE I/
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
WEBSITE http://www.lucmichel.net
LUC MICHEL Official International Fan Club
https://www.facebook.com/groups/LUCMICHEL.OfficialFanClub

This entry was posted in # ARTICLES BY LANGUAGES, # EODE - ZONE AFRICA, # EODE THINK TANK, * EODE/ Analyses - Rapports, * EODE/ Geopolitics, * Français and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.