# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ GEOPOLITIQUE DES USA (IV) : VU DES USA, COMMENT ‘COMMANDER A LA MER’ A L’ERE DES MISSILES SUBSONIQUES ? (GEORGE FRIEDMAN)

 

LM.GEOPOL - Geopol des usa IV (2019 07 19) FR (1)

 

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Luc MICHEL pour EODE/
Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
2018 07 19/

« Le commandement de l'espace est en train de devenir le fondement du commandement de la mer. Ceux qui peuvent voir les missiles ennemis peuvent les détruire et le faire rapidement avec des hypersoniques à longue portée. Le déni de l’espace serait donc essentiel pour protéger les navires de commerce des attaques ennemies (…) La maîtrise de la mer s'est déplacée de la surface de la mer vers l'air et passe maintenant de l'air à l'espace. Cela ne change pas la géopolitique fondamentale, mais cela transforme la guerre »
- Georges Friedman (‘Geopolitical Futures’, juillet 2019).

# PARTIE IV

Je viens de clôturer une analyse en trois parties sur « la Géopolitique des USA ». Comment la thalassocratie américaine domine les Mers du globe, s’étant substituée à l’impérialisme britannique », a fait du XXe siècle un « siècle américain » (qu’elle a terminé comme la seule superpuissance mondiale, après avoir remporté les première et seconde mondiale et la Guerre froide. Et comment son programme actuel est de « faire du XXIe siècle un nouveau siècle américain ». Un géopoliticien américain de premier plan, George Friedman, l’ex patron de ‘Stratfor’, nous donne sa vision de la Thalassocratie américaine (pour ‘Geopolitical Futures’). Dans son livre-manifeste, « The next hundred years », il est un de ces partisans d’un « nouveau siècle américain » …

“COMMAND OF THE SEA”
(GEORGE FRIEDMAN, ‘GEOPOLITICAL FUTURES’, USA, 10 JUILLET 2019)

(Extraits Traduit de l’anglais par LM)

Les USA sont une thalassocratie, le « commandement de la Mer est la base essentielle

de la puissance américaine : « Le commandement de la mer est le fondement de la sécurité nationale américaine, nous dit Friedman. L'amiral Alfred Thayer Mahan, le plus grand stratège de l'histoire américaine, l'a identifié comme étant le principal intérêt de l'Amérique (bien qu'il l'ait écrit avant le début de la guerre contre le terrorisme et avant le développement de l'arme nucléaire). Les Etats-Unis, a-t-il affirmé, ne peuvent être menacés que par une force navale ennemie capable d'envahir son territoire et de limiter son accès aux océans. Comme pour la Grande-Bretagne, la sécurité nationale des États-Unis devait donc reposer sur le commandement de la mer ».

Le géopoliticien US nous rappelle que les USA, comme jadis Carthage, sont un empire commercial, héritier du commerce anglo-saxon : « Le commandement de la mer garantit la sécurité et le commerce. La Rome antique comprenait certainement tout autant, concentrant ses efforts sur le contrôle de Mare Nostrum (ou de notre mer, se référant à la Méditerranée), qui contraignit les menaces nord-africaines comme Carthage à attaquer Rome sur ses flancs et à garantir l'accès aux ressources agricoles égyptiennes. Les routes terrestres autour de la Méditerranée étaient puissantes mais lentes. Les routes navales étaient rapides mais plus légères et, sur le plan commercial, elles étaient indispensables ». De l’antiquité à notre époque, les fondements géopolitiques sont restés constant, explique Friedman ; « La Chine et l’Iran essaient maintenant de sécuriser leurs voies de navigation, ou du moins d’empêcher les autres d’y accéder. Pour la Chine, qui est désormais une puissance commerciale massive, accéder aux mers du monde est une nécessité économique. Elle craint que les États-Unis ne cherchent à bloquer la Chine et, ce faisant, à étrangler l’économie chinoise (et gardez à l’esprit que le pire des scénarios n’est historiquement pas le moins probable). L’Iran, handicapé par les sanctions américaines, n’a pas le pouvoir politique ou naval de lever le blocus, mais il a les moyens de lancer un contre-blocus du détroit d’Hormuz. Les énormes quantités de pétrole qui coulent dans le détroit sont essentielles pour de nombreux alliés des États-Unis, et le bloquer avec succès provoquerait une crise économique suivie par une crise de l’alliance. Sanctionner l'Iran pourrait donc s'avérer trop coûteux pour les États-Unis. Tant que le commerce se fait sur les mers, le contrôle des mers est essentiel ».

LES EVOLUTIONS DE LA PUISSANCE NAVALE

« Historiquement, le commandement de la mer dépendait de navires de surface, équipés d'avirons, de voiles, de charbon, de pétrole, etc. Le principe opérationnel de la puissance nationale consistait à posséder une flotte suffisante pour submerger l'ennemi principalement en taille et en armement », précise Friedman. « Le point fort de cet ancien concept de guerre navale était le cuirassé, un vaisseau massif et coûteux, transportant une poignée d'armes à feu capable de tirer de grandes munitions à longue portée. La guerre de surface avait atteint son apogée avec le cuirassé. Son coût paralyserait l’économie d’un pays de taille moyenne. Il pourrait vaincre tout navire rencontré, sauver un autre cuirassé. La course était de taille, armure et munitions, et quel que soit le pays le plus à même de protéger ses intérêts maritimes ».

COMMENT LA PUISSANCE AERIENNE A PROFONDEMENT MODIFIE LA GUERRE NAVALE ?

« La tactique navale reposait donc sur la position du navire de surface contre le navire de surface. Cela a été remplacé non par aucune avancée dans la puissance des cuirassés, mais par l'introduction d'un nouveau concept de guerre navale: la puissance aérienne », analyse Friedman. « Alors que les cuirassés combattaient en lançant des salves de gros obus sur leurs ennemis, les avions pouvaient également tirer de petits obus explosifs qui frappaient la surface et les torpilles qui frappaient des navires de guerre sous la ligne de flottaison. Une autre menace est venue des sous-marins. Commençant par l'attaque britannique sur la flotte italienne à Taranto et aboutissant à l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, les navires conçus pour transporter des torpilles et des bombes ont dévasté des cuirassés dans les ports. Très rapidement, le centre de gravité de la guerre navale s'est déplacé vers le porte-avions et a été complété par le sous-marin, conçu pour casser la chaîne d'approvisionnement dans l'Atlantique Nord et le Pacifique Ouest ».

Le géopoliticien US étudie les étapes de cette évolution fondamentale, commencée pendant la Guerre des Six jours au Proche-Orient :
« Cette combinaison de porte-avions et de sous-marins était au cœur de la guerre navale depuis près d'un siècle, mais les nouvelles munitions ont fini par remettre en cause leur primauté. Plus précisément, l’introduction de munitions à guidage de précision a accru la vulnérabilité du transporteur. Ce ne sont pas des missiles balistiques; une fois tirés, leur direction pourrait être corrigée, ce qui les rendrait beaucoup plus précis que les anciens missiles. En 1967, un missile soviétique Styx tiré d'Égypte a coulé un destroyer israélien, l'Eilat. La précision était stupéfiante, de même que l’effet de l’ogive. Le naufrage de l'Eilat a obligé de nombreuses personnes à modifier leurs visions des porte-avions ». L'hypothèse était que les chasseurs pourraient protéger les transporteurs. Les avions ennemis ont dû voler dans l’espace de la patrouille aérienne de combat pour livrer des bombes en fer et des torpilles. L'incident d'Eilat a montré que cela n'était pas nécessaire. Une MGP tirée depuis le rivage – ou par un avion se tenant en dehors de l'espace de défense aérienne des combattants, des canons anti-aériens et des missiles – pourrait couler ou détruire des navires ».
On est ainsi passé à de nouvelles tactiques, précise Friedman. « Une façon de se défendre contre cela consistait à élargir l’espace de combat, mais à mesure que cela se produisait, il devenait plus rapide que le nombre de combattants disponibles. L’attention s’est alors tournée du démantèlement des avions d’attaque à la destruction des missiles. Des systèmes tels que l'Aegis américain ont été créés pour le faire à grands frais. Aucun système n’est parfait, il est donc essentiel de maintenir les attaquants à distance. Cela a coûté un nombre considérablement accru de navires perfectionnés conçus pour offrir une capacité de défense aérienne et de lutte anti-sous-marine. Les groupes de combat de porte-avions coûtent plusieurs milliards de dollars en développement initial et en maintenance, pour permettre à 30 à 70 avions d'attaque de voler vers une cible et de tirer des PGM dans un dispositif défensif similaire ».

« Le porte-avions commençait à ressembler au cuirassé, dit Friedman, avec des coûts pyramidaux conçus pour assurer la défense. C'était semblable dans un deuxième sens. Les MGP ont évolué, en partie en précision, mais surtout en vitesse et en agilité. Cela a également obligé les systèmes de défense aérienne à évoluer. Le coût de développement du PGM était bien inférieur au coût de développement du système défensif, de sorte que le coût de maintien de la sécurité du groupement tactique de transporteurs a augmenté, la capacité de frappe – le tonnage pouvant être livré contre un ennemi – n'a pas été conservée ».

COMMENT ASSURER LE COMMANDEMENT DE LA MER A L’ERE DES MISSILES HYPERSONNIQUES ?

Le point critique pour le transporteur a été atteint avec l’émergence de missiles hypersoniques, insiste Friedman, qui peuvent atteindre des vitesses plus de cinq fois supérieures à celles du son, tout en restant maniables (un dossier stratégique où la guerre médiatique prend aussi sa part) :

« La portée de ces missiles a considérablement élargi l’enveloppe de combat, obligeant à améliorer considérablement le système de défense aérienne. Certains prétendent que les explosifs transportés par ces missiles ne pourraient pas couler un porteur. Mais étant donné leur précision, ils pourraient rendre le transporteur inutilisable pendant le combat en attaquant des éléments clés du poste de pilotage. C'est pour cette raison que les Russes et les Chinois ont annoncé leurs systèmes hypersoniques. Ils représentent un défi pour le commandement américain de la mer, tant que le système repose sur des navires de guerre de surface – et même les sous-marins deviennent plus vulnérables à mesure que les océans deviennent plus transparents pour les capteurs de missiles hypersoniques. À mesure que la portée des missiles hypersoniques augmente et que leur coût diminue, les dangers pour les navires de guerre de surface augmentent. Les défenses sont possibles, mais le paradigme missile contre missile devient de plus en plus risqué. Une solution moins risquée consiste à rendre les missiles inutilisables. Cela peut être fait en ciblant le système de guidage, qui nécessite la localisation générale de l'ennemi, et le système de guidage terminal à bord. Ce sont les renseignements sur l'emplacement général du navire qui constituent le point de défaillance ».

VERS LA GUERRE ET LA DEFENSE SPATIALE

J’avais traité ce dossier capital des évolutions stratégiques au XXIe siècle pour ‘Géopolitrique Internationale’ sur ‘Afrique Media’ il y a un an, cette guerre spatiale, cette nouvelle Arme de l’Espace, dont Trump avait annoncé dès 2018 la création au sein des Forces de Défense US. Et dont Macron vient de faire de même ce 14 juillet :

Voir sur EODE-TV/ 
MILITARISATION DE L’ESPACE: 
TRUMP VEUT CREER UNE ARMEE U.S. SPATIALE 
(LUC MICHEL SUR ‘GEOPOLITIQUE INTERNATIONALE’)
sur https://vimeo.com/283216170

Et voir sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ 
COMMENT LES USA TRANSFORMENT LA COURSE A L’ESPACE EN UNE NOUVELLE COURSE AUX ARMEMENTS : 
‘LA MERE DE TOUTES LES COURSES AUX ARMEMENTS’
sur http://www.lucmichel.net/2019/02/18/luc-michels-geopolitical-daily-comment-les-usa-transforment-la-course-a-lespace-en-une-nouvelle-course-aux-armements-la-mere-de-toutes-les-courses-aux-armements/

L’avenir de la stratégie navale c’est l’espace, affirme Friedman !
« Pour localiser une flotte, il est nécessaire de faire de la reconnaissance. Cela peut concerner des aéronefs, des véhicules aériens sans pilote ou des systèmes spatiaux. L’avion peut trébucher dans la zone d’abattage du transporteur. Les drones peuvent être abattus ou, pire encore, leurs composants électroniques corrompus, leurs signaux falsifiés, etc. Rien n’est sans risque, mais la principale plate-forme stratégique de surveillance d’un océan doit être spatiale. Il est le seul à avoir la largeur de vue nécessaire pour fournir des conseils utiles aux missiles hypersoniques qui doivent avoir une vaste portée pour être plus efficaces. Si la clé du contrôle de la mer devient le missile hypersonique, c’est comme un avion basé sur un transporteur ou des canons du cuirassé. C'est le livrable. Mais tout comme les canons d’avions ou de cuirassés basés sur un transporteur doivent avoir des informations de ciblage, le missile hypersonique le doit aussi, quel que soit son emplacement. La principale source de ciblage stratégique doit être basée dans l'espace. Et cela signifie que le commandement de la mer dépendra d'un système spatial qui contrôlera les munitions. Le porte-avions a commencé à séparer la plate-forme et les munitions livrées. Le missile hypersonique radicalise cette situation en éloignant la plate-forme de visée de la mer dans l’espace et la munition à livrer du navire au sol ».

DE LA GUERRE NAVALE A LA GUERRE DANS L’ESPACE !

La conséquence c’est qu’on va passer de la militarisation de l’Espace à la guerre dans l’Espace, ce que j’annonçais déjà il y a un an. Cette guerre spatiale dont Friedman était déjà un ardent partisan dans son livre « The next hundred years ». Cette guerre spatiale dans laquelle le Lobby miliraro-industriel, mais aussi les fonds d’investissement US, voient « la mère de toutes les courses aux armements » et d’immenses profits !

Comment se fera cette guerre selon Friedman : 
« Au fur et à mesure que la portée augmente, le déploiement d'hypersoniques en mer ou même sur des sous-marins est dangereux. La mer rend très difficile de cacher une plate-forme de tir. La terre est pleine de plis et de trous et de végétation, le tout complété par une confusion créée par l'homme. Leur identification nécessitera également une reconnaissance spatiale et une portée à frapper. La guerre doit maintenant commencer par aveugler l'ennemi, ce qui implique de prendre des satellites de reconnaissance, puis de combler le fossé avec les UAV. La guerre est déclenchée par des attaques spatiales et le contrôle de l'espace devient le fondement du contrôle des mers. Cependant, les missiles hypersoniques étant situés sur le sol, il doit y avoir des attaques contre des lanceurs basés à terre qui, cartographiés par des satellites, doivent devenir mobiles et furtifs pour survivre. Le commandement de l'espace est en train de devenir le fondement du commandement de la mer. Ceux qui peuvent voir les missiles ennemis peuvent les détruire et le faire rapidement avec des hypersoniques à longue portée. Le déni de l’espace serait donc essentiel pour protéger les navires de commerce des attaques ennemies. Nous ne sommes pas loin de cette réalité. Les satellites et les UAV existent, et les nouvelles générations de missiles hypersoniques apparaissent. La maîtrise de la mer s'est déplacée de la surface de la mer vers l'air et passe maintenant de l'air à l'espace. Cela ne change pas la géopolitique fondamentale, mais cela transforme la guerre » …

(Sources : Geopolitical Futures – infographie GPF – EODE-TV – Afrique Media – EODE Think Tank)

# LE DOSSIER DE REFERENCE SUR
LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY :
LA GRANDE ANALYSE SUR LA GEOPOLITIQUE AMERICAINE …

* GEOPOLITIQUE DES USA (I) : 
‘VU DES USA’, COMPRENDRE LA GEOPOLITIQUE AMERICAINE
http://www.lucmichel.net/2019/07/01/luc-michels-geopolitical-daily-flash-video-geopolitique-des-usa-i-vu-des-usa-comprendre-la-geopolitique-americaine/

* GEOPOLITIQUE DES USA (II) : 
ANATOMIE DE LA GUERRE AMERICAINE. DEUX SIECLES D’AGRESSIONS
http://www.lucmichel.net/2019/07/02/luc-michels-geopolitical-daily-flash-video-geopolitique-des-usa-ii-anatomie-de-la-guerre-americaine-deux-siecles-dagressions/

* GEOPOLITIQUE DES USA (III) : 
DU ‘PRINTEMPS AFRICAIN’ A LA ‘NOUVELLE POLITIQUE AFRICAINE’ DE TRUMP ET BOLTON. COMMENT WASHINGTON ENTEND RECOLONISER L’AFRIQUE ?
http://www.lucmichel.net/2019/07/03/luc-michels-geopolitical-daily-flash-video-geopolitique-des-usa-iii-du-printemps-africain-a-la-nouvelle-politique-africaine-de-trump-et-bolton-com/

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique : 
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – 
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme 
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/ 
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/ 
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
LUCMICHEL.ORG-TV https://vimeo.com/lucmichelorgtv
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/ 
LINKEDIN https://www.linkedin.com/in/luc-michel-eode-600661163/

 

LM.GEOPOL - Geopol des usa IV (2019 07 19) FR (2)

 

LM.GEOPOL - Geopol des usa IV (2019 07 19) FR (3)

 

LM.GEOPOL - Geopol des usa IV (2019 07 19) FR (4)

 

This entry was posted in * EODE/ Geopolitics, * Français. Bookmark the permalink.

Comments are closed.