# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ HONGRIE ET ISRAËL : LA ‘COALITION DE CONSERVATEURS MÉCONTENTS’ SE RENFORCE ET SOUTIENT TRUMP

LM.GEOPOL - Axe hongrie israel trump (2020 07 23) FR 1LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Luc MICHEL pour EODE/
Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
2020 07 23/
 
«  Trump dit, l’Amérique d’abord. En Hongrie, nous disons d’abord la Hongrie et nous comprenons bien quand le Premier ministre Netanyahu dise d’abord Israël »
- Péter Szijjártó, ministre hongrois des Affaires étrangères
(Jerusalem Post, ce 20 juillet).
 
« La Hongrie comprend les positions d’Israël et qu’il existe actuellement d’importantes opportunités régionales, notamment l’initiative de paix du président Trump. C’est une étape importante pour la région, et elle représente une opportunité significative »
- Gabi Ashkenazi, ministre israélien des Affaires étrangères
(Time of Israel, ce 20 juillet).
 
Retour sur l’Axe Orban-Netanyahu : étrange alliance géopolitique, entre des régimes proches de l’antisémitisme (comme celui de Orban en Hongrie, qui réhabilite la Hongrie autoritaire de Horthy, allié de Hitler) et le noyau dur de l’idéologie sioniste, le Liko

ud, héritier de l’idéologue Jabotinski (le « sionisme révisionniste ») !
 
« La Hongrie entraîne Israël dans une coalition de conservateurs mécontents », commente Lahav Harkov , le correspondant hongrois de ‘Jpost’, webzine français proche du Likoud :
« “S’il y avait une compétition entre les pays qui sont les plus attaqués par les médias mondiaux, Israël et la Hongrie seraient certainement parmi les trois premiers (…) Le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó a décrit un lien clair et fondé sur des valeurs communes entre son pays et Israël dans de récentes déclarations, entraînant Israël au sein d’une coalition internationale de gouvernements conservateurs mécontents que le Premier ministre Benjamin Netanyahu adopte tandis que ses partenaires (de Bleu et Blanc) trouvent cela inconfortable.En mai, Szijjártó a déclaré que les deux gouvernements «sont fondés sur des valeurs patriotiques et nationales» et «partagent un point de vue commun concernant le maintien de l’identité et l’importance de la souveraineté et de la sécurité, ainsi que la nécessité de prendre des mesures contre les migrations illégales» … »
 
DES SYMPATHIES PRO-TRUMP AVOUEES
 
Dans une interview accordée au Jerusalem Post ce lundi, Szijjártó a déclaré: «  Trump dit, l’Amérique d’abord. En Hongrie, nous disons d’abord la Hongrie et nous comprenons bien quand le Premier ministre Netanyahu dise d’abord Israël. »
 
« Quoi qu’il en soit, commente ‘Jpost’, Szijjártó a identifié le gouvernement israélien et le gouvernement hongrois dirigé par Viktor Orban, ainsi que l’administration Trump, comme «des gouvernements menant des politiques patriotiques, totalement opposées au courant libéral» (…) la Hongrie est souvent décrite comme une démocratie en déclin et considérée comme illibérale par de nombreux États membres de l’UE et au-delàDécrire Israël comme partageant des valeurs de «conservation de l’identité et de l’importance de la souveraineté et de la sécurité» que le ministre hongrois des Affaires étrangères a décrites, pourrait être considéré comme affirmant qu’Israël est également moins démocratique qu’il ne l’était autrefois. Et quand Israël se décrit comme partageant des valeurs avec les États-Unis, il fait généralement référence à la démocratie et à la liberté, et non au slogan «L’Amérique d’abord» que le ministre hongrois des Affaires étrangères a épinglé sur Israël. Maya Sion-Tzidkiyahu de l’Institut Mitvim pour la politique étrangère régionale, de gauche, a fait des commentaires dans ce sens avant l’arrivée de Szijjártó, se demandant «dans quelle mesure il est approprié pour Israël d’avoir des liens aussi étroits avec un pays qui, à la suite de changements illibéraux induits par le premier ministre, Viktor Orban, n’est plus considéré comme un pays démocratique? » De l’autre côté se trouve Netanyahu, qui a longtemps embrassé la Hongrie d’Orban comme partenaire stratégique pour Israël. »
 
ORBAN PARTENAIRE STRATEGIQUE POUR ISRAËL
 
Sion-Tzidkiyahu a décrit « la position d’Israël visantà favoriser des liens étroits avec Budapest comme du «réalisme», soulignant que la Hongrie (+ l’Autriche, le Bloc de Visegrad, etc.) aide Israël en opposant son veto aux déclarations de l’UE qui critiquent Israël ». La Hongrie est également l’un des huit pays qui sont venus à la rescousse d’Israël devant la Cour pénale internationale. Szijjártó a répété à plusieurs reprises au fil des ans que « la Hongrie se joindrait à Israël dans les organisations internationales », et a déclaré que « son pays pouvait comprendre le «parti pris» du monde contre l’État juif ».
 
« Mais l’affinité entre Netanyahu et son homologue hongrois semble aller au-delà de ce réalisme, même si c’est certainement un facteur majeur », explique ‘Jpost’ : « Netanyahu est clairement à l’aise dans cette coalition internationale de conservateurs mécontents, qui met l’accent sur les insultes contre la gauche en politique intérieure et à l’étranger. La rhétorique consistant à lutter contre les mises en cause – bien que Netanyahu et Orban soient au pouvoir depuis plus d’une décennie consécutive – est la même, même si les politiques ne le sont pas (…) Et Netanyahu et Orban partagent également un épouvantail, avec Trump et de nombreux politiciens populistes de droite à travers le monde : George Soros. L’Open Society Foundation du milliardaire soutient des causes libérales en Hongrie et en Israël, bien qu’il ait versé beaucoup plus de fonds dans les ONG de la première (ou aux Etats-Unis qu’en Israël). » Ils ont bonne mine les défenseurs alimentaires de Sorös, style ‘Le Monde’ (1), pour qui les attaques contre le milliardaire hungaro-américain seraient « antisémites » (sic) !
 
UN SOUTIEN SANS FAILLE AU « DEAL DU SIECLE » :
« BUDAPEST COMPREND QUE LE PLAN TRUMP EST UNE OPPORTUNITE IMPORTANTE »
 
Le ‘Time of Israel’ nous explique ce 20 juillet que le soutien à Trump est très concret : « Après avoir rencontré son homologue hongrois à Jérusalem, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi a déclaré que les discussions se sont concentrées sur la coopération entre les deux pays, ainsi que sur la menace nucléaire iranienne et le plan de paix américain ». « La Hongrie comprend les positions d’Israël et qu’il existe actuellement d’importantes opportunités régionales, notamment l’initiative de paix du président Trump. C’est une étape importante pour la région, et elle représente une opportunité significative », a déclaré Ashkenazi lors d’une conférence de presse avec Péter Szijjártó.
 
« Ces dernières années, Budapest a été le plus fervent défenseur de Jérusalem dans l’Union européenne, bloquant plusieurs projets de déclarations critiques à l’égard de la politique israélienne », commente le quotidien israélien. Par exemple, la Hongrie est l’un des seuls pays qui ne s’est pas prononcé publiquement contre le projet d’Israël d’annexer unilatéralement de grandes parties de la Cisjordanie dans le cadre du plan de paix Trump ». Szijjártó a réitéré à plusieurs reprises que « le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban continuera à s’opposer aux condamnations unilatérales de l’État juif » …
 
NOTES :
 
(1) Comment Sorös achète la presse libérale occidentale ou africaine :
Cfr Luc MICHEL, PANAFRICOM/ ENQUETES SUR LA DESTABILISATION DE L’AFRIQUE (IX) : PARIS – BRUXELLES – BUJUMBURA: COMMENT FONCTIONNENT LES MEDIAS FINANCES PAR SORÖS
 
 
# L’ANALYSE DE REFERENCE SUR
LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY :
 
* LE DESSOUS DES CARTES DE L’ALLIANCE GÉOPOLITIQUE ENTRE LE RÉGIME ORBAN (HONGRIE) ET LE LIKOUD ISRAELIEN (NETANYAHU)
 
* Voir aussi mon analyse de la « guerre des mines » :
sur PANAFRICOM-TV/
LUC MICHEL SUR ‘ZOOM AFRIQUE’ (PRESS TV, 19 DEC. 2017)/
LA GUERRE DES MINES EN AFRIQUE ET LA GUINEE CONAKRY
 
(Sources : Jpost – Jerusalem Post – The Time of Israel – Panafricom-TV – EODE Think Tank)
 
LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
 
Photo :
Le ministre israélien des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, au centre, son homologue hongrois Peter Szijjarto, à gauche, et le ministre israélien des Sciences et de la Technologie Izhar Shay, à droite, saluent le coude lors de leur réunion, à Jérusalem, le lundi 20 juillet 2020.
 
* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
________________
 
* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
* EODE :
 
This entry was posted in * EODE/ Geopolitics, * Français. Bookmark the permalink.

Comments are closed.