# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ QUEL ROLE GEOPOLITIQUE AU SEIN DE L’OTAN POUR LA GRANDE-TURQUIE EXPANSIONNISTE D’ERDOGAN ?

 
LM.GEOPOL - Expansion turque (2020 07 28) FR (1)LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Luc MICHEL pour EODE/
Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
2020 07 28/
 
La Turquie en cet été 2020 est une puissance globale en expansion, de la Mer de Crète à la Mer rouge et de Tripoli à Bakou, en passant par l’Afrique noire (au Niger notamment). Ce rôle géopolitique est possible parce qu’il est soutenu par Washington et qu’il sert l’agenda américain du moment. Il y a des cycles géopolitiques.
 
UN NOUVEAU CYCLE GEOPOLITIQUE :
VERS UN AXE WASHINGTON-ANKARA
 
En 2007-2008, un cycle géopolitique s’est ouvert en Afrique : la Recolonisation de l’Afrique par les USA, sous prétexte du soi-disant « Printemps africain », qui est devenu la menace principale en Afrique. Paris et la Françafrique étant devenu dans cet agenda géopolitique les auxilliaires militaires de l’AFRICOM (la nouvelle « infanterie sénégalaise du Pentagone » dit Luc MICHEL), « le nouveau shérif de l’Afrique » comme l’a dit le Général US Mattis, chef du Pentagone sous Trump, en avril 2017 sur la base française de Djibouti. Ce cycle s’accompagnait d’un Axe géostraté

gique Washington-Paris au sein de l’OTAN, en Europe, en Méditerranée et au Proche-orient …
 
En ces mois de juin et juillet 2020, ce cycle s’est terminé et a fait place à un Axe géostratégique Washington-Ankara au sein de l’Otan et en Afrique. La Turquie est aujourd’hui présente en Syrie, en Irak, en Libye, en Mer de Crète, au Golfe de Syrte, en Azerbaïdjan, en Mer rouge, au Yemen, an Niger. Partout Erdogan sert l’agenda américain. En particulier en Méditerranée et en Libye, les conversation Trump-Erdogan des 8 juin et 14 juillet 2020, les déclarations du State Department du 15 juillet et les critiques anti-françaises de l’Atlantic Council de ces  derniers jours révèlent ce soutien américain à la Turquie, « qui marchent main dans la main » !
 
En particulier, Erdogan se révèle un allié privilégié des USA dans le ‘containment’ de la Russie : en Syrie, au Caucase, en Libye, en Méditerranée, en Mer noire. Et demain en Afrique noire. Loin du soi-disant « tournant pro-russe », et des espoirs des accords d’Astana et de Sotchi, Ankara est le bon élève pro-améreicain de la Classe OTAN !
 
I-
QUAND LA TURQUIE SEMBLE CHERCHER A REPRODUIRE LE SCENARIO LIBYEN AU YEMEN
 
 Voilà ce qu'a révélé ces derniers jours une source syrienne, en ajoutant « qu’après la Syrie et la Libye, la Turquie oeuvre désormais pour rassembler des mercenaires syriens et les transférer au Yémen ». Le prétexte serait de soutenir le parti Al-Islah, affilié aux Frères musulmans égyptiens et se trouvant sur le sol yéménite. Selon l'ISNA, Rami Abdol Rahman, directeur du soi-disant ‘Observatoire syrien des droits de l'homme’ (en réalité une officine organisée à Londres par les MI5 et MI6), a déclaré à ‘Sky News’ « qu'il y avait des informations selon lesquelles les forces turques transféreraient un groupe de mercenaires armés syriennes depuis Afrin dans le nord de la Syrie jusqu’au Qatar, en échange de milliers de dollars », ces forces étant censées « être transférées au final au Yémen ». Rami Abdol Rahman a néanmoins précisé « qu'il n'y avait toujours aucun indice montrant que ces mercenaires seraient entraînés uniquement au Qatar ou qu’ils seraient transférés immédiatement au Yémen ». L’Observatoire syrien des droits de l'homme » a encore annoncé à la mi-juin que « les forces de renseignement turques à Afrin avaient monté une salle d'opération afin de transférer des mercenaires syriens au Yémen pour qu'ils prennent part à la guerre dans ce pays, aux côtés des éléments armés du groupe terroriste appelé le Parti al-Islah ».
 
LA TURQUIE EN MER ROUGE ET AU GOLFE D’ADEN :
DEJA PRESENTE EN SOMALIE, LA TURQUIE SEMBLE AVOIR DEJA COMMENCE A ETENDRE SON INFLUENCE AU YEMEN
 
La Turquie qui semble avoir déjà commencé à étendre son influence au Yémen et cela, sous divers prétextes, « ambitionne désormais d’infiltrer les régions de Bab el-Mandab et du golfe d'Aden où est déployée la plus grande base militaire turque sur le territoire somalien ».
 
Le site d’information ‘Ahval’, basé en Turquie, s’est référé à des sources de la ville syrienne d'Afrin qui est sous le contrôle de l’armée turque pour annoncer que « des services de renseignement du président turc, avaient fondé un centre dans cette ville ; le centre devant recenser les terroristes désireux de rejoindre la guerre au Yémen. Le but de ces terroristes pro-turcs est de rejoindre les terroristes armés du Congrès pour la réforme, dénommé fréquemment « parti d’al-Islah, proche des Frères musulmans de l’Egypte au Yémen ». Et selon ces sources, Ankara a « vainement cherché à cacher la nature des activités de ce centre ».
 
Selon Abdol Rahman, « Erdogan souhaite envoyer des milliers de mercenaires au Yémen, ce qu'il a fait en Libye ». Il ajoute: « Les éléments armés de la Brigade Sultan Morad (groupe des terroristes turkmènes) se montrent plus intéressés que les autres pour aller au Yémen et y combattre aux côtés des Frères musulmans. Le centre d'Ankara à Afrin s’est accordé avec les mercenaires sur un salaire de 5 500 dollars, un salaire bien plus gras que celui des mercenaires syriens en Libye. » Selon l’Observatoire syrien des droits de l'homme, « le service de renseignement turc cherche à reproduire le scénario libyen au Yémen ».
 
SOMALIE :
LA PLUS GRANDE BASE MILITAIRE DE LA TURQUIE HORS DE SON TERRITOIRE.
 
Située en bordure de mer, elle peut accueillir plus de 1.500 soldats pour des formations.
L'un des objectifs de cette base serait de « créer une armée somalienne mieux aguerrie pour combattre les membres du groupe al-Shebaab et d'autres milices qui opèrent dans la région » (sic). Plusieurs puissances étrangères ont installé des bases militaires sur le territoire somalien.
 
II –
ANKARA ENTRE EN AFRIQUE NOIRE
 
Vu tout ce que la Turquie fait en ce moment pour raffermir la présence de l’OTAN dans le nord de l’Afrique, ce n’est pas décidément pas une bonne nouvelle. Alors qu’Ankara s’est emparée de la moitié de la Libye et qu’elle compte s’attaquer à Syrte, le Niger vient de signer plusieurs accords de coopération dans les domaines de la sécurité, la jeunesse et du sport avec la Turquie. 
 
LE NIGER, PORTE D’ENTREE D’ANKARA AU SAHEL
 
Plusieurs accords de coopération ont été signés ce 21 juillet 2020 par le Niger et la Turquie dans les domaines de la sécurité, de la jeunesse et du sport. Ces accords ont été paraphés par les ministres en charge des Affaires étrangères des deux pays, respectivement, Kalla Ankourao pour le Niger et Mevlüt Çavuşoğlu qui était en visite de travail et d’amitié dans le pays.
 
Dans la sécurité surtout, ce sont trois accords qui ont été signés et qui « visent à renforcer les capacités des forces de défense et de sécurité nigériennes qui luttent chaque jour contre le terrorisme et l’insécurité au niveau des frontières avec le Nigéria, le Mali, le Burkina Faso » (sic), rapporte l’AFP. « Avec les autres accords déjà signés, nous sommes en train de renforcer la base juridique de nos relations bilatérales et nous allons aussi continuer à mettre en œuvre des projets », a affirmé le membre du gouvernement turc.
 
Mais comment se fait-il que la France, si ardemment opposée à la présence turque en Libye, s’est si aisément accommodée de la signature des accords sécuritaires avec la Turquie, laissant la porte ouverte à Ankara pour qu’il s’ingère au Sahel ?, interroge ‘Press TV’. Reste que le Niger va en pâtir, car ses bonnes relations avec Alger risquent d’être compromises. Comment ? Des attaques « terroristes » lancées à partir du territoire nigérien contre l’Algérie ne sont plus à écarter maintenant que la Turquie et ses hordes « fréristes » ont le feu vert d’accéder au territoire nigérien.
 
MISSILES ANTIMISSILES, NAVIRES DE GUERRE US EN MEDITERRANEE, TERRORISTES SYRIENS AU NIGER, COMMENT ANKARA A FINI PAR EMBRASER L'AFRIQUE DU NORD ?
 
A l'ouest de la Libye, la base aérienne d'al-Watiyah est le cœur de l’installation de la Turquie en Libye. Une base qui est aussi offerte à l’OTAN et à l’Atrmée américaine. De nouvelles images satellites de la base aérienne d'al-Watiyah située au nord-ouest de la Libye montrent que « de nouvelles batteries de missiles y ont été installées. De plus, on peut y observer des systèmes de guerre électronique turcs, KORAL ».  Plus tôt ce mois-ci, « la Turquie a installé un certain nombre de systèmes de défense aérienne sur cette base, mais deux jours après l'installation, les appareils de l’ANLet de ses alliés les ont bombardés. Il semble que l'armée turque ait proposé des solutions pour éviter la reproduction d'un tel scénario ».
 
III-
RETOUR EN MEDITERRANEE :
ANKARA S’INSTALLE A MALTE, ILE STRATEGIQUE
 
La présence turque ne se limite pas à la Mediterranée orientale et aux gisements d’hydrocarbures de la Mer de Crète et du nouveau corridor Turquie-Libye (contesté par La Grèce, Chypre, la France, l’Egypte et Israël). Ankara s’est lancé à la conquête gépolitique et économique de Malte, objectif stratégique central pour la guerre en Libye (en 1941-42, c’est l’échec du IIIe Reich à s’emparer de Malte qui a conduit à sa défaite en Afrique du Nord).
 
NOUVELLE FRACTURE AU SEIN DE L’UE :
MALTE ALIGNEEE SUR ANKARA
 
« Le gouvernement maltais vient officiellement de notifier à l’Union européenne qu’elle n’engagera plus de ressources militaires dans l’opération Irini », l’opération de l’UE pour limiter le trafic d’armes turques en Méditerranée (ainsi que l’immigration sauvage en provenance de Turquie), selon le quotidien ‘Malta Today’. « La Valette n’enverra pas ainsi l’équipe militaire embarquée (VPD), promise. Celle-ci ayant un rôle-clé : monter à bord des navires soupçonnés de trafic d’armes pour effectuer les contrôles physiques (…) Malte a aussi indiqué au comité Athena — qui délibère sur toutes les questions de financement des opérations militaires — qu’elle opposera son veto aux décisions relatives à l’opération Irini, sur les dépenses pour le débarquement des migrants et le financement des drones. Une nouvelle qui intervient quelques heures à peine avant que le lancement des opérations navales » Une mesure très politique
 
LA VALETTE ALIGNEE SUR LA POLITIQUE DU GNA DE TRIPOLI ET D’ANKRA
 
« Pour le gouvernement de La Valette, cette décision répond à des préoccupations très politiques au plan interne, comme européen » commente le site bruxellois ‘B2’ : « Malte a, de tout temps, été très proche de la Libye. Tant géographiquement, que politiquement, entretenant de nombreux liens culturels et économiques. Elle a ainsi soutenu le gouvernement d’entente nationale (GNA) de Tripoli, comme elle le faisait également du temps de Kadhafi. Cette annonce ne surprendra donc pas ceux qui suivent la politique libyenne. Elle intervient quelques jours après que le gouvernement de Tripoli ait envoyé une lettre aux membres du Conseil de sécurité des Nations unies dénonçant l’opération Irini comme partielle et partisane (Le gouvernement libyen rejette l’opération Irini) ».
 
« Un rapprochement très net (est) engagé avec la Turquie », ajoute ‘B2’ : « Cette décision traduit également une évolution de l’île, dans un rapprochement avec la Turquie. Le rapprochement de Malte avec Ankara s’est poursuivi la semaine dernière avec la rencontre du ministre maltais des Affaires étrangères Evarist Bartolo avec l’ambassadeur turc à La Valette. Tandis que le ministre maltais de l’Intérieur Byron Camilleri a entamé des discussions informelles avec le ministre turc de la Défense nationale, Hulusu Akar. Objectif : « construire des ponts sérieux » avec la Turquie ». Au ceoeur du rapprochement avec ankara, la crise économique de la Pandémie (les multinationales turques des lobbies militaro-industriel et des hydrocarbures investissent massivement à Malte) et la crise de l’immigration (moyen de pression d’Erdogan sur La Valette) …
 
Sur un large arc de cercle en Eurasie et en Afrique, l’expansionnisme turc, « néo-ottoman » menace désormais de nombreux pays, bien loin du seul dossier libyen …
 
(Sources : B2 – Malta Today – Press TV – AFP – Ahval – ISNA – Sky News – EODE Think Tank)
 
 
# LES ANALYSES DE REFERENCE SUR
LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY :
 
* CRISE PROFONDE A L’OTAN :
COMMENT LES EGOS DE TRUMP, ERDOGAN ET MACRON FRACTURENT PROFONDEMENT L’ALLIANCE ATLANTIQUE !?
 
* CRISE PROFONDE A L’OTAN (II) :
L’AUTRE FRACTURE, LA DANGEREUSE ESCALADE MILITAIRE ENTRE GRÈCE ET TURQUIE EN MÉDITERRANÉE
 
 
LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
 
* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
________________
 
* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
* EODE :
LM.GEOPOL - Expansion turque (2020 07 28) FR (2) LM.GEOPOL - Expansion turque (2020 07 28) FR (3) LM.GEOPOL - Expansion turque (2020 07 28) FR (4) LM.GEOPOL - Expansion turque (2020 07 28) FR (5)
 
This entry was posted in * EODE/ Geopolitics, * Français. Bookmark the permalink.

Comments are closed.