# AFRIQUE.MEDIA.LIVRES/ LA PHILOSOPHIE DE LA REVOLUTION DE GAMAL ABDEL NASSER , ENTRE QUESTIONS NATIONALE, SOCIALE ET CULTURELLE

 

AM.LIVRES - nasser (2022 03 22) FR (1)

 


# I-
LE LIVRE :

* La Philosophie de la Révolution de Gamal Abdel Nasser, entre questions nationale, sociale et culturelle – Edition critique bilingue, Egypte, 1953-1956
de Didier Inowlocki
Éditeur ‏ : ‎ INALCO PRESSES

Le 23 juillet 1952, Gamal Abdel Nasser signe trois articles de presse intitulés La Philosophie de la Révolution. Il y affirme que le mouvement de l'armée n'est pas un coup d'Etat mais une révolution. La première partie du présent ouvrage propose une édition critique en arabe de ces trois articles ainsi qu'une traduction critique originale en français. La seconde partie aborde La Philosophie de la Révolution L'ensemble ambitionne de participer à la disparition, toujours pas achevée, du legs colonial tant dans les Etats-nations post-coloniaux que ceux post-impériaux.

Biographie de l'auteur

Didier Inowlocki Ingénieur d'études au sein d'Egylandscape et doctorant à l'Inalco, a enseigné l'histoire de l'empire ottoman dans cet institut. Ses recherches portent aujourd'hui sur la pratique de la chasse sportive dans l'Égypte contemporaine. À travers l'objet cynégétique, des résistances rurales réprimées par les nationalistes sont mises au jour. D'autre part, les animaux se trouvent au coeur de la relation coloniale.

16 septembre 2021
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 390 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2858313040
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2858313044


# II-
QUI A ETE NASSER ?

Décrit comme le nouveau Saladin, le Raïs égyptien, qui a fait du panarabisme un des axes de sa politique, profite de son image d'héritier du grand rêve arabe. Père de la révolution égyptienne qui renversa la monarchie en 1952, Gamal Abdel Nasser (1918 – 1970) contribua à l'émergence du tiers-monde comme force politique. Adulé après la nationalisation du canal de Suez, il devint le leader du panarabisme.

Jeune officier, il se veut très tôt à l'écoute du peuple égyptien avec lequel il partage les sentiments antibritanniques. En 1938, il fait la connaissance d'Anouar el-Sadate. Ensemble ils jure de «libérer l'Egypte». Durant la guerre, Nasser reste du côté des Alliés et découvre la doctrine marxiste qui aura une grande influence sur son évolution intellectuelle. En mai 1948, Nasser participe à la guerre contre Israël et constate l'état d'abandon de l'armée égyptienne. Au lendemain de la défaite, il fait partie des officiers qui mettent en cause le régime du roi Farouk. Le 26 janvier 1952, les Britanniques ouvrent le feu sur des policiers égyptiens dans la zone du canal et provoque une explosion nationaliste qui dégénère en émeute. Dans la nuit du 22 au 23 juillet, Nasser s'empare du pouvoir et prend le commandement du Conseil de la révolution, laissant au très populaire général Néguib le poste de chef de l'Etat.

Rompant avec Néguib deux ans plus tard, Nasser met en place son pouvoir personnel. Il s'appuie sur l'armée et sur une large fraction de la paysannerie. Bientôt se rejoignent à lui les fonctionnaires et les petits industriels. Mais Nasser demeure peu populaire. C'est au retour de la conférence de Bandung, en 1955, qu'il obtient une la reconnaissance des masses. Le 26 juillet 1956, alors que Nasser s'est tourné vers l'URSS pour obtenir le soutien que l'Occident refuse de lui donner, il annonce la nationalisation du canal de Suez pour financer la construction du barrage d'Assouan. Mais les Britanniques, les Français et les Israéliens tentent une action militaire qui tourne court sous la pression des Américains et des Soviétiques.

L'épisode de Suez donne à Nasser une stature internationale. Il développe le « nasserisme », doctrine qui allie le panarabisme exhortant à l'union contre Israël et un socialisme à l'égyptienne. Et dont Kadhafi sera l’héritier. Après la défaite de la guerre des Six-Jours, en 1967, Nasser se réfugie dans l'exaltation du sentiment national qui culmine avec l'inauguration du barrage d'Assouan, construit avec l'aide des Soviétiques. Il passe les trois dernières années de sa vie à réexaminer la question israélienne, sa politique extérieure est alors moins marquée par le panarabisme.

En juillet 1970, Nasser accepte le plan de paix avec l'Etat hébreu que propose Washington et s'interpose entre Jordaniens et Palestiniens, alors en conflit. Il meurt d'une crise cardiaque, le 28 septembre 1970.


# III-
DU PANARABISME AU PANAFRICANISME

Gamal Abdel Nasser, acteur du panafricanisme et
figure de l’unité africaine :

Dans les années 1950, les populations africaines n’ont pas toutes accédé à l’indépendance politique malgré l’émergence de mouvements indépendantistes et anticoloniaux. La majorité des élites politiques émergentes en Afrique du Nord comme en Afrique subsaharienne, à l’initiative de la majorité de ces mouvements contestataires contre l’impérialisme des États colonisateurs, ont effectué leurs formations universitaires, mis en commun leurs volontés de changements et rédigé leurs premières tribunes anticoloniales à Paris ou à Londres. C’est pourtant Gamal Abdel Nasser, entièrement formé sur le sol égyptien, qui impose le premier, sans concession, la souveraineté de l’Égypte à deux puissances coloniales sur le déclin, à travers la célèbre crise du Canal de Suez en 1956. Il motivera ainsi le mouvement panafricain dans sa lutte commune pour l’indépendance ; s’il est connu comme acteur central du panarabisme, il pourrait, dans une certaine mesure, être également considéré comme un vecteur du panafricanisme.

Dans les années qui suivent, tantôt influencées par le socialisme soviétique, tantôt inspirées par le panafricanisme comme mouvement d’unité et de défense des droits des personnes noires, plusieurs puissances africaines émergentes combinent ainsi les idées de l’idéologie socialiste promue par l’URSS à un panafricanisme pluriel. Ce dernier, aux fondements multiples et aux interprétations concrètes variées, influence la création d’une organisation interétatique à l’échelle du continent africain, l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA).

AUX FONDEMENTS DU PANAFRICANISME POLITIQUE : UN MOUVEMENT ENDOGENE ET EXOGENE
Si Marx et Engels n’abordaient pas la colonisation de l’Afrique dans leurs manifestes, Lénine évoque largement dans « L’impérialisme, stade suprême du capitalisme » l’exploitation par les puissances bourgeoises européennes des ressources matérielles et humaines du continent africain. Dès le début des années 1920, l’un des buts du Komintern est de « dresser un plan tactique d’actions et d’examiner les tâches pratiques à poursuivre pour inciter les masses indigènes à soutenir l’effort communiste et dans le même temps à prendre les armes contre le capitalisme et l’impérialisme dans les colonies françaises d’Afrique ». Dès 1917, Lénine promet un soutien de l’Union soviétique à toutes les populations colonisées.

Des programmes de formation des élites africaines sont donc lancés par l’URSS. On peut citer à titre d’exemple Jomo Kenyatta, qui sera président de la république du Kenya de 1964 à 1978. Parmi d’autres acteurs majeurs des indépendances africaines soutenus par l’URSS, Kenyatta est formé à Moscou dans les années 1920 et 1930, et rédige pendant ses années étudiantes des articles « attaquant le colonialisme britannique, les colons blancs, et les missionnaires en Afrique pour des journaux communistes ». Il sera le premier président du Kenya indépendant. Comme lui, nombre de cadres politiques africains sont approchés par le bloc soviétique et soutenus dans leurs combats politiques, et parfois armés comme dans le cas de l’Algérie, pour l’indépendance.

Dans le même temps et jusque dans les années 1960, de nombreux futurs leaders politiques africains contemporains de Gamal Abdel Nasser sont formés en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Dès les premières années de la Guerre froide, l’ensemble des pays nouvellement indépendants est convoité par les puissances de l’ouest et de l’est afin d’être intégrés à leurs aires d’influence respectives.

Parmi les plus célèbres politiciens subsahariens formés en Europe, mentionnons Kwame Nkrumah, qui devient président de la République du Ghana entre 1960 et 1966 ou encore Nnamdi Azikiwe, président de la République du Nigéria entre 1963 et 1966, ayant tout deux réalisé leurs études en Angleterre. Du côté de l’Afrique francophone, on peut également évoquer Sylvanus Olympio, premier président de la République du Togo entre 1958 et 1963. Dans leur quotidien étudiant se côtoient et s’entremêlent les idées de concurrence et de puissance capitalistes d’une part, et les idéaux révolutionnaires et anti-impérialistes notamment véhiculées par le parti communiste français, alors très influent auprès de la jeunesse étudiante parisienne. En Angleterre, le mouvement Panafricain fondé aux Etats-Unis quelques années plus tôt pour défendre les droits et promouvoir les intérêts de la jeunesse afro-américaine commence à atteindre les rives britanniques. Cette idéologie trouve, notamment, un écho favorable chez Nkrumah. Ce dernier sera un grand ami de Nasser, avec qui il participe à la construction de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) comme nous le verrons dans la suite de cet article.

Une très grande partie de la classe politique de l’Afrique francophone au pouvoir et qui participera également à la construction de l’OUA aux côtés de l’Egypte, des indépendances aux années 1990, est formée en France, fréquente les milieux étudiants prosocialistes et s’investit dans la presse militante. La Fédération des Étudiants d’Afrique Noire en France (FEANF) regroupe dès le début des années 1950 des associations d’étudiants et étudiantes d’Afrique, et créé un ensemble de « creusets de formation politique multinationaux ». Son organe de presse, l’« Étudiant d’Afrique Noire » s’attire les foudres du gouvernement français à travers des pamphlets tels que « le sang de Bandoeng » en 1958, saisi dès sa parution par les autorités françaises, dénonçant la guerre en Algérie et co-dirigé par Jacques Vergès, ou encore « Nazisme et Attila au Cameroun » la même année dénonçant les « crimes » de la France au Cameroun.

Cette formation et ce militantisme étudiants génèrent un certain nombre de valeurs et de volontés partagées par les futurs leaders du continent africain, notamment dans leurs combats communs pour accéder à l’indépendance. Néanmoins, ce parcours n’est pas celui de Nasser, qui se distingue par une éducation et un parcours politique intégralement effectué en Égypte.

NASSER, PANARABISME ET UNITE AFRICAINE

Issu d’une famille modeste (son père était fonctionnaire des postes), Nasser s’engage très tôt en politique en rejoignant des mouvements d’étudiants activistes au Caire, avec lesquels il participe à de nombreuses manifestations. Il est très tôt influencé à la fois par l’idée d’un panarabisme et par le nationalisme égyptien à travers les écrits de plusieurs auteurs, en particulier le poète égyptien Ahmed Chawqi, pionnier de la littérature arabe du début du XXe siècle, auteur de nombreux poèmes patriotiques sur l’Égypte et l’unité arabe, et exilé d’Égypte par les Britanniques en 1914. Sur le plan politique, il s’inspire de l’activisme politique de Mustafa Kamil, fondateur du Parti nationaliste Égyptien à l’aube du XXe siècle. Il est également admiratif des récits biographiques de personnages historiques tels que Napoléon Bonaparte, Otto Von Bismarck et Mustafa Kemal Atatürk qu’il lit durant les années 1930 alors qu’il vit près de la bibliothèque nationale, au Caire.

Durant cette même période, il se rend compte que l’indépendance égyptienne ne peut être obtenue que par la voie politique. Comme il en témoigne plus tard dans un ouvrage où il pose l’idéologie « nassériste » : « A cette époque, j’ai mené une manifestation à l’école Al-Nahda, et j’ai pleuré au plus profond de moi pour rechercher une indépendance totale, et beaucoup ont crié derrière moi, mais nos cris étaient vains et dispersés par les vents de faibles échos qui ne déplacent pas les montagnes, ni ne brisent les rochers ».

Face à ce constat, Nasser cherche à s’engager dans l’armée, suivant le parcours des grands personnages historiques ayant conquis le pouvoir via l’institution militaire. Après un premier refus, il fera finalement son entrée en 1936 à l’Académie militaire du Caire, où il deviendra professeur en 1943. Deux ans plus tard, en 1945, il créé aux côtés d’Anouar El Sadate, qui sera son successeur à la présidence égyptienne en 1970, le mouvement des Officiers libres, qui renversera le souverain Farouk 1er en 1952.

Prenant le pouvoir en 1954, il parvient durant cette décennie « à se poser en leader de l’arabisme », à travers « ses discours enflammés et passionnés, exaltant le panarabisme (…) entendus dans l’ensemble du Moyen-Orient et au Maghreb ». Ce qui renforce le soutien populaire que lui apportent les communautés des territoires voisins de l’Égypte sur le continent africain et la péninsule Arabique alors sous contrôle des Français et Britanniques.

LES CONSEQUENCES CONTINENTALES DE LA NATIONALISATION DU CANAL DE SUEZ

La crise du Canal de Suez du 29 octobre au 7 novembre 1956 marque un échec pour la France et la Grande-Bretagne, dont le prestige comme puissances internationales se voit fortement entamé. Nasser quant à lui est perçu comme le vainqueur non seulement arabe mais également africain d’un bras de fer opposant « opprimés et oppresseurs ». Le contexte est à la révolte et s’étend dans l’ensemble des colonies du continent. A la fin des années 1950, la Grande-Bretagne peine notamment à contenir la révolte kényane des Mau Mau à son plus haut niveau d’intensité, malgré un déploiement de bombardiers lourds, de 11 bataillons d’infanterie, de 21 000 policiers et de 25 000 « gardes civils ». Dans le même temps, la France pour sa part a près de 500 000 soldats engagés en Algérie.

Dans un discours fleuve, de près de 2h, annonçant la nationalisation du canal de Suez, Nasser énonce des termes forts ; « dignité », « triomphe », « forteresse d’honneur et de gloire ». Ce champ lexical ne peut que galvaniser et inspirer d’autres leaders africains de l’époque et notamment le ghanéen Nkrumah avec qui il se lie d’amitié comme nous le verrons dans la partie suivante de cet article.

Nasser devient alors une figure de l’émancipation en Afrique, tout en étant fondamentalement considéré comme un « non-aligné » malgré un soutien soviétique logistique et financier. L’URSS, à cette époque et dans le cadre de la politique étrangère africaine de Nikita Khrouchtchev, apporte en Afrique du Nord un appui militaire à Ahmed Ben Bella, leader du FLN en Algérie, et soulève régulièrement la question de l’autodétermination algérienne au Conseil de Sécurité de l’ONU. Moscou appuie également Nasser en Égypte, en condamnant ouvertement les actions franco-britanniques lors de la crise du canal de Suez en 1956 mentionnée précédemment. Les États-Unis condamnent de la même manière les agissements des deux puissances coloniales européennes, néanmoins l’anti-impérialisme et surtout l’anti-occidentalisme que partagent Nasser et les Soviétiques rapprochent davantage le leader égyptien de l’Est que de l’Ouest, sans qu’existe pour autant une très forte amitié entre Nasser et Khrouchtchev.

A l’échelle continentale, les valeurs d’un vaste courant de « socialisme africain » bien que sans former un ensemble uniforme, émergent entre les décennies 1940 et 1950. De nouveaux partis politiques apparaissent, avec pour identités communes un rejet des valeurs économiques occidentales. Tout en construisant leurs identités nationales et en s’opposant aux régimes coloniaux, les leaders politiques, en particulier exilés, envisagent également un mouvement panafricain.

En 1945, un congrès panafricain ayant pour objet la mise en place d’une initiative idéologique, politique, économique et sociale commune se tient à Manchester du 15 au 21 octobre, donnant un nouveau souffle à un mouvement qui s’était éteint près de 20 ans plus tôt. En effet, 4 congrès panafricains se sont originellement tenus entre 1913 et 1927 après la création d’une conférence panafricaine en juillet 1900 à Londres, réunissant chaque fois entre 30 et 50 délégations de formations politiques africaines et caribéennes, jusqu’à leur suspension lors de la crise économique de 1929. La fin de la Deuxième Guerre mondiale et l’affaiblissement relatif des puissances coloniales à la sortie du conflit galvanise les aspirations panafricaines, et la conférence de Manchester, composée de leaders nationalistes et de politiciens dont notamment Nkrumah et Kenyatta, mentionnés précédemment, cherche à combiner la lutte anticoloniale et le panafricanisme.

Avant cette conférence, le panafricanisme s’entendait surtout comme un mouvement visant la défense et la promotion des droits des communautés afro-américaines aux États-Unis. Après celle-ci, le mouvement panafricaniste relaye davantage une volonté de coopération à l’échelle du continent africain. Nkrumah, Premier ministre Ghanéen dès 1957 avec qui Nasser entretiendra une grande amitié, fait la promotion de l’unité africaine à travers des conférences où sont invités tous les leaders du continent. Ces conférences panafricaines, organisées à Accra, capitale du Ghana, lancent les débats menant à la création de l’Organisation de l’Unité Africaine.

# IV-
NASSER, AVEC LE YOUGOSLAVE TITO :
LEADER DES NON-ALIGNES

Le mouvement des Non-Alignés est né, dans les années 1950, de la volonté des pays du Tiers Monde, récemment décolonisés, de refuser de s’engager dans la guerre froide, et d’affirmer leur autonomie vis-à-vis des États-Unis et de l’Union soviétique. Ce mouvement prend forme lors de la conférence de Bandung (Indonésie) en avril 1955. Celle-ci réunit 29 États africains et asiatiques qui désirent renforcer leurs liens face aux 2 grandes puissances. Ces pays, qui représentent la moitié de l’humanité, veulent désormais occuper une place sur la scène internationale. Ensuite, en juillet 1956, lors de la conférence de Brioni (Yougoslavie), le Premier ministre indien Nehru, le dirigeant yougoslave Tito et le leader égyptien Nasser posent les bases du mouvement des Non-Alignés.

DE LA CONFERENCE DE BAKOU (1922) A LA CONFERENCE DE BANDUNG

Du 18 au 24 avril 1955 a lieu à Bandung, sur l'île de Java (Indonésie), la première conférence afro-asiatique. Elle réunit 29 pays, dont la plupart sont décolonisés depuis peu et appartiennent au Tiers Monde. Ensuite, en juillet 1956, lors de la conférence de Brioni (Yougoslavie), le Premier ministre indien Nehru, le dirigeant yougoslave Tito et le leader égyptien Nasser posent les bases du mouvement des Non-Alignés.

L’initiative de ce sommet revient notamment au Premier ministre indien Nehru, soucieux de créer sur la scène internationale un ensemble de puissances qui échapperait à l’emprise des deux Grands (États-Unis et Union soviétique) et à la logique de la guerre froide.

Le texte adopté au terme de la conférence rejette le racisme et le colonialisme, réclame une coopération économique mondiale pour lutter contre le sous-développement et tente de promouvoir une charte des relations entre États.

Le processus de décolonisation de l'Asie et de l'Afrique, bien que souvent violent, est dans l'ensemble relativement rapide. Il donne naissance, chez les peuples anciennement soumis, à une prise de conscience de leur unité. L’accession à l’indépendance des continents africain et asiatique obéit à une chronologie et à une géographie spécifiques. Elle s’effectue, globalement, en 3 vagues, qui correspondent à 3 aires géographiques : l’Asie, tout d’abord, de 1945 à 1954 ; l’Afrique du Nord, ensuite, dans les années 1950 ; puis l’Afrique noire, dans les années 1960, surtout, et 1970.

Tito, militant communiste et figure de la résistance aux nazis, dirigea la république fédérative socialiste de Yougoslavie de 1945-1946 jusqu'à sa mort en 1980. Son vrai nom est Josip Broz.


>>>>
Afrique.Media.WebTV www.afriquemedia-webtv.org
Instagramm https://www.instagram.com/afrique.media.bruxelles/
Page officielle https://www.facebook.com/AFRIQUE.MEDIA.TV/
Groupe officiel (plus de 145.000 membres) https://www.facebook.com/groups/afrique.media.groupe.officiel/

 

AM.LIVRES - nasser (2022 03 22) FR (2)

 

Ce contenu a été publié dans * Français, * Nouveautés du Livre, # CULTURE-LIVRES, # EODE BOOKS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.