# CE VENDREDI 4 DEC. 2020 / SUR AFRIQUE MEDIA AVEC LE GEOPOLITICIEN LUC MICHEL : LIGNE ROUGE EDITION SPECIALE CENTRAFRIQUE

 

a1

 

7h30 (Paris – Malabo

 

La Cour constitutionnelle de Centrafrique a invalidé jeudi la candidature de l'ex-président François Bozizé à l'élection présidentielle du 27 décembre. Cette décision a été prise en raison des accusations d'assassinats, enlèvements et tortures et les sanctions de l'ONU qui visent cet ancien chef d'État âgé de 74 ans. "Considérant que le candidat fait l'objet d'un mandat d'arrêt international lancé contre lui le 31 mars 2014" devant la justice de son pays, notamment "pour assassinats, arrestations, séquestrations, détentions arbitraires et tortures".

 

La Cour constitutionnelle a invalidé la candidature de François Bozizé. "Selon les termes" d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, "le candidat fait l'objet de sanctions, renouvelées le 28 juillet 2020" et "il déroge au critère de bonne moralité inscrit dans le Code électoral", poursuit la juridiction suprême dans sa décision.  En 2014, l'ONU a placé François Bozizé sous sanctions, faisant geler ses avoirs à l'étr

anger et l'interdisant de voyager, au motif qu'il avait "soutenu" depuis son exil des milices coupables, selon l'organisation, de "crimes de guerre et crimes contre l'Humanité".

 

Nombre de Centrafricains mais aussi d'humanitaires et de diplomates redoutent que François Bozizé, déjà auteur de plusieurs tentatives de putsch depuis près de 40 ans, ne tente de reprendre le pouvoir par la force.  Ancien général et ex-chef d'état-major porté au pouvoir par un coup d'État en 2003, François Bozizé a été renversé en mars 2013 par les rebelles de la Séléka, formée principalement de groupes musulmans du nord du pays.

Ce contenu a été publié dans * Français, # EODE TV. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.