# CENTRAFRICA-NEWS. TV/ TOUADERA REELU AU PREMIER TOUR : UN PLEBISCITE POUR LE PRESIDENT QUI IRRITE LES OCCIDENTAUX !

 

CNT - 127 touadera élu (2021 01 05)

 

LM/ 05 01 2020/
Avec AFP – Le Point – Le Monde – FranceInfo/

Faustin-Archange Touadéra déclaré vainqueur de la présidentielle en Centrafrique !
Selon des résultats provisoires, le président a été réélu à la tête de la République centrafricaine avec 53,92 % des voix au terme d’un cycle électoral mouvementé. Une victoire ou plutôt un coup KO ! Un immense défi attend ce professeur de mathématiques, diplômé de l'université de Lille, dans le nord de la France, d'un doctorat d'État à Yaoundé, au Cameroun : relever un pays et une population meurtris par la guerre civile, une économie totalement détruite, et regagner un immense territoire sous la coupe des groupes armés …

* Voir l’analyse du géopoliticien Luc MICHEL
dans Ligne Rouge sur AFRIQUE MEDIA
ce 5 janvier 2020
https://www.facebook.com/afriquemedia/videos/827167878134474/

« Les militants du Mouvement Cœurs Unis (MCU) peuvent fêter leur victoire », commente avec dépit Le Monde (réseaux Sorös à Paris) (1). A Bangui, la capitale centrafricaine, l’Autorité nationale des élections (ANE) a annoncé lundi 4 janvier dans

la soirée les résultats provisoires du scrutin présidentiel et législatif du 27 décembre : leur candidat, le président sortant, Faustin-Archange Touadéra, l’emporte au premier tour avec 53,92 % des voix au terme d’un cycle électoral mouvementé.

DES CONTESTATIONS DE L’OPPOSITION COMPRADORE

Les résultats définitifs doivent être publiés le 19 janvier, après examen des éventuels recours. « Mais, déjà, les contestations pleuvent », jubile Le Monde. Dans un document rendu public lundi, plusieurs candidats de l’opposition, dont Anicet-Georges Dologuélé, Martin Ziguélé (les complices du putschiste Bozizé) et Mahamat Kamoun(les complices du putschiste Bozizé), qui ont pris une déculottée électorale (confirmée par le vote de la Diaspora inattaquable) (2) « dénoncent des « bourrages massifs d’urnes », des « tentatives d’intimidation des électeurs » ou encore des « achats de votes ». Le nombre particulièrement important de « votes par dérogation » … ».

Ces plaintes bidon soit mises en avant par les officines occidentales (comme Le monde) suivant un rapport du « réseau d’observateurs de la société civile Arc-en-ciel », qui s’exprime notamment via l’officine CorbeauNews, financée par l’opposant Zigele. Ou RFI, lec média du Gouvernement français. Le Réseau Arc-en-ciel est coordonné par l’Abbé Fréderic Nakombo (secrétaire général de la Commission épiscopale Justice et Paix, opposée à Touadera).

DES PLAINTES BIDON CONTRASTANT AVEC LES DECLARATIONS DE L’UA, L’UE ( !!!), LA CEEAC ET LES ORGANISATION INDEPENDANTES AFRICAINES DE MONITORING

Le taux de participation officiel à ces élections n’est pas encore connu. Hier le ministre de l’Administration du territoire a assuré que sur 71 sous-préfectures, « 29 n'ont pas voté » du tout et 6 partiellement. Mais pour le porte-parole du gouvernement Ange Maxime Kazagui, cela ne saurait remettre en cause la crédibilité de l’élection. « Vous avez des pays où il n'y a pas de guerre, où simplement parce que les candidats en lice n'intéressent pas la population, vous avez des taux de participation très faibles. Nous avons vu même en Occident, en Asie, des taux de participation parfois de 40%. Mais ces élections ont été acceptées. Récemment encore, au Burkina Faso, il y a eu des élections avec un taux de 35%. »

À ses yeux le véritable baromètre de cette élection, c’est la détermination des Centrafricains à se rendre aux urnes, dans les endroits ou ils ont pu voter en dépit de la volonté des groupes armés de les empêcher. « L'une des motivations principales de cette ferme volonté d'aller voter était de barrer la route à des coups d'État, à des prises de pouvoir par la force. Il y a eu d'ailleurs des séquences assez émotionnelles, quand des Centrafricaines et des Centrafricains, refusant de se laisser intimider par des coups de feu, persistaient pour pouvoir voter. » La loi centrafricaine, rappelle enfin le porte-parole, ne fixe aucun seuil minimum pour valider une élection.

C'était aussi l'heure du bilan pour les observateurs internationaux sur le premier tour du scrutin. Ceeac, UA, et CEN-SAD ont délivré leurs rapports et ils sont unanimes : le vote à Bangui s’est bien déroulé. « Cela nous a étonnement bouleversé de manière positive parce que personne ne s'attendait après tout ce qui a été dit au niveau du comportement des hommes politiques, au niveau de l'activisme militaire de certains groupes politiques, au niveau de l'humeur, personne n'aurait pu penser que le vote aurait pu se tenir. Mais nous avons observé une participation massive du peuple ici à Bangui », se réjouit Sylvestre Ntibantunganya, le chef de la mission d’observation de la CEEAC.

L’UA note un climat politique général caractérisé par une certaine ambigüité des acteurs, des clivages politiques et le déficit de dialogue entre les acteurs et les institutions qui ont renforcé les incertitudes sur la tenue du scrutin. « On a été confronté à trois facteurs majeurs, temps, logistique, sécurité. » Ne pas pouvoir se déployer sur le territoire, n'est-ce pas révélateur des difficultés qu'ont rencontrées les électeurs sur le terrain ? « Ce n'est pas la même chose. Quand on prend un observateur ici, le déployer, en termes de logistique, de transports, de mobilité sur place, ce n'est pas la même chose qu'un électeur déjà présent localement se déplace dans un bureau de vote », répond Modibo Sidibe, chef de la mission d’observation de l’Union africaine.

Finalement, malgré quelques retards à l’ouverture des bureaux et quelques disfonctionnements, le scrutin s’est déroulé dans la capitale dans la paix et la sécurité. La mission de la Communauté des États sahélo-sahariens a exhorté l’ensemble des candidats à respecter les résultats des urnes et à recourir aux voies légales en cas de contentieux.

UN TEST GAGNE PAR TOUADERA

Les élections présidentielle et législatives étaient considérées comme un test pour la Centrafrique, qui peine à émerger de la crise politico-militaire qui plombe le pays depuis plusieurs années. Une grande partie du territoire est toujours sous le contrôle des groupes armés. Il y a trois semaines, six d’entre eux, parmi les plus importants, ont décidé de fusionner leurs forces au sein d’une nouvelle alliance, la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). Dénonçant l’accord de paix du 6 février 2019, qui prévoyait une intégration des groupes armés dans le système politique, ils réclamaient une suspension du processus électoral, et la mise en place d’une concertation nationale.
Peu après le lancement de cette coalition, des affrontements ont éclaté, et un putsch armé tente ! Opposant rebelles aux Forces armées centrafricaines (FACA) et à leur partenaire, la Mission des nations unies (Minusca), ainsi qu’à des renforts venus de Russie et du Rwanda.

L’ancien président François Bozizé – dont la candidature avait été invalidée au début de décembre par la Cour constitutionnelle – a été soupçonné par le gouvernement et la communauté internationale de collusion avec les groupes armés et est en fuite. François Bozizé avait d'abord nié toute collusion avec la coalition rebelle, avant de lui apporter publiquement son soutien le jour du scrutin. Lundi, le parquet de Bangui a annoncé l'ouverture d'une enquête contre l'ex-président notamment pour « rébellions ».

Sans réussir à percer jusqu’à Bangui, les putschistes se sont rendus maîtres brièvement de plusieurs villes avant le scrutin, et ont perturbé le vote dans plusieurs régions. Ils ont été écrasés par les frappes des Sukhoi russes venus de Khartoum. Néanmoins, les élections se sont relativement bien déroulées à Bangui et dans plusieurs villes de province.

« LA REPUBLIQUE EST EN GUERRE. SA SURVIE EST MENACEE. CETTE GUERRE ASYMETRIQUE, NOUS ALLONS LA GAGNER » (TOUADERA)

« La République est en guerre. Sa survie est menacée. Cette guerre asymétrique, nous allons la gagner », avait déclaré, martial, Faustin-Archange Touadéra lors de son discours du Nouvel An. Dans la foulée, quatre importants chefs de groupes rebelles, ayant rang de ministre au sein du gouvernement, ont été limogés. Cette décision, selon certains observateurs, met fin de facto à l’accord de paix du 6 février 2019.

* Voir les Vœux de Toudera :
https://vimeo.com/496227207

Dans un communiqué diffusé ce lundi, le MCU évoque ainsi des « manœuvres cyniques visant à imposer une guerre tribale (…) par le truchement de ceux qui redoutent l’intransigeance de la justice ». Le parquet a par ailleurs annoncé lundi l’ouverture d’une enquête judiciaire contre François Bozizé, ainsi que ses coauteurs et complices, « par rapport aux faits de déstabilisation et des rébellions en cours ». Il a également fait état de l’arrestation de plusieurs rebelles sur les différents fronts de bataille, dont huit ont déjà été présentés au juge d’instruction.

LES MEDIAMENSONGES DE ‘FRANCEINFO’ ET DES MEDIAS DU QUAI D’ORSAY

« Centrafrique : le président Touadéra réélu mais sans la moitié des électeurs » (sic), dit FranceInfo ! C’est le nouveau médiamensonge : « En Centrafrique, un électeur sur deux n'a pas pu participer à l'élection présidentielle qui a permis la réélection du président sortant Faustin Archange Touadéra. Ces résultats doivent être validés par la Cour constitutionnelle après des recours contentieux que l'opposition a déjà annoncés, elle qui parle de "fraudes massives" et d'innombrables électeurs laissés pour compte. Un électeur sur deux n'a pas pu voter, sous la menace d'une offensive rebelle dans un pays aux deux tiers sous la coupe de groupes armés » (resic).

Ces élections se sont déroulées dans un pays où une guerre civile très meurtrière, initiée en 2013 par l’action de François Hollande qui avait laissé une coalition islamiste radicale, la Seleka (en sogo « la base », « al-Qaida » en arabe !) s’emparer de Bangui (3), avait considérablement baissé d'intensité depuis 2018, mais en proie à une nouvelle offensive de rebelles décidés à empêcher les élections. Le 19 décembre, une coalition des principaux groupes armés qui se partagent deux tiers du pays avait ainsi juré de « prendre le contrôle de tout le territoire ». Touadéra avait immédiatement dénoncé une tentative de coup d'Etat sous les ordres de François Bozizé, l'ex-président renversé en 2013 et dont la candidature à la présidentielle avait été invalidée deux semaines plus tôt par la Cour constitutionnelle.

Plus de deux semaines après l'annonce de leur offensive, frappés par les Sukhoi russes qui les ont écrasé, « les groupes armés n'ont quasiment pas gagné de terrain » affirme sans rire FranceInfo. Bozizé est en fuite, recherché par la CPI, ses fils sont morts dans les frappes russes. Et le groupe armé 3R est en déroutez. Son pseudopode, le soi-disant « Mouvement de Libération du Cameroun », à la frontière de la RCA et du Cameroun, a lui aussi été écrasé … D'importantes forces de sécurité, composées des Casques bleus de l'ONU, de soldats russes (et non pas de « paramilitaires » autre médiamensonge français), du BIR camérounais et de forces spéciales rwandaises ont bloqué leur avancée.

LA CENTRAFRIQUE UNE BATAILLE AFRICAINE AU CŒUR DE LA CONFRONTATION DU BLOC EURASIATIQUE DE MOSCOU FACE AU BLOC AMERICANO-OCCIDENTAL

Ses opposants, mais aussi Washington et Paris, qui voit d'un mauvais œil sa perte d'influence dans son ancien pré carré, estiment aussi que Faustin-Archange Touadéra s'est trop rapproché de Moscou … Dernier médiamensonge fraçais : Le Point Afrique accuse ce jour Touadera « de livrer à des groupes russes des pans entiers des ressources naturelles, notamment le diamant et l'or ». Oubliant que Paris a imposé au conseil de sécurité contre Banguis le « processus de Kimberley », la Loi dite des « blood diamonds » qui frappe d’embargo la vente des diamands centrafricains sur le marché mondial … Mentez, mentez il en restera toujours quelque chose

NOTES ET RENVOIS :

(1) Cfr. PANAFRICOM/ 
ENQUETES SUR LA DESTABILISATION DE L’AFRIQUE (IX) : 
PARIS – BRUXELLES – BUJUMBURA: COMMENT FONCTIONNENT LES MEDIAS FINANCES PAR SORÖS (LE CAS DU MONDE AFRIQUE ET D’IWACU) ?
http://www.lucmichel.net/2017/09/23/panafricom-enquetes-sur-la-destabilisation-de-lafrique-ix-paris-bruxelles-bujumbura-comment-fonctionnent-les-medias-finances-par-soros-le-cas-du-monde-afrique-et/

(2) Cfr. CENTRAFRICA-NEWS. TV/ 
BREAKING NEWS : RCA, VICTOIRE ÉCRASANTE DU PRÉSIDENT TOUADERA À L’EXTÉRIEUR.
http://www.centrafrica-news.tv/2020/12/28/centrafrica-news-tv-breaking-news-rca-victoire-ecrasante-du-president-touadera-a-lexterieur/

(3) Cfr. EODE THINK TANK / GEOPOLITIQUE / SELEKA ET CRISE EN CENTRAFRIQUE: LE DESSOUS DES CARTES
http://www.elac-committees.org/2013/05/18/eode-think-tank-geopolitique-seleka-et-crise-en-centrafrique-le-dessous-des-cartes/

(4) Cfr. SUR AFRIQUE MEDIA/ 
‘LE DEBAT PANAFRICAIN’ AVEC LE GEOPOLITICIEN LUC MICHEL : GEOPOLITIQUE. TOURNEE AFRICAINE DE TIBOR NAGY (III). LE CAMEROUN ET LA CENTRAFRIQUE DANS LE VISEUR DE WASHINGTON !
http://www.elac-committees.org/2020/01/25/luc-michel-tv-ce-19-janvier-2020-sur-afrique-media-le-debat-panafricain-avec-le-geopoliticien-luc-michel-geopolitique-tournee-africaine-de-tibor-nagy-iii-le-cameroun-et-la/

___________________________

# SUIVEZ ‘CENTRAFRICA-NEWS-TV’ :
LE NOUVEAU PORTAIL DE L’ACTUALITE EN CENTRAFRIQUE !
* Sur le Net, la Webtv CENTRAFRICA-NEWS.TV :
http://www.centrafrica-news.tv 
* Sur Vimeo, notre chaîne CENTRAFRICA-NEWS.TV :
https://vimeo.com/centrafricanewstv 
* Sur les Réseaux sociaux :
Page officielle de la WebTV @CentrafricaNewstv sur
https://www.facebook.com/pg/CentrafricaNewstv 
President Faustin Archange Touadera Panafrican Fanclub
https://www.facebook.com/president.touadera.fanclub/
Groupe Centrafrica-News-TV sur Whatsapp
https://chat.whatsapp.com/RGkbdPMY5Ra21JUQZBU96KV

Ce contenu a été publié dans * Français, # EODE TV. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.