# RADIO.LUCMICHEL/ INTERVIEW DE LUC MICHEL POUR RADIO AUDACE (CAMEROUN) DU 22 07 2022/ BAMAKO VS MINUSMA : ANALYSE DE LA RUPTURE

 

RADIOLM - post 238 audace - 2022 1

 

Ecoutez sur :
https://www.podcastics.com/podcast/episode/radiolucmichel-interview-de-luc-michel-pour-radio-audace-cameroun-du-22-07-2022-bamako-vs-minusma-analyse-de-la-rupture-138453/

Les questions :
Quelle est la signification de cette expulsion du porte parole de la Minusma ?
Est ce que on peut s'accepter cela en démocratie ?
Est ce que c'est normal ?
Qu’est ce qui va se passer maintenant ?
Pourquoi est ce que la junte au pouvoir a decidé d'expulser la Minusma de son sol?
Luc Michel, géopoliticien, nous donne plus d'explications sur RADIO AUDACE (Cameroun, https://fb.watch/) …


LE PORTE-PAROLE DE LA MINUSMA SOMME DE QUITTER LE MALI !

Pas de répit pour Abdoulaye Diop. Après Barkhane, Takuba et les sanctions « illégales, illégitimes et inhumaines » de la CEDEAO, le chef de la diplomatie malienne « s’occupe » maintenant de la MINUSMA. Le mandat de la mission onusienne a été renouvelé le 29 juin dernier pour une année supplémentaire, sans opposition du Mali, contrairement à l’appel de certaines associations de la société civile. Cependant, celles-ci n’entendent pas en rester là. Le 20 juillet dernier, Yerewolo – Debout sur les remparts, qui regroupe plusieurs associations de soutien aux autorités de la transition, a remis une lettre au Quartier général de la MINUSMA à Bamako, lui enjoignant de quitter le pays avant le 22 septembre prochain, date commémorative de l’Indépendance du Mali. Le nom de code de l’opération est « Bonnet bleu ».

Le 29 juillet prochain, d’autres Maliens vont se rassembler au Palais de la culture de Bamako avec comme objectif de réitérer cet ultimatum. Le même jour, des manifestations du même ordre vont se tenir à l’intérieur du pays, notamment dans les zones où la mission onusienne intervient. « La MINUSMA, c’est une ordure qu’on se doit de balayer de notre pays », a lâché Adama Diarra dit Ben le cerveau, membre du Conseil national de transition et porte-parole de Yerewolo – Debout sur les remparts mardi 19 juillet lors d’un point de presse. Cet appel au départ de la MINUSMA, ajouté aux réserves de la partie malienne par rapport à son nouveau mandat complexifie la mission de la MINUSMA. D’autant que dans un communiqué en date du 20 juillet, le gouvernement a donné 72 heures au porte-parole de la mission Olivier Salgado de quitter le pays.

APRES L’AMBASSADEUR DE FRANCE, LE MALI VIENT D’EXPULSER UN RESPONSABLE DE LA MINUSMA.

Il s’agit de Olivier Sagaldo qui, jusque-là, était porte-parole de la force onusienne. « Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale informe l’opinion nationale et internationale que, ce jour, mercredi 20 juillet 2022, madame Daniela Kroslak, représentante spéciale adjointe du secrétaire général adjointe des Nations Unies au Mali, a été reçue en audience audit ministère où il lui a été notifié la décision du Gouvernement invitant monsieur Olivier Sagaldo, porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies au Mali (Minusma) à quitter le territoire national dans un délai de 72 heures », a précisé un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Cette décision a été prise suite aux différentes publications de l’intéressé sur la situation des 49 soldats ivoiriens au Mali. Selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Olivier Sagaldo a affirmé « ’sans preuve »’ que les autorités maliennes « ’auraient été préalablement informées “’ de l’arrivée des 49 soldats ivoiriens au Mali.

‘Les soldats interpellés dimanche à l’aéroport de Bamako ne font pas partie de l’un des contingents de la MINUSMA. Ces soldats sont déployés depuis plusieurs années au Mali dans le cadre d’un appui logistique pour le compte de l’un de nos contingents. Selon le gouvernement du Mali, Sagaldo n’a pas pu fournir les preuves de ses affirmations. La demande de rectification qui lui a été adressée est aussi restée sans réponse. ‘En plus, la demande officielle à lui adressée par sa hiérarchie depuis le 12 juillet 2022 de fournir la preuve des affirmations contenues dans son tweet, ou au cas contraire, de porter la rectification nécessaire, dans la même forme, est restée sans suite’, a-t-on précisé dans le communiqué qui a ajouté que ‘le ministre ne saurait passer sous silence ces agissements qui portent atteinte au partenariat avec la Minusma et d’autres partenaires’.

Quoi qu’il en soit, le mandat de la Minusma n’a pas substantiellement changé comme l’ont demandé les autorités maliennes et reste adossé au Chapitre VII de la Charte des Nations unies, avec comme principale priorité stratégique l’appui à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation et à la transition politique. Alors que les autorités maliennes voudraient voir la MINUSMA dotée d’un mandat antiterroriste, avec comme priorité la protection des populations civiles et l’appui au rétablissement de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire national.

‘Il est indispensable de mieux définir et articuler la notion de protection des civils dans un contexte de guerre asymétrique. Il y a lieu de clarifier contre qui on veut protéger les populations, sachant que la menace principale vient des groupes armés terroristes. Comment, dans ce contexte, la MINUSMA peut-elle protéger les populations si elle ne peut pas faire face à cette menace ?’, s’est interrogé Abdoulaye Diop devant le Conseil de Sécurité de l’ONU le 29 juin dernier.

C’est ce vœu que formulent également les populations maliennes. Dans l’enquête d’opinion Mali-Mètre 2022, l’analyse des résultats montre que plus de la moitié de la population malienne n’est pas satisfaite de la MINUSMA, avec ‘14% plutôt insatisfaits et 45% très insatisfaits’. Le manque de protection des ‘populations contre les violences des groupes est la principale critique à l’encontre de la MINUSMA dans l’ensemble des régions, hormis la région de Kidal, où 79% évoquent principalement que le mandat de la MINUSMA n’est pas suffisamment connu’. ‘La priorité pour le gouvernement malien n’est pas la protection des civils, mais plutôt le contre-terrorisme. La protection des civils a toujours été une priorité dans le mandat de la MINUSMA.

En outre, le Mali a émis des réserves qui mettent à rude épreuve la bonne exécution du mandat de la MINUSMA et annoncé au Conseil de Sécurité son ‘opposition ferme’ au soutien aérien de la Force Barkhane à la mission onusienne, qui fait également face à des restrictions sur une partie de l’espace aérien malien. Il a également attiré l’attention du Conseil sur ‘les risques de politisation et d’instrumentalisation des droits de l’Homme aux fins d’agendas cachés’, pointant du doigt le poids des droits de l’Homme dans le mandat. Issa Konfourou, ambassadeur malien auprès des Nations Unies, a déclaré devant les membres du Conseil que le Mali s’opposait à la liberté de mouvement de la MINUSMA dans l’exécution de son mandat, en particulier concernant les enquêtes. Cette présence accrue de la protection des droits de l’Homme dans la résolution a amené la Chine et la Russie à s’abstenir de voter pour la résolution. ‘Ces deux pays se sont abstenus pour la première fois sur une résolution renouvelant le mandat de la MINUSMA. Ils ont expliqué leur vote par le fait que la résolution, proposée par la France et appuyée par le Royaume Uni et les États-Unis, donne trop de poids à la division des droits de l’Homme et ne prend pas suffisamment en compte les efforts du gouvernement malien en matière de lutte contre le terrorisme’, explique un spécialiste des questions internationales.

Récemment, toutes les rotations de ses contingents militaires et policiers, y compris celles déjà programmées ou annoncées, ont été suspendues par le Mali jusqu’à ‘l’organisation d’une réunion’ pour ‘faciliter la coordination et la réglementation’ de ces rotations. Décision que les autorités maliennes justifient en invoquant le ‘contexte de sécurité nationale’ après l’interpellation de 49 militaires ivoiriens, que Bamako qualifie de ‘mercenaires’, ce que dément Abidjan, qui maintient qu’il s’agit des éléments d’appui à la MINUSMA.

Ces ‘entraves’ au mandat de la mission onusienne au Mali constituent une violation de l’Accord sur le statut des forces signé entre l’ONU et le Mali, ‘qui est tenu de le respecter’, a prévenu le 30 juin dernier l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, en réaction à ‘l’intention du gouvernement de transition malien de refuser à la MINUSMA la liberté de mouvement nécessaire à l’accomplissement de son mandat’. ‘Le gouvernement de transition ne doit pas empêcher la MINUSMA de mener à bien une quelconque partie de son mandat (…). Nous exhortons le gouvernement de transition à assumer immédiatement et complètement sa responsabilité en tant que pays hôte d’une opération de maintien de la paix des Nations Unies et à respecter les termes du SOFA’.

Cependant, il est aussi possible pour le Mali de dénoncer l’Accord sur le statut des forces. ‘En cas de dénonciation unilatérale du SOFA signé entre l’ONU et le Mali, il faut d’abord indiquer qu’une période de plusieurs mois doit être observée avant que celle-ci ne soit pleinement effective. Si celle-ci intervenait, cela compromettrait évidemment les possibilités de rotation et le renouvellement du mandat au-delà du 30 juin 2023’, explique un spécialiste des questions internationales.

Mais, avant même d’en arriver là, plusieurs pays contributeurs de troupes au sein de la MINUSMA pourraient désengager leurs contingents, au regard des incertitudes qui planent. D’ores et déjà, l’Égypte et le Bénin ont donné le ton et d’autres pourraient suivre. Avec ‘l’ultimatum’ des associations de la société civile malienne à la MINUSMA, les choses se compliquent davantage. Car elles savent qu’après le départ de Barkhane, la MINUSMA est le seul moyen pour la France de continuer à intervenir au Mali. ‘Les projets de résolutions concernant le Mali au Conseil de Sécurité de l’ONU sont rédigés par la France. Et dans la résolution renouvelant le mandat de la MINUSMA il est prévu que la mission onusienne utilise tous les moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs. Cela veut dire la possibilité de recourir aux forces françaises pour assurer des opérations de sécurisation sur le territoire malien. Pour toutes ces raisons, le Mali est en train de créer un ensemble de procédures administratives qui vont avoir pour effet de complexifier toute intervention dans le cadre de la MINUSMA et, in fine, d’empêcher la mission onusienne de fonctionner pour qu’elle parte d’elle-même, sans être chassée’, explique le Dr. Amidou Tidiani.

La Minusma est très mauvaise posture tout comme les ambassades de France considérées comme des comptoirs coloniaux en Afrique. L’Afrique se soulève !
LE PORTE-PAROLE DE LA MINUSMA SOMME DE QUITTER LE MALI !

Pas de répit pour Abdoulaye Diop. Après Barkhane, Takuba et les sanctions « illégales, illégitimes et inhumaines » de la CEDEAO, le chef de la diplomatie malienne « s’occupe » maintenant de la MINUSMA. Le mandat de la mission onusienne a été renouvelé le 29 juin dernier pour une année supplémentaire, sans opposition du Mali, contrairement à l’appel de certaines associations de la société civile. Cependant, celles-ci n’entendent pas en rester là. Le 20 juillet dernier, Yerewolo – Debout sur les remparts, qui regroupe plusieurs associations de soutien aux autorités de la transition, a remis une lettre au Quartier général de la MINUSMA à Bamako, lui enjoignant de quitter le pays avant le 22 septembre prochain, date commémorative de l’Indépendance du Mali. Le nom de code de l’opération est « Bonnet bleu ».

Le 29 juillet prochain, d’autres Maliens vont se rassembler au Palais de la culture de Bamako avec comme objectif de réitérer cet ultimatum. Le même jour, des manifestations du même ordre vont se tenir à l’intérieur du pays, notamment dans les zones où la mission onusienne intervient. « La MINUSMA, c’est une ordure qu’on se doit de balayer de notre pays », a lâché Adama Diarra dit Ben le cerveau, membre du Conseil national de transition et porte-parole de Yerewolo – Debout sur les remparts mardi 19 juillet lors d’un point de presse. Cet appel au départ de la MINUSMA, ajouté aux réserves de la partie malienne par rapport à son nouveau mandat complexifie la mission de la MINUSMA. D’autant que dans un communiqué en date du 20 juillet, le gouvernement a donné 72 heures au porte-parole de la mission Olivier Salgado de quitter le pays.

APRES L’AMBASSADEUR DE FRANCE, LE MALI VIENT D’EXPULSER UN RESPONSABLE DE LA MINUSMA.

Il s’agit de Olivier Sagaldo qui, jusque-là, était porte-parole de la force onusienne. « Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale informe l’opinion nationale et internationale que, ce jour, mercredi 20 juillet 2022, madame Daniela Kroslak, représentante spéciale adjointe du secrétaire général adjointe des Nations Unies au Mali, a été reçue en audience audit ministère où il lui a été notifié la décision du Gouvernement invitant monsieur Olivier Sagaldo, porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies au Mali (Minusma) à quitter le territoire national dans un délai de 72 heures », a précisé un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Cette décision a été prise suite aux différentes publications de l’intéressé sur la situation des 49 soldats ivoiriens au Mali. Selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Olivier Sagaldo a affirmé « ’sans preuve »’ que les autorités maliennes « ’auraient été préalablement informées “’ de l’arrivée des 49 soldats ivoiriens au Mali.

‘Les soldats interpellés dimanche à l’aéroport de Bamako ne font pas partie de l’un des contingents de la MINUSMA. Ces soldats sont déployés depuis plusieurs années au Mali dans le cadre d’un appui logistique pour le compte de l’un de nos contingents. Selon le gouvernement du Mali, Sagaldo n’a pas pu fournir les preuves de ses affirmations. La demande de rectification qui lui a été adressée est aussi restée sans réponse. ‘En plus, la demande officielle à lui adressée par sa hiérarchie depuis le 12 juillet 2022 de fournir la preuve des affirmations contenues dans son tweet, ou au cas contraire, de porter la rectification nécessaire, dans la même forme, est restée sans suite’, a-t-on précisé dans le communiqué qui a ajouté que ‘le ministre ne saurait passer sous silence ces agissements qui portent atteinte au partenariat avec la Minusma et d’autres partenaires’.

Quoi qu’il en soit, le mandat de la Minusma n’a pas substantiellement changé comme l’ont demandé les autorités maliennes et reste adossé au Chapitre VII de la Charte des Nations unies, avec comme principale priorité stratégique l’appui à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation et à la transition politique. Alors que les autorités maliennes voudraient voir la MINUSMA dotée d’un mandat antiterroriste, avec comme priorité la protection des populations civiles et l’appui au rétablissement de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire national.

‘Il est indispensable de mieux définir et articuler la notion de protection des civils dans un contexte de guerre asymétrique. Il y a lieu de clarifier contre qui on veut protéger les populations, sachant que la menace principale vient des groupes armés terroristes. Comment, dans ce contexte, la MINUSMA peut-elle protéger les populations si elle ne peut pas faire face à cette menace ?’, s’est interrogé Abdoulaye Diop devant le Conseil de Sécurité de l’ONU le 29 juin dernier.

C’est ce vœu que formulent également les populations maliennes. Dans l’enquête d’opinion Mali-Mètre 2022, l’analyse des résultats montre que plus de la moitié de la population malienne n’est pas satisfaite de la MINUSMA, avec ‘14% plutôt insatisfaits et 45% très insatisfaits’. Le manque de protection des ‘populations contre les violences des groupes est la principale critique à l’encontre de la MINUSMA dans l’ensemble des régions, hormis la région de Kidal, où 79% évoquent principalement que le mandat de la MINUSMA n’est pas suffisamment connu’. ‘La priorité pour le gouvernement malien n’est pas la protection des civils, mais plutôt le contre-terrorisme. La protection des civils a toujours été une priorité dans le mandat de la MINUSMA.

En outre, le Mali a émis des réserves qui mettent à rude épreuve la bonne exécution du mandat de la MINUSMA et annoncé au Conseil de Sécurité son ‘opposition ferme’ au soutien aérien de la Force Barkhane à la mission onusienne, qui fait également face à des restrictions sur une partie de l’espace aérien malien. Il a également attiré l’attention du Conseil sur ‘les risques de politisation et d’instrumentalisation des droits de l’Homme aux fins d’agendas cachés’, pointant du doigt le poids des droits de l’Homme dans le mandat. Issa Konfourou, ambassadeur malien auprès des Nations Unies, a déclaré devant les membres du Conseil que le Mali s’opposait à la liberté de mouvement de la MINUSMA dans l’exécution de son mandat, en particulier concernant les enquêtes. Cette présence accrue de la protection des droits de l’Homme dans la résolution a amené la Chine et la Russie à s’abstenir de voter pour la résolution. ‘Ces deux pays se sont abstenus pour la première fois sur une résolution renouvelant le mandat de la MINUSMA. Ils ont expliqué leur vote par le fait que la résolution, proposée par la France et appuyée par le Royaume Uni et les États-Unis, donne trop de poids à la division des droits de l’Homme et ne prend pas suffisamment en compte les efforts du gouvernement malien en matière de lutte contre le terrorisme’, explique un spécialiste des questions internationales.

Récemment, toutes les rotations de ses contingents militaires et policiers, y compris celles déjà programmées ou annoncées, ont été suspendues par le Mali jusqu’à ‘l’organisation d’une réunion’ pour ‘faciliter la coordination et la réglementation’ de ces rotations. Décision que les autorités maliennes justifient en invoquant le ‘contexte de sécurité nationale’ après l’interpellation de 49 militaires ivoiriens, que Bamako qualifie de ‘mercenaires’, ce que dément Abidjan, qui maintient qu’il s’agit des éléments d’appui à la MINUSMA.

Ces ‘entraves’ au mandat de la mission onusienne au Mali constituent une violation de l’Accord sur le statut des forces signé entre l’ONU et le Mali, ‘qui est tenu de le respecter’, a prévenu le 30 juin dernier l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, en réaction à ‘l’intention du gouvernement de transition malien de refuser à la MINUSMA la liberté de mouvement nécessaire à l’accomplissement de son mandat’. ‘Le gouvernement de transition ne doit pas empêcher la MINUSMA de mener à bien une quelconque partie de son mandat (…). Nous exhortons le gouvernement de transition à assumer immédiatement et complètement sa responsabilité en tant que pays hôte d’une opération de maintien de la paix des Nations Unies et à respecter les termes du SOFA’.

Cependant, il est aussi possible pour le Mali de dénoncer l’Accord sur le statut des forces. ‘En cas de dénonciation unilatérale du SOFA signé entre l’ONU et le Mali, il faut d’abord indiquer qu’une période de plusieurs mois doit être observée avant que celle-ci ne soit pleinement effective. Si celle-ci intervenait, cela compromettrait évidemment les possibilités de rotation et le renouvellement du mandat au-delà du 30 juin 2023’, explique un spécialiste des questions internationales.

Mais, avant même d’en arriver là, plusieurs pays contributeurs de troupes au sein de la MINUSMA pourraient désengager leurs contingents, au regard des incertitudes qui planent. D’ores et déjà, l’Égypte et le Bénin ont donné le ton et d’autres pourraient suivre. Avec ‘l’ultimatum’ des associations de la société civile malienne à la MINUSMA, les choses se compliquent davantage. Car elles savent qu’après le départ de Barkhane, la MINUSMA est le seul moyen pour la France de continuer à intervenir au Mali. ‘Les projets de résolutions concernant le Mali au Conseil de Sécurité de l’ONU sont rédigés par la France. Et dans la résolution renouvelant le mandat de la MINUSMA il est prévu que la mission onusienne utilise tous les moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs. Cela veut dire la possibilité de recourir aux forces françaises pour assurer des opérations de sécurisation sur le territoire malien. Pour toutes ces raisons, le Mali est en train de créer un ensemble de procédures administratives qui vont avoir pour effet de complexifier toute intervention dans le cadre de la MINUSMA et, in fine, d’empêcher la mission onusienne de fonctionner pour qu’elle parte d’elle-même, sans être chassée’, explique le Dr. Amidou Tidiani.

La Minusma est très mauvaise posture tout comme les ambassades de France considérées comme des comptoirs coloniaux en Afrique. L’Afrique se soulève !

* RADIO.LUCMICHEL
https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/
* LUCMICHEL-TV
https://vk.com/lucmicheltv

Ce contenu a été publié dans * Français, # EODE TV. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.